]]>

Bheja Fry

Traduction : Cerveau en compote

Année2007
LangueHindi
GenreComédie
RéalisateurSagar Ballary
Dir. PhotoParixit Warrier
ScénaristesSagar Ballary, Arpita Chatterjee
ActeursRanvir Shorey, Rajat Kapoor, Vinay Pathak, Milind Soman, Sarika
Dir. MusicalSagar Desai
ParoliersPrakash Dharmak, Sharat Katariya
ChanteursShaan, Vasundhara Das
ProducteurSunil Doshi
Durée90 mn

Bande originale

Sab Hoshiyaar
Kaun Kiska Huva Hai

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Lafrarie - le 4 septembre 2008

Note :
(5/10)

Article lu 2315 fois

Ranjeet Thadani (Rajat Kapoor), producteur de musique antipathique, a coutume avec ses amis de s’adonner à un petit jeu cruel. A chacun de leurs dîners, un "idiot" est invité. La victime devient le temps d’une soirée source de divertissements et de railleries.
Lors d’un voyage, un ami de Ranjeet lui déniche la perle rare, Bharat Bhushan (Vinay Pathak) : un petit bureaucrate loufoque, pas très finaud, un brin envahissant et passionné de chant (avec un talent assez singulier). Bien entendu, l’occasion rêvée pour le producteur de pouvoir, avec sa nouvelle proie, briller au prochain dîner. Hélas, un tour de rein et le départ soudain de sa femme altèrent ses projets. Voici donc Ranjeet contraint de passer la soirée à domicile avec son "idiot"…

Reprise alléchante du Dîner de Cons de Francis Veber, le cinéma français peut lui aussi se féliciter d’être une belle source d’inspiration pour les studios de Mumbai. Hormis Bheja Fry, de récents succès tels que Salaam Namaste (Neuf mois) ou Heyy Babyy (Trois hommes et un couffin) démontrent ce penchant du cinéma hindi pour l’adaptation de scénarii tricolores.
On pourra justement reconnaître à Bheja Fry son extrême fidélité à l’original, la plupart des scènes du film de Veber étant reprises au plan près. Le résultat n’est pourtant pas à la hauteur des attentes. Pourquoi ?
En premier lieu, une mayonnaise vaudevillesque qui a du mal à prendre, sachant que les ressorts essentiels de la comédie de boulevard sont présents. Malheureusement la dynamique comique se laisse globalement submerger par le côté bavard et légèrement ennuyeux du film.
A ceci s’ajoute cette atmosphère "bobo-intello-blasé", qui n’aurait dû concerner que l’arrogant Ranjeet, mais qui en définitive, envahit tout le métrage. Du coup on ressent un certain parti pris du réalisateur, qui prend de façon à peine voilée fait et cause pour un Ranjeet Thadani exaspéré, un Anant Ghoshal hilare (Miland Soman) et filme un peut de "haut" l’univers naïf de l’idiot, marginalisant de fait, ce pauvre Bharat Bhushan. Veber, au contraire, semblait avoir de la tendresse pour son Pignon (le "con" du dîner) et même une certaine admiration quand celui-ci atteignait des sommets de bêtise.

Côté distribution, la troupe est intéressante sans réaliser de performances. En élèves appliqués, les acteurs restent eux aussi très fidèles aux originaux. Vinay Pathak fait du Villeret et Rajat Kapoor du Lhermitte, la fantaisie en moins, tandis que Ranvir Shorey frôle l’insupportable dans son rôle de contrôleur fiscal. Sarika et Milind Soman apportent heureusement un peu de fraîcheur et de spontanéité au casting.
Quelques bons points néammoins. Tout d’abord, la jolie chanson de début Kaun kiska hua hai, qui donne l’occasion d’écouter la talentueuse Vasundhara Das. Ensuite, malgré les faiblesses du film, une mise en scène assez dynamique, l’unique unité de lieu n’alourdit jamais le propos et s’agrémente d’une scénographie certes sobre, mais chaleureuse et lumineuse (rappelons que la comédie se déroule essentiellement le temps d’une soirée). Et enfin, l’audace du film. Il est toujours agréable de voir poindre quelques petites originalités dans l’univers policé (mais de moins en moins) du cinéma hindi. Bheja Fry peut faire penser à Mixed Doubles dans lequel Rajat Kapoor et Ranvir Shorey étaient aussi au générique. Deux films aux modestes moyens et aux sujets iconoclastes.

En somme, Bheja Fry est à voir… par curiosité.
A noter que le film s’est taillé un joli succès au box-office indien, devenant ainsi une des productions hindi les plus rentables de l’année 2007. Une suite est d’ores et déjà en préparation.

Commentaires
2 commentaires
En réponse à Laurent - le 09/03/2010 à 18:50

Je viens de découvrir ce petit film, et j’ai trouvé ça très sympathique ! Il y a bien entendu les défauts habituels de ce genre de remake (c’est nettement moins soigné, moins bien rythmé que l’original, le passage "touchant" final est raté, Ranvir Shorey est agaçant dans son rôle comique excentrique qui fait penser à du sous-Boman Irani ; je serais d’ailleurs curieux d’avoir ton avis sur son rôle, Jordan ;-), mais aussi des qualités : certains gags sont transposés de manière intéressante (le héros ne fait pas des modèles en allumettes mais est passionné de chant), Vinay Pathak a pour moi un côté "provincial naïf et chaleureux" que Villeret n’avait pas, et surtout je trouve Rajat Kapoor plus fin (notamment dans son utilisation de l’anglais, langue qui a une connotation de "supériorité sociale arrogante", quand il s’énerve) et attachant que Lhermitte, c’est un meilleur comédien, je trouve. En bref, je mettrais 6/10 à cet honnête divertissement qui me fait penser un peu à une sorte de "pièce de théâtre filmée" que quelques amis habitués aux films auteurisants se seraient amusés à monter, tournée un peu trop vite mais avec des comédiens assez naturels dans l’ensemble… Si on ne connaît pas l’original, c’est vraiment nettement plus fin et plus drôle que les comédies hindi moyennes de Dhawan et Priyadarshan, comme du petit Rajkumar Hirani plutôt.

Laissez un commentaire :

Laurent le 09/03/2010 à 18:50

Je viens de découvrir ce petit film, et j’ai trouvé ça très sympathique ! Il y a bien entendu les défauts habituels de ce genre de remake (c’est nettement moins soigné, moins bien rythmé que l’original, le passage "touchant" final est raté, Ranvir Shorey est agaçant dans son rôle comique excentrique qui fait penser à du sous-Boman Irani ; je serais d’ailleurs curieux d’avoir ton avis sur son rôle, Jordan ;-), mais aussi des qualités : certains gags sont transposés de manière intéressante (le héros ne fait pas des modèles en allumettes mais est passionné de chant), Vinay Pathak a pour moi un côté "provincial naïf et chaleureux" que Villeret n’avait pas, et surtout je trouve Rajat Kapoor plus fin (notamment dans son utilisation de l’anglais, langue qui a une connotation de "supériorité sociale arrogante", quand il s’énerve) et attachant que Lhermitte, c’est un meilleur comédien, je trouve. En bref, je mettrais 6/10 à cet honnête divertissement qui me fait penser un peu à une sorte de "pièce de théâtre filmée" que quelques amis habitués aux films auteurisants se seraient amusés à monter, tournée un peu trop vite mais avec des comédiens assez naturels dans l’ensemble… Si on ne connaît pas l’original, c’est vraiment nettement plus fin et plus drôle que les comédies hindi moyennes de Dhawan et Priyadarshan, comme du petit Rajkumar Hirani plutôt.

Amanpreet le 05/09/2008 à 13:54

Je suis curieuse de voir ce que le célèbre "Diner de Cons" donne à la sauce indienne, je pense que ca sera le prochaine film que je vais regarder !

Merci pour la critique Lafra’ !