]]>

Kadhal Konden (review)

Traduction : J'ai aimé

Bande originale

Devathaiyai Kandaen
Manasu Rendum
Nenjodu
Kadhal Mattum Purivathillai
Thottu Thottu [Kadhal Konden (review)]
18 Vayathil
Kaadhal Kondein (Theme Music)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Gorkita - le 24 décembre 2007

Note :
(7.5/10)

Article lu 2329 fois

Petit film au budget serré, à la promotion relativement discrète, Kaadhal Konden fut un succès inattendu, essentiellement dû au bouche à oreille, lors de sa sortie en 2003. Il restera plus de 100 jours à l’affiche, ce qui n’est pas une mince affaire dans le marché mouvant du cinéma tamoul.

Vinodh a grandi dans un orphelinat, dans le dénuement le plus total, mais à l’abri du monde extérieur. Malgré le refus de l’adolescent, le chef de l’établissement, le père Rosario (Nagesh), inscrit Vinodh dans une école d’ingénieur de Chennai. Là il est confronté pour la première fois à la vie dans une grande ville et aux railleries de ses camarades. Une expérience à première vue normale mais qui lui est totalement étrangère. Mis à l’écart par tous, seule la belle Divya (Sonia Agarwal) semble lui prêter attention. Très vite Vinodh se met à éprouver pour elle des sentiments qu’il ignorait jusqu’alors. Mais ce qui semble débuter comme une romance classique tourne au chaos complet : haine, violence et amour se confondent alors dans une plongée étourdissante dans la folie confuse d’une passion mal maitrisée…

Dhanush, déja acteur dans Thulluvatho Ilamai le premier film de Selvaraghavan, n’est autre que le frère du réalisateur. C’est lui qui porte le film par sa performance, d’une incroyable sincérité. Il est tout aussi convaincant en jeune homme innocent, perdu dans un monde qu’il méconnaît, qu’en amoureux qui bascule dans l’inexcusable sous la violence de l’amour. L’histoire est également bien servie par une réalisation sobre et sans fioriture et une bande son agréable due à Yuvan Shankar Raja, également compositeur pour des musiques des autres films du réalisateur. La BO a d’ailleurs remporté un beau succès et attiré de nombreux spectateurs dans les salles. Bien que Selvaraghavan dise volontiers qu’il préférerait se passer de chansons dans ses films, les scènes musicales sont fort bien mises en images et s’intègrent naturellement à la narration.

Kaadhal Konden conte de manière directe une histoire simple et surprenante, même si elle n’est pas dépourvue de certaines invraisemblances. Mené avec efficacité et porté par des acteurs épatants, Kaadhal Konden est un film à part, à voir.
Une version en hindi, toujours avec Dhanush, réalisée par Selvaraghavan lui-même, a longtemps été en projet. Mais elle semble définitivement dormir dans un tiroir. Dommage car ce film demeure une véritable réussite qui révéla Dhanush au grand public.

Commentaires
3 commentaires
En réponse à rahini - le 04/12/2012 à 20:50

c’est bete j’aime alors ne mettez pas dans le site

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

rahini le 04/12/2012 à 20:50

c’est bete j’aime alors ne mettez pas dans le site

Laurent le 01/03/2009 à 02:18

Je viens de découvrir Selvaraghavan, et j’ai adoré ce personnage de héros tourmenté et imprévisible, dérangeant, qui laisse (dans la 2ème partie) progressivement planer une menace diffuse dans le film, sans gros effets de mise en scène, rien que grâce à l’acteur, à la richesse du personnage et au scénario impeccable. Les chansons sont très belles, même si elles ralentissent un peu le rythme, je comprends que le réalisateur préfèrerait s’en passer. Ce n’en est pas moins un très bon film d’amour fou (bien plus crédible et réaliste par exemple que ceux de SRK il y a 15 ans), pas très commercial, troublant, marquant, peut-être mon film tamoul préféré à ce jour. Tout à fait d’accord avec la note.

Jawad le 24/12/2007 à 13:45

Pourtant pas très fan de Dhanush, j’ai trouvé qu’il était époustouflant dans le film. Une histoire bien menée, une mise en scène appliquée et une musique sublime de Yuvan.