]]>

Bilan de la distribution de films indiens en France en 2015 2/3

Publié vendredi 23 décembre 2016
Dernière modification samedi 31 décembre 2016
Article lu 410 fois

Par Marine

Dossier Bilan de la distribution de films indiens en France en 2015
◀ Bilan de la distribution de films indiens en France en 2015 1/3
▶ Bilan de la distribution de films indiens en France en 2015 3/3

Voici la deuxième partie de l’étude de la distribution des films indiens en France en 2015. Les deux paramètres que nous avons sélectionnés, pour voir plus en détail les tendances et l’accessibilité des films indiens en France, sont les langues et les genres. Encore merci à Gandhi Tata pour son aide dans la détermination des genres.

Les langues des films

Sur les 55 films distribués en France en 2015, on retrouve, bien sûr, des films en tamoul, des films en hindi et un film en pendjabi. Mais également cette année — et c’est une nouveauté — un film en bengali et un en ourdou.

Si 2014 avait été une année faste pour le cinéma pendjabi avec 6 films distribués en France, 2015 est en berne avec un seul film (en vosta). Le film en bengali (en provenance du Bangladesh) était également projeté en vosta alors que le film en ourdou (venant, lui, du Pakistan) était en vostfr. La majeure partie des films est donc en tamoul ou en hindi. Les proportions entre les deux langues restent globalement les mêmes. En 2015, les films tamouls représentent 70 % des films indiens distribués en France. Et par rapport aux années précédentes une plus grande part d’entre eux est sous-titrée en français (et non en anglais). Par conséquent, ils sont plus accessibles à un public non tamoulophone. Ainsi, avec les films hindi — qui sont tous en vostfr — on a passé la barre des 60 % des films indiens sous-titrés en français pour 2015.

Alors qu’en 2014 il fallait attendre la 22e place du classement pour voir un film en vosta, en 2015 Maari (qui avait été prévu en vostfr au départ), projeté en vosta, atteint la 10e place ! Un peu plus loin, Thani Oruvan et Vaalu sont en 18e et 20e place. Cela fait trois films en vosta dans les 20 premières places. On s’attendait à ce que le film de Dhanush, Maari, soit en vostfr, comme le sont généralement les films des acteurs « stars » du Tamil Nadu. Cependant, le sous-titrage anglais ne semble pas avoir affecté le succès du film. Ce constat paraît confirmer l’idée que les sorties de films tamouls en France attirent essentiellement un public tamoulophone (même si certain fans n’hésitent pas à braver les sous-titres anglais si le film les attire — nous en connaissons).

Regardons à l’opposé si tous les paris effectués par les distributeurs, en sous-titrant leurs films en français, ont été payants. Dans les films en vostfr on trouve donc Enakkul Oruvan, adaptation tamoule du film kannada Lucia, à la 46e place. L’Ombrelle bleue se trouve à la 42e, mais nous avons déjà évoqué sa distribution plus que réduite. Ensuite, il y a Nannbenda à la 40e place. Si en 2014 on trouvait majoritairement les films en vostfr dans les 30 premières places, en 2015 on les trouve jusqu’à la 40e place. Cela est dû, en grande partie, à des films tamouls en vosta qui ont marché mieux que prévu, comme Thani Oruvan. Ainsi, en 2013, 50 % des films tamouls avaient fait moins de 559 entrées. En 2014 cette barre se situait à 363 entrées, indiquant que les petits films tamouls avaient beaucoup moins bien marché que l’année précédente. En 2015 par contre il y a eu un boom puisque la médiane se situe à 1 308 entrées.

Ceci dit, depuis 2013 les films en votsfr marchent toujours beaucoup mieux que les films en vosta (au moins trois fois plus d’entrées). Et l’absence d’un sous-titrage français est toujours un handicap pour faire découvrir le cinéma tamoul (voire pendjabi et bengali) au public, et ainsi élargir l’audience.

Comme en 2014, les films tamouls étant plus nombreux, ils cumulent beaucoup plus d’entrées. En 2015, ils totalisent presque 104 000 entrées. Soit ce que représentait l’ensemble des films indiens (hors distributeurs non spécialisés) en 2014. Les films hindi n’ont fait « que » 34 000 entrées, mais une moyenne de 3 101 entrées par film (alors qu’en 2014 ils en faisaient 2 241 !). Petite remontée donc pour les films hindi. La moyenne des entrées pour les films tamouls est de 2 661 en 2015. Moins que les films hindi sur la même période, mais légèrement plus que ce qu’ils ont fait en 2014 (moyenne de 2 292 entrées par film). Les films pendjabis et bengalis n’ont pas très bien marché, mais le film pakistanais (en ourdou), Bin Roye, a plutôt bien fonctionné en faisant plus de 1 000 entrées sur deux salles (au Gaumont Saint-Denis et à Paris).

Les genres des films

Attribuer un genre à un film indien est toujours compliqué car il est rare que ceux-ci rentrent dans une seule case. Aussi, depuis 2013, nous tentons de déterminer un genre dominant pour chacun des films afin de mieux voir quelles sont les tendances. Comme en 2014 et en 2013 l’action et la comédie sont les genres les plus représentés en nombre de films. Mais ces deux genres cumulés passent pour la première fois sous la barre des 50 % des films. Thriller, romance et drame forment un deuxième groupe juste derrière.

Cette prédominance se retrouve surtout dans les films tamouls, majoritaires. Pour les films hindis ce sont surtout les drames et les romances qui sont sortis en France. Mais on remarque la volonté de tester des films aux thèmes moins stéréotypés : films fantastiques, de fantasy, de SF (pour des films tamouls), mais aussi des films d’horreur et des comédies horrifiques très à la mode.

Après avoir vu comment se répartissaient les genres au sein de notre groupe de 55 films, voyons comment s’est réparti le public [1]. En 2014, les films d’action, qui étaient aussi les plus représentés, totalisaient plus de 60 % des entrées. Cela semblait normal puisque les trois plus gros succès — Kaththi, Jilla et Anjaan (ayant fait plus de 10 000 entrées chacun) — avaient tous été classés dans cette catégorie. En 2015 il faut attendre Vedalam, 4e au classement des 53 films hors distributeurs non spécialisés, pour avoir un film que nous avons rangé dans la catégorie « action ». Cela explique aussi la bonne représentation de la romance avec les 15 000 entrées de I, du cinéma familial avec Bajrangi Bhaijaan et de la fantasy avec Puli. La comédie qui n’est même pas dans les 10 premières places du classement fait quand même près de 10 % du total d’entrées. La romance ne s’est jamais portée aussi bien, mais les films d’horreur et ceux sur le sport, peu représentés en nombre il est vrai, n’ont pas fait d’étincelles au box-office.

D’ailleurs, quand on regarde la moyenne des entrées par film dans chacune des catégories, le sport et l’horreur ne ressortent pas. L’action a moins d’importance, comme chaque année (beaucoup d’entrées, mais aussi beaucoup de films) et c’est la même chose pour la comédie. Au contraire, les films historiques ont bien fonctionné, comme en 2014. Et très bonne surprise pour les films « fantastique/fantasy/SF » qui tirent leur épingle du jeu. Ainsi, malgré des critiques moyennes, voire négatives, le film de fantasy de Vijay, Puli, a quand même attiré plus de 12 000 spectateurs, passant de peu devant Vedalam. Masss, qui penche franchement du côté du fantastique, a également fait de bons scores, et le dernier film du groupe, Anegan, s’est classé dans les 20 premiers. Bonne pioche donc pour les distributeurs, mais il faut noter que les têtes d’affiches de ces trois films étaient suffisamment fortes pour attirer le public dans les salles.

Les films tamouls :

La moyenne des entrées pour les films tamouls est donc de 2 661. Les genres ayant dépassé cette moyenne sont donc ceux de la catégorie « fantasy/fantastique/SF » (dont nous avons parlé précédemment), les romances (fortement représentées par I, mais aussi par OK Kanmani de Mani Ratnam et Inji Idupazhagi, dont les scores modestes ne sont pas pour autant mauvais), ainsi que l’action qui fonctionne toujours bien pour les films tamouls (Vedalam, Yennai Arinthal, Maari et Kaaki Sattai en tête). Les drames passent tout juste la moyenne et tous les autres genres sont très à la traîne.

Les films hindi :

Avec une moyenne de 3 101 entrées par film, le cinéma hindi, et ses 11 représentants, s’est illustré dans le genre familial et dans le genre historique. Comme nous avons compté L’Ombrelle bleue et ses 450 entrées dans le genre familial, cela a fortement fait chuter la moyenne qui, autrement, n’aurait pris en compte que les entrées de Bajrangi Bhaijaan. Ce qui fait donc que le genre historique a l’air d’avoir eu autant de succès que le genre familial, avec son seul représentant Bajirao Mastani.
À noter que les deux films qui n’ont pas été pris en compte dans ces statistiques, Umrika et Titli, sont tous les deux des drames.


[1Sur 53 films cette fois, en excluant Titli et Umrika.


Détails techniques
— La présente étude ne prend pas en compte les films n’ayant été projetés que dans le cadre de festivals comme Extravagant India, le FFAST ou l’été indien du Musée Guimet. Sauf si ces films ont ensuite été distribués en salles comme Titli.
— Pour les films dont l’exploitation a commencé en 2015 et s’est poursuivie en 2016, nous avons utilisé les chiffres sur toute la période d’exploitation (2015 et 2016).
— Il y a des données qui n’ont pas été prises en compte dans cette étude : le nombre de séances, la taille des salles, leur taux de remplissage, l’âge du public.
— Les chiffres que nous avons utilisés pour réaliser cette étude sont ceux qui nous ont été communiqués par les distributeurs. A l’exception de Titli, de Umrika et de L’Ombrelle bleue dont les chiffres nous ont été fournis par Señorita que nous remercions ici.
— Si nous avons pu comparer le classement français des films hindis au classement indien, cela ne nous est pas possible pour les films tamouls car nous n’avons pas de chiffres fiables du box-office tamoul.
— Sur les termes utilisés : vostfr : version originale sous-titrée en français. vosta : version originale sous-titrée en anglais.

Commentaires
Pas encore de commentaires
Galerie