My Name is Khan, le dilemme de la version

Publié mardi 30 mars 2010
Dernière modification mercredi 30 juin 2010
Article lu 4894 fois

Par Gandhi Tata

Dossier Sortie nationale de My Name Is Khan en France
◀ My Name is Khan, le coup d’envoi de la promo
▶ My Name Is Khan : enfin dans les salles !

Version longue ou courte ? Une question, sur laquelle la Fox était amenée à se prononcer cette semaine pour My Name is Khan (MNIK). Et la réponse est… la version longue !

Quelques semaines plus tôt ce verdict-là n’était pas si évident, et pour cause, le souci de pouvoir le rendre accessible à tous. Même si pour les fans, l’idée même de raccourcir un film, constitue un sacrilège, le raisonnement n’est pas le même côté distributeur et on peut bien le comprendre à la vue des enjeux commerciaux.

C’est l’aspect international de MNIK qui est à l’origine de la volonté de le remonter pour séduire le grand public. Mais ce film aborde un thème global comme le 11 Septembre dans un format indien où bons sentiments et naïveté sont essentiels. C’est pour parer à cette divergence de style qu’une version courte dans un format plus "occidental" a été envisagée.

L’intérêt commercial confronté à la préservation de l’œuvre originale, c’était le grand face-à-face de ces dernières semaines. Diverses projections des versions longues et courtes, agrémentées d’un vif débat des deux camps ont finalement accouché d’une décision juste. Et on ne peut que se réjouir de cette décision courageuse de la Fox à la vue des résultats mitigés (parfois gonflés par la presse) de MNIK. Lorsque l’on voit des entités comme Europacorp acquérir des films étrangers et les dénaturer en les remontant pour un public européen, la tentation des sirènes commerciales était grande.

Mais fort heureusement, grâce aux acteurs comme Aanna Films et la clairvoyance de la Fox, nous aurons droit à l’œuvre originale dans son intégralité. On espère à présent que cette audace sera récompensée par une affluence correcte et de ce résultat dépendra en partie l’avenir du cinéma indien en France. Vous savez ce qu’il vous reste à faire…

Commentaires
20 commentaires