]]>

Rab Ne Bana Di Jodi

Traduction : Et Dieu créa le couple

Bande originale

Tujh Mein Rab Dikhta Hai (Male)
Haule Haule
Dance Pe Chance
Phir Milenge Chalte Chalte
Tujh Mein Rab Dikhta Hai (Female)
Dancing Jodi

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 1er janvier 2009

Note :
(8.5/10)

Article lu 13644 fois

Galerie

Aditya est de retour ! Et la magie opère, avec une histoire qui n’est pas plus originale que Dilwale Dulhaniya Le Jayenge, mais qui elle aussi possède sa petite musique, un charme infini qui fait la différence. Pour autant, ne vous attendez pas au chef-d’œuvre du siècle, pas de rupture ici, pas de grande surprise ou de fulgurante innovation, mais ça fonctionne, avec un Shah Rukh Khan qui a retrouvé le chemin d’une certaine fraîcheur et de l’émotion sans pathos.

Surinder (Shah Rukh Khan) est invité par son ancien professeur au mariage de sa fille Taani (Anushka Sharma). Il s’agit d’un mariage d’amour, Taani est une jeune fille indépendante, insolente, qui aime rire et danser. Hélas le futur jeune marié se tue en chemin, le papa fait une crise cardiaque et fait promettre à Surinder et Taani de se marier, avant de quitter ce monde.
Autant marier la carpe et le lapin, comme disait La Fontaine : autant Taani est vive, exubérante, autant Surinder est coincé de chez coincé. Amoureux aussi, plein d’égards envers sa jeune épouse. Elle accepte son sort et assume consciencieusement son rôle de maîtresse de maison, tout en prévenant qu’elle n’aimera jamais son mari.

Mais elle s’ennuie et elle s’inscrit à un concours de danse. Là, le partenaire que lui attribue le hasard s’appelle Raj. Raj est drôle, un peu macho, parfois déplacé, un peu trop entreprenant mais poète et plein de sensibilité. Auprès de lui elle retrouve le goût de vivre et de rire.

Raj n’est autre que Surinder, prêt à tout pour la conquérir, qui avec la complicité de son vieux copain (Vinay Pathak), se crée un personnage compatible avec le concours de danse, qui peut tout dire à Taani alors que Surinder n’ose pas même la regarder dans les yeux.

C’est là qu’intervient la magie du scénariste-réalisateur Aditya Chopra : il crée toute une série de scènes qui sont autant de moments délectables, plutôt drôles dans la première partie, plutôt émouvants dans la seconde. Et de scène en scène, les personnages se découvrent, se construisent, se révèlent, l’intimité se crée entre eux et les spectateurs. On finit même par s’attacher à Surinder malgré son manque de communication crispant et sa moustache vintage. Petit exemple de l’effet Aditya : au détour d’une scène, Taani et Raj regardent Amritsar briller dans la nuit, les lumières de la ville s’éteignent et se rallument en formant les lettres I LOVE YOU. Je me suis retrouvée à me demander comment ils avaient pu réaliser une chose pareille sur une ville de cette taille avant de me souvenir que… allons, c’est du cinéma, les effets spéciaux c’est fait pour ça. J’étais tellement dans la scène avec eux que j’y croyais vraiment !

Shah Rukh Khan est au mieux de sa forme, continuant sur la lancée de Chak De ! India et de Om Shanti Om, inventant des personnages qu’on ne lui connaissait pas encore. Je dois dire que j’ai complètement marché, j’ai vu Surinder, Surinder déguisé en Raj, mais pas Shah Rukh Khan. Certaines scènes sont des must, quand il navigue entre ses deux personnages, que la sensibilité de l’un est heurtée mais que l’autre devrait s’en réjouir… c’est assez extraordinaire, et très émouvant. Pas toujours très réaliste, certes, mais peu importe.

Aditya Chopra comme Shah Rukh Khan pratiquent également l’autodérision avec un art consommé, venant épicer ça et là des scènes qui pourraient sembler conventionnelles. Anushka Sharma est extraordinaire de simplicité. Elle ne semble jamais jouer, juste être elle-même, et elle est très présente à l’écran.

Une des forces de Rab Ne Bana di Jodi est d’être résolument indien : tout est filmé en Inde, et rien qu’en Inde, les décors de rues sont réalistes, encombrés à souhait, on pourrait presque sentir les odeurs des échoppes de rue. Le ton et le fond de l’histoire sont puisés dans la tradition : Rab Ne Bana Di Jodi veut dire quelque chose comme « les couples sont assemblés par Dieu », et ce sont ces couples qui sont les plus forts, bien plus forts que les amourettes humaines. L’amour, le vrai, le grand, dépasse la simple personne ou le simple désir égoïste, pour voir et reconnaître en l’autre… Dieu (en toute simplicité).

L’autre force du film, c’est la musique de Salim-Sulaiman et les clips, enfin de vraies chorégraphies, des décors dignes de ce nom, avec notamment un bel hommage aux clips des années 60 et 70 (on sent l’influence de Om Shanti Om, mais on ne s’en lasse pas). Les musiques sont entraînantes, de celles qui donnent envie de danser et de frapper dans les mains en cadence, comme Haule Haule, Dance Pe Chance, Phir Milenge Chalte Chalte qui revient de façon récurrente ponctuer le film. Tujh Mein Rab Dikhta Hai, dans le registre mélancolique, est superbe. A noter : les paroles de la chanson Phir Milenge Chalte Chalte sont constituées de titres de films et de chansons amusez-vous à les reconnaître au passage !
Pour plus d’info sur la musique de Rab Ne Bana Di Jodi , voir l’article de Jordan White.

Rab Ne Bana Di Jodi est pour moi une vraie réussite, je lui souhaite un grand succès au box-office, car il renoue avec une certaine tradition tout en étant très actuel, il met au premier plan les émotions plus que l’action sans pour autant qu’on s’ennuie une seconde. Il n’essaie pas d’impressionner, sinon par sa simplicité. C’est un film du quotidien, rafraîchissant et attachant.

**************

Au cinéma, décembre 2008 : autant les sous-titres de Dostana et de Yuvraaj sont corrects, à quelques nuances près, autant pour Rab Ne Bana Di Jodi les sous-titres français sont vraiment approximatifs, gênants souvent, à la limite de la compréhension parfois. Bollywood Times, le distributeur en France, est conscient de ce fait, mais impuissant : la copie était arrivée le matin même, déjà traduite, sans possibilité d’intervenir dessus. Yash Raj Films affirme à BT que c’est une "traduction humaine"… bon, soit, mais francophone ? moyennement.
Bt promet une meilleure qualité pour le DVD…

Commentaires
33 commentaires
En réponse à gorkita - le 15/12/2008 à 16:11

Ahh ! Voila une critique qui met du baume au coeur en cette fin d’année ! Un film qui renoue avec la tradition, un vrai film d’amour à l’indienne ? J’ai hâte de le voir !

Laissez un commentaire :

isabelle le 10/06/2016 à 12:50

j’ai adoré !!!! je trouve beaucoup de poésie dans ce film, et du rêve !!! la naïveté de Surinder, l’exubérance de Raj, la mélancolie de Taani, vraiment j’ai passée un bon moment. lorsqu’on regarde ce genre de film, on y va pour voir du rêve et tout un tat d’émotions, qu’on ne peu voir ailleur !!! j’ai marché et progressé avec eux, je trouve le jeux des acteurs formidable, la musique entrainante, bref super !!!!

noella le 01/01/2011 à 15:39

C’est le film le plus triste comme progression que j’ai vu : plusieurs films montraient combien réduire Dieu à un être humain pouvait asservir la femme ; mais que l’égalité consiste à ce que l’homme voit Dieu dans sa femme ?Pas de joie dans ce film, mais comme un crépuscule qui enveloppe cette jeune femme trop tôt.Shah Rukh est très convaincant mais justement qu’elle y voit "Dieu" c’est terrifiant plus qu’autre chose. Tout autant que le double "vieux beau" même si il est touchant de maladresse, puisse l’amener à être de nouveau amoureuse.Et cette solitude comme femme de ménage dans une très jolie demeure d’ailleurs, dont il semble improbable qu’elle en assure l’entretien seule, tout autant qu’auparavant lui l’aurait fait.C’est trop , tout comme l’ami coiffeur :parfois on dirait un couple digne de la "cage aux folles" dans l’échange.Il manque la multitude pour qu’un effet de réel s’installe autour de ce "trio".Le choix aussi , digne d’un piège de la Bible dans l’ancien testament : Dieu adore aussi se travestir pour amener les hommes à choisir, tout en pipant les dés.Car la révélation au temple ?! A. Chopra avait été si brillant dans son premier film autant pour les dialogues que pour les portraits.On dirait un film fait pour avoir l’approbation de son père .Shah Rukh dit qu’il n’est pas un amoureux dans la vie mais qu’il se prête aux désirs de A. Chopra et père, K. Johar, F. Khan parce qu’ils le voient ainsi .Plus que jamais ses propos m’ont semblé vrais en voyant ce film : c’est un numéro intéressant pour un acteur , mais quelle tristesse dans ce rôle d’amoureux !

Silsila le 10/08/2010 à 00:25

Attention à la qualité du DVD de Rab ne bana di jodi sorti dernièrement chez BT : désolée mais l’image est franchement horrible, autant se procurer une copie chez un commerçant ! Par moments, on croirait regarder Canal Plus dans les années 80 lorsque la chaîne était brouillée ! Trop heureuse de la sortie je me suis jetée dessus, j’ai rapporté le DVD le lendemain, je l’ai visionné avec le vendeur, ce dernier qualifie le dvd de "mauvaise copie de divx" c’est dire ! Désolée BT mais là c’est vraiment du très mauvais travail !

Bolly fever le 27/04/2010 à 18:46

Lol, notre ciné a pantin est pourri c’est sur ! Mais au moins il diffuse du Bolly… Rab Ne bana di jodi je l’ai vu en DVd… et j’ai ADOREE !!!!!

Rien a voir avec l’immense deception après OM SHANTI OM (ennui mortel du debut a la fin)

j’ai trouvé cette histoire belle et simple, SRK est super convaincant en Surinde ! Certes, il n’y a pas la magie d’un DDLJ, ni la fusion du couple qu’il forme avec Kajol.

Mais a part quelques reaction etrange et incomprehensible (si quelqu’un peut m’expliquer ce qui lui prend a Anushka, de crier comme ca apres son mari apres le combat ac le sumo… serait elle aveuglé par son "non amour" ?? j’ai rien capté lol), tout est sublime ! Et jai adoré la musique.

Le petit plus : la multitude de clins d’oeil d’Adityia pour nous, les fans (une marque de fabrique de Karan Johar jusqu’ici, il me semble). On se regale !!!

BoLlY cRaZy le 12/12/2009 à 23:25

J’ai été très déçue par ce film, je trouve qu’il y avait vraiment matière à faire un beau long-métrage, qui resterait longtemps dans les mémoires, mais l’occasion est manquée. Je regrette notamment de ne pas assez voir dans le film SRK dans la peau de Surinder, beaucoup plus "gauche" et attachant que Raj. Ce qui sauve un peu le film, c’est le très bel album composé par le duo Salim-Sulaiman. Je lui mettrais juste 5,5, parce que ça reste original et simple comme histoire, sans maladresse majeure dans le scénario et avec un message fort que seuls les desi peuvent réellement comprendre (je dis ça sans vouloir faire de discriminations), mais voilà : d’Aditya Chopra, on attendait beaucoup, beaucoup mieux !

ASH le 21/09/2009 à 23:09

Pouvez vous me dire où vous voyez ces films pour je n’aille pas dans cette salle pourrie : :

ASH

Merci de votre réponse

Didi le 22/09/2009 à 16:28

Je crois qu’il s’agit de la salle 2 du ciné de Pantin, mais je n’en suis pas sure, car la question du froid ne se pose qu’en hiver. Peut-être ont-ils fait des travaux dans cette salle, depuis. Il faut être optimiste. Les commentaires qui font référence au froid datent de décembre, le moment où le film est sorti sur les écrans.

ASH le 21/09/2009 à 23:06

Voilà du bon SRK ( car il faut l’avouer il y a des films où il n’est pas terrible !!! ALORS QUE C’EST UN BON. SWADES - OM SHANTI DEVDAS et tous les autres … mais peut-être trop de films, trop d’activités annexes ; ;. Namaste. Ash

Ana le 08/08/2009 à 20:57

Film sympa, sans plus, je mets un 7/10…par contre, j’ai bien aimé les chansons

pbx67 le 19/04/2009 à 14:06

3e opus du triptyque d’Aditya sur la Grande Loi d’Attraction Universelle. Après le "love at first sight" de DDLJ, l’amour qui rend invincible ;) et qui pulvérise les carcans de la tradition, après "La suprématie de la loi d’amour" de Mohabbatein, ou "le cerveau droit affectif doit fonctionner en tandem avec le cerveau gauche mental" dans notre éducation, RNBDJ le 3e volet nous apprend que la Loi est impersonnelle, universelle et est à l’œuvre dans tous les êtres. Dans cette optique, ce film transcende largement Mughal-e-Azam.

Guiridja le 24/12/2008 à 18:28

ouais j’avoue, moi aussi la scène du sumo m’a franchement saoulée. J’ai pas bien compris le bute de cette scène (que je trouve bien trop longue). Ça m’a fait pensé à la scène de "baston" que l’on voit dans DDLJ à la gare, une scène qui pour moi est en trop et qu’on peut zapper.

gorka le 24/12/2008 à 15:04

Mise à part la calamiteuse scène de sumo, j’ai bien aimé ce film moi aussi…

Lili le 22/12/2008 à 13:26

Merci pour cet article ! Je vois que presque tout le monde a adoré.

Je l’ai vu samedi et j’ai trouvé ça plat. Il faut dire que les conditions étaient attroces : écran flou sur une moitié, déchiré et rafistolé avec du scotch, son qui crachait, sous titres pourris. Quand je lisais les sous titres impossible de comprendre,ça m’a vite ennervée et j’ai donc arrêté de lire pour comprendre avec l’audio. Mais le son crachait tellement que je ne comprenais rien non plus. Franchement autant passer des films sous titrés anglais que des sous titres aussi minables…

Quant au film en lui même, force est de constater que les acteurs font un effort mais je n’ai pas accroché. J’ai ris pour plusieurs scènes mais je ne suis pas réellement rentrée dedans et j’ai demandé l’heure à plusieurs reprises. Je n’ai pas cru à leur couple un seul instant, la magie n’opère pas pour moi et le film me parait donc invraisemblable. Les chansons, à part les chansons lentes, sont absolument inaudibles. Ce mélange de dance et de je ne sais trop quoi dépassé m’a cassé les oreilles.

Pourtant j’attendais vraiment ce film, moi qui aime SRK, les films assez traditionnels et les histoires d’amour. En plus DDLJ est mon film preferé et j’avais été très déçue par mohabbatein, dont je n’avais adoré que la BO. Ce dernier m’avait semblé bien trop grand et pompeux pour pas grand chose et je pensais que c’était un accident de parcours. Maintenant je me demande si c’est pas DDLJ l’accident de parcours.

Euh sinon il me semble qu’Anushka Sharma est mannequin :D

Vidhan le 22/12/2008 à 09:13

Bon le scénario est un peu tiré par les cheveux, surtout vers la fin , mais j’ai quand même passé un bon moment avec ce film. Mention spécial pour le générique de fin à ne pas louper.

benny-lava le 21/12/2008 à 15:12

"Anushka Sharma est extraordinaire de simplicité… Sans être d’une grande beauté, elle est très présente à l’écran"

Quoi mais elle est super jolie !!

Sinon mention tres bien au pote de Shah rukh vu dans Bheja fry. ça c’est du macho man !

sofy_pff le 15/12/2008 à 21:32

Wah, quelle réactivité Maya, bravo !

J’ai vu RNBDJ dimanche à 16h : pareil, séance de 15h annulée, notre salle était certes un peu plus chauffée que le 2 (que je connais bien !), mais pas top non plus et innovation : cette fois, les spectateurs de la séance suivante sont entrés dans la salle 5 minutes avant la fin de notre projection !! Le bordel ! Le mec du staff du ciné qui devait les faire patienter à l’entrée de la salle devait être bloqué au toilettes… LOL !

Au début, tous ces désagréments je trouvais ça marrant, mais ça devient fatiguant…

Sinon suis assez d’accord avec ta note, même si j’ai légèrement préféré Dostana (à qui tu as mis 7/10). Un film qu’on peut aller voir en famille sans problème, avec un message assez fort et qui sens bon l’Inde, la (presque) vraie. Les séquences au Golden Temple sont ma-gni-fiques.

PS : au public de l’Espace Cinéma de Pantin : oubliez qu’on est en France le temps d’une projection et lâchez-vous, exprimez votre joie de voir le Shah sur grand écran !!(la salle était un peu timide dimanche…)

Guiridja le 15/12/2008 à 18:34

Ouais moi aussi c’était tendu samedi, (annulation de projection du film annoncé à la one again, on a poireauter 1h …)

et ce qui m’embête c’est que j’amenais avec moi une amie et c’est la première fois qu’elle vient voir un film Indien au ciné donc un peu la honte lorsqu’elle me demande si c’est normale la salle pas chauffée, les annulations comme ça, les sous titre à la one again aussi … etc (surtout pour une place à 10 euros … pour 9 euros tu vas à UGC/mk2 et tu as de vraies bonnes conditions)

Gandhi Tata le 15/12/2008 à 18:23

très bonne critique et il est vrai que certaines salles sont vraiment pourries, à quand une salle digne de ce nom ? wait and see

perso, j’ai eu la même mésaventure quand j’ai été voir Billa avec des gouttes d’eau suite à une fuite, autant faire une projection en plein air lorsqu’il pleut :D

bref j’irai le voir mais je me tate sérieusement en attendant une probable avant première si ça sort chez Bodega, même si ils tardent ils veillent aux conditions de la projection.

jc

gorkita le 15/12/2008 à 16:11

Ahh ! Voila une critique qui met du baume au coeur en cette fin d’année ! Un film qui renoue avec la tradition, un vrai film d’amour à l’indienne ? J’ai hâte de le voir !

cricri le 15/12/2008 à 11:03

merci Maya pour cette superbe critique, encore du rêve en perspective. Ce qui fait tellement de bien avec les films indiens de cette veine, c’est qu’il transmettent, eux au moins, des messages positifs, des valeurs d’Amour, comme tu l’expliques : voir Dieu en l’autre ( toute la philosophie Bouddhiste ) Cela apporte de la joie, chose pratiquement absente du cinéma occidental, quel dommage que certains cinéastes indiens essaient de copier ce genre pour faire "jeunes" . Il va me falloir attendre la sortie du DVD, mais est-ce que Bollywood Times va pouvoir améliorer les sous titres ou vont-ils nous sortir la même version que celle que vous avez vu ? parce qu’à ce moment là autant acheter des DVD ailleurs, cela ira plus vite ( déjà le DVD de Main Hoon Na n’est pas au top, mais cela reste largement compréhensible) si celui là est aussi mauvais que KANK c’est désolant !

Maya le 15/12/2008 à 23:02

Bollywood Times nous a promis que la traduction du DVD serait meilleure que celle du cinéma, parce qu’ils pourront la retoucher.

Il faut aider l’équipe de BT, ils font ce qu’il peuvent !

cricri le 17/12/2008 à 10:48

Bonne nouvelle si la traduction du DVD est meilleure, j’attendrai donc la sortie du DVD chez BT, il faut les aider

Didi le 16/12/2008 à 11:29

Les aider de quelle façon ?

Sinon, pour en avoir vu de toutes les couleurs avec les sous-titres, ceux de RNBDJ n’étaient pas traduits mécaniquement par google (il n’y avait pas de "lieutenant" et autres perles caractéristiques de la traduction automatique). Non, le problème, ici, c’était que la société de Bombay qui a fait le travail n’avait pas sous la main quelqu’un qui maîtrise le français, capable de corriger les "je renné" et autres conjugaison fantaisiste, savoir que "la queue entre les jambes" dans un contexte grave peut faire sourire, etc. C’est dommage car pour Dostana, malgré quelques fautes d’accord et des faux sens, c’était tout à fait lisible.

Elodie le 15/12/2008 à 09:02

J’ai eu la grande de chance de pouvoir Rab ne bana di jodi le jour même de sa sortie, vendredi soir. Je suis monté exprés (en autre) pour voir ce film tant attendu, et je n’ai pas été déçu. Shah Rukh Khan est encore une fois de plus époustouflant et grandiose. Ce film est un vrai bijou. Les chansons sont magnifique, Shah Rukh Khan est illarant, et l’histoire est superbe. A voir en urgence même si c’est vrai qu’il fait assez froid dans le cinéma. Il me tarde que le DVD sorte pour le revoir, le rerevoir et le rererevoir à l’infinit. Merci merci merci merci …à Bollywood Times de nous permettre de voir enfin au cinéma les films de bollywood.

lilipaule44 le 14/12/2008 à 20:47

Grâce à cette bonne critique il me tarde de découvrir "LE" film de cette fin d’année, en dvd bien sûr, mais c’est mieux que rien. En esperant de meilleurs sous titrages que lors de sa projection à Paris !

cindy le 14/12/2008 à 18:58

j’y suis allée samedi à 13h, comme Chantal, et moi aussi j’ai trouvé ce film génial.

merci à Bollywood Times.

et vivement la sortie de ce film en dvd…. !!!

Chantal le 14/12/2008 à 14:20

J’y sui allée samedi en salle 1 à 13h, y’avait une super bonne ambiance.. J’ai adoré le film, il est vraiment génial, rien que le fait de voir Shah Rukh Khan à l’écran m’a réchauffé le coeur, et oui je suis une grande fan de lui, malgrè que le sous-titre n’est pas parfait, merci à Bollywood Times de nous avoir fait partagé la diffusion du film en même temps que le monde, ils font vraiment un effort pour essayer de nous donner le meilleur confort, et qu’on soit satisfait ! J’aime regarder le films en même temps que dans les autres pays, ça crée une ambiance commune !

lafra’ le 13/12/2008 à 21:29

merci pour ta critique et ta réactivité Maya…j’espère qu’il sortira assez rapidement en dvd…

NB : vraiment n’importe quoi les conditions de projection

le 13/12/2008 à 20:02

c nul d’aller au cinema 4 chemins il fait trop froid dans la salle en plus les sous-titres mediocre 10€ le billet n’importe quoi

Soniya le 13/12/2008 à 10:37

Superbe critique Maya ! Un film où l’on ne s’ennuie pas, poétique, sensible et intelligent, avec de bons acteurs, un bon Bolly comme on les aime, que pour une fois je n’hésiterai pas à conseiller aux non-bollywoodiens !

jawad le 13/12/2008 à 10:33

Quelle rapidité Maya ! Bravo à toi pour cet article qui donne envie d’aller voir le film malgré les conditions dantesques !

Laurent le 13/12/2008 à 18:33

Exactement, ça donne envie de voir le film "malgré tout". Je peux donc m’attendre à un solide bon film au grand minimum (pour être agréablement surpris !).

Jordan le 13/12/2008 à 09:37

Merci pour cette belle chronique Maya. J’ai adoré le film de bout en bout. Rarement j’ai vu la foi aussi joliment représentée d’une façon générale dans le cinéma et en particulier dans le ciné indien. La ville d’Amritsar m’a semblée briller de mille feux comme tu le précises toi-même. On peut presque sentir les épices des échopes derrière la toile. La musique est merveilleusement mise en valeur (la partie instrumentale notamment) et je n’ai pas trouvé le film long, tellement j’étais emporté dans l’histoire. Anushka est une révélation. Un rôle varié, et elle est vraiment charismatique. Shahrukh s’amuse et nous amuse, tout en nous émouvant. Pour moi un très très grand film, sans doute même extraordinaire parce qu’il transcende ce qu’il y a de plus ordinaire par le biais du cinéma : le sentiment amoureux et surtout le coup de foudre et l’apprentissage de l’amour dans le couple.