]]>

Chalo Dilli

Traduction : Allons à Delhi

LangueHindi
GenresComédie, Road-movie
Dir. PhotoNikos Andritsakis
ActeursLara Dutta, Vinay Pathak
Dir. MusicalAnand Raj Anand, Gaurov Dasgupta, Sachin Gupta, Rohit Kulkarni
ParoliersShabbir Ahmed, Manthan, Anand Raj Anand, Krishika Lulla, Nisha Mascarenhas
ChanteursSukhwinder Singh, Neeraj Shridhar, Raja Hasan, Natalie Di Luccio, Kamal Heer, June Banerjee
ProducteursKrishika Lulla, Kavita Bhupathi Chadda, Lara Dutta
Durée120 mn

Bande originale

Chalo Dilli
Hi 5
Kaun Se Badi Baat
Laila O Laila
Matargashtiya
Moments in Life
Hi 5 (Club Mix)
Laila (Club Mix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Didi - le 28 février 2012

Note :
(7/10)

Article lu 3207 fois

Galerie

Mihika Banerjee (Lara Dutta) est une brillante femme d’affaires moderne, élégante, occidentalisée et maniaque de l’hygiène. Elle travaille, comme il se doit, à Bombay, capitale économique de l’Inde alors que son mari (Akshay Kumar), militaire de carrière, réside à Delhi. Entre deux voyages d’affaires autour du monde, elle doit prendre l’avion pour Delhi où son mari lui a préparé une fête d’anniversaire. Or, les choses ne se passent pas comme Mihika l’avait programmé… D’abord, elle rate son avion et doit voyager sur une compagnie low cost, puis son vol est détourné sur Jaipur ce qui l’oblige à finir la route en voiture avec chauffeur. La voiture est une vieille guimbarde et le chauffeur, pas très dégourdi, est même plutôt endormi. Entre-temps, un des passager, Manu Gupta (Vinay Pathak), croisé durant le vol s’est « incrusté » dans la voiture. Manu, vendeur de saris, de classe moyenne, est plutôt rustre et accro à la chique de la feuille de bétel. Ce qui devait arriver, arriva… La voiture tombe en panne au milieu de nulle part sur une route du Rajasthan et notre très sophistiquée Mihika, affublée du sympathique, mais néanmoins lourdeau, Manu, vont devoir finir leur voyage à grand renfort de système D…

Sorti en avril 2011, en plein milieu de la saison de cricket (IPL et coupe du monde, ou l’inverse, je ne suis pas experte en cricket), cette petite production est passée assez inaperçue, tenant l’affiche durant trois semaines et faisant le score honorable, vu la mise de départ (5 crore de budget) de 9,5 crore au box-office. Soyons clairs : le film ne laisse pas un souvenir impérissable et ne révolutionne pas le cinéma par son originalité, néanmoins Chalo Dilli possède quelques qualités qui méritent le détour.

Chalo Dilli, on l’a dit, ne brille pas par son originalité, ayant recours à deux ficelles scénaristiques classique : le road movie et la réunion de deux personnages, ici un homme et une femme, que tout oppose. Du genre road movie, Chalo Dilli retient le côté initiatique du voyage qui permet aux personnages d’aller au-delà de leurs limites et d’en revenir transformés. Ce genre semble connaître, ces dernières années, un regain d’intérêt dans le cinéma populaire indien (Jab we met et son remake tamoul, Road, Movie, ZNMD). Quant au couple de personnages que tout oppose, mais qui doivent faire route ensemble malgré eux, cela n’est pas quelque chose de nouveau non plus, étant donné que de l’opposition des caractères découle la plupart des situations comiques. Néanmoins, Chalo Dilli se distingue de films comme la première partie de DDLJ ou de Jab we met par son dénouement : Mihika et Manu ne vont pas finir mariés, puisqu’ils le sont déjà chacun de leur côté. Autrement dit, Chalo Dilli est une comédie, mais pas une comédie romantique. Le romantisme est d’ailleurs évacué du film pour ne laisser place au départ qu’à l’antagonisme, puis à la franche amitié une fois les épreuves passées.

En effet, notre débonnaire Manu, qui est loin de se mettre la rate au court-bouillon et qui, à toute nouvelle épreuve, oppose un « ce n’est pas si grave » (« it’s not a big deal » dans le texte des sous-titres anglais), va parvenir au terme de ce long périple à dérider notre femme d’affaires stressée et très attachée à ses principes (soit son sac de marque, ses hauts talons et sa bouteille d’eau minérale). Il va même au-delà, notre bon Manu, en faisant comprendre à cette femme beaucoup trop matérialiste (son côté occidentalisé) que les choses simples de la vie, la beauté d’un lever de soleil, les saveurs authentiques de la cuisine rurale, l’amour des siens et leur santé, etc., sont bien plus importants que les contretemps d’un voyage ou des chaussures de marque.

Le couple pour le moins étonnant formé par Lara Dutta, géniale dans son rôle de femme sophistiquée maniaque de l’hygiène, et Vinay Pathak, dans l’un de ses avatars habituels (le gars débonnaire et comique au physique peu avenant), est le ressort principal de cette comédie bien rythmée à l’humour léger, même si elle n’est pas exempte de quelques recours aux blagues moins subtiles, on va dire.

La musique sans « boum-boum » (quel plaisir !), mais plutôt style bhangra, est un autre atout du film. En revanche, il n’y a pas de séquences chorégraphiées, les chansons accompagnant juste la route de nos personnages à l’exception de la reprise du numéro de Zeenat Aman dans Qurbani, Laila o Laila, ici dansé par l’item girl d’origine tchèque, Yana Gupta.

La dernière qualité du film est, comme il se doit pour un road movie, la photographie, qui met remarquablement en valeur les paysages du Rajasthan et ses habitants aux habits colorés. De sorte que si vous regardez le film et qu’il ne vous emballe que moyennement, vous n’aurez pas tout perdu en voyageant sur les petites routes du Rajasthan, ou bien dans la deuxième classe d’un train bondé avec les vendeurs ambulants venant proposer leur marchandise aux arrêts des petites gares.

À plusieurs reprises, lors de chroniques de films diverses, j’ai fait état de cette période où les productions hindies péchaient pas leur côté standardisé/ insipide ou trop occidentalisé. C’est en fait l’année 2010 qui a été marquée par cette tendance, l’année 2011 s’étant révélée être un bon cru.

Pour finir, je tiens à signaler aux lecteurs qui découvriraient ce petit film sympathique grâce à cette chronique que c’est mon cher et tendre (alias mon mari) qu’il faut remercier pour cette trouvaille à côté de laquelle je serais passée tant le film a été exploité sans tambour ni trompettes. Mon cher et tendre n’est pas amateur de films indiens, loin s’en faut, il n’a vu que quelques-uns des rares films qui sont sortis sur les écrans français. Néanmoins, il a passé un bon moment en le visionnant dans l’avion qui le menait à Bombay pour voyage d’affaires. J’espère que ce sera votre cas.

Commentaires
6 commentaires
En réponse à Didi - le 29/02/2012 à 00:45

Chalo Dilli et ZNMD ne jouent clairement pas dans la même catégorie et n’ont pas le même budget. Par ailleurs, le public cible n’est pas du tout le même. Chalo Dilli s’adresse à l’Indien moyen qui rira de la femme sophistiquée qui casse ses hauts talons, qui n’a jamais pris le train, etc.
ZNMD s’adresse aux classes moyennes supérieures, rêvant de voyage en Europe. Le film a été financé en partie par Tour España dans le but avoué de promouvoir l’Espagne auprès des futurs touristes indiens qui représentent une importante manne potentielle (Europe est en crise, l’Espagne a besoin de son tourisme, part importante de son PIB, il faut bien aller chercher les touristes dans les pays émergents). Cela a été dit et répété dans la presse espagnole : avec ce film, l’Espagne compte doubler le nombre de touristes indiens. Il fallait donc que le dépliant touristique (les images, la variété des paysages, les manifestations culturelles, etc.) soit à la hauteur.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

vijay ouest le 08/06/2020 à 16:45

Chalo Dilli : une belle histoire très drôle, pleine de générosité et bien racontée. Vinay Pathak et Lara Dutta sont excellents, ils m’ont impressionné et le film m’a enthousiasmé. C’est adapté du film américain "Un ticket pour deux" ("Planes, Trains and Automobiles", 1987) mais l’histoire a été intelligemment indianisée. Une réussite.

mel le 07/03/2012 à 11:25

Même si il y a un air de déjà-vu et quelques longueurs, Chalo Dili m’a fait passer un bon moment. Merci d’avoir signalé ce film.

C’est donc elle Yana Gupta !! Bon, c’est le passage que j’ai passé en accéléré parce que, bof bof. Maintenant, comme il se passe quelque chose pendant l’item number, il a bien fallu que je le regarde à nouveau :-)

Anne le 29/02/2012 à 00:13

Quelle coincidence, je l’ai moi aussi vu dans un avion (il y a de cela quelques mois néanmoins) ! Je l’ai même vu 2 fois, à l’aller et au retour (puisque les choix étaient plutôt limités en terme de films hindi sur le vol) et je suis encore plus tombée sous le charme du film au second visionnage.

J’ai par exemple réalisé à quel point Lara et Vinay étaient les mieux placés pour incarner ces personnages. Lara n’a hélas pas eu beaucoup de rôles à la mesure de son talent au cours de sa carrière ; et Vinay arrive à nous toucher profondément. On oublie même qu’il est acteur tellement il est crédible, des "Manu" on en croise des milliers dans le sous-continent indien !

On n’en prend pas forcément la mesure, mais chaque dialogue, chaque scène a son importance et contribue à l’authenticité du film. Par exemple lorsque le duo se met à table, le premier réflexe de Manu est de demander à ce que le ventilo soit tourné de leur côté alors qu’il fait nuit (et donc frais). Rien que cette mini-séquence m’a fait sourire parce que c’est effectivement comme cela que ça se passe dans la vraie vie :D

Il y a quelques points négatifs cependant : la 2ème partie du film est clairement inférieure à la première, l’item number sent la stratégie commerciale à plein nez et arrive comme un cheveu sur la soupe, l’entrée en scène d’Akshay fait trop "filmi" et casse l’atmosphère réaliste du film et la chanson-titre est injustement sacrifiée de la même manière que le tout aussi génial "Sadi Gali" dans Tanu Weds Manu.

Enfin je termine sur un désaccord : je trouve que justement pour un road movie, la photographie laisse plutôt à désirer et c’est franchement dommage, parce qu’un film se déroulant en plein Rajasthan aurait pu donner lieu à une véritable merveille visuelle. Le film aurait du davantage nous faire voyager par ses images, mais sur ce point Zindagi Na Milegi Dobara est largement plus réussi !

Didi le 29/02/2012 à 00:45

Chalo Dilli et ZNMD ne jouent clairement pas dans la même catégorie et n’ont pas le même budget. Par ailleurs, le public cible n’est pas du tout le même. Chalo Dilli s’adresse à l’Indien moyen qui rira de la femme sophistiquée qui casse ses hauts talons, qui n’a jamais pris le train, etc.
ZNMD s’adresse aux classes moyennes supérieures, rêvant de voyage en Europe. Le film a été financé en partie par Tour España dans le but avoué de promouvoir l’Espagne auprès des futurs touristes indiens qui représentent une importante manne potentielle (Europe est en crise, l’Espagne a besoin de son tourisme, part importante de son PIB, il faut bien aller chercher les touristes dans les pays émergents). Cela a été dit et répété dans la presse espagnole : avec ce film, l’Espagne compte doubler le nombre de touristes indiens. Il fallait donc que le dépliant touristique (les images, la variété des paysages, les manifestations culturelles, etc.) soit à la hauteur.

Anne le 29/02/2012 à 14:55

Aah c’est donc pour ça ! Dans ce cas la mission a été parfaitement accomplie :)

Je conçois bien que le budget ne soit pas du tout le même pour les deux films, mais je persiste à penser que l’équipe aurait pu se payer les services d’un meilleur directeur de la photo… Un grand nom tel que Sudeep Chatterjee a bien travaillé sur Dor (qui m’a laissé un meilleur souvenir en ce qui concerne les images), Binod Pradhan a bossé sur Nanhe Jaisalmer ou encore Santosh Thundiyil (Kuch Kuch Hota Hai) faisait partie de l’équipe de Tere Bin Laden, un autre film à petit budget. Bon après j’avoue ne rien savoir de la rémunération que chacun demande ; l’idée que je me fais est qu’un directeur de la photo ne coute pas spécialement les yeux de la tête, mais je peux très bien me tromper…

Là où Chalo Dilli marque un bon point néanmoins, c’est qu’il parvient à nous faire voyager malgré cette photographie qui ne m’a (personnellement) pas conquise !

francelisel le 28/02/2012 à 13:32

Lara peut continuer comme productrice car sa carrière ne lui offre pas grand chose côté rôles. Elle pourrait ainsi choisir ses rôles et les interprêter. Akki a fait gratuitement un cameo dans ce film. Ils ont joué ensemble dans le 1er film de Lara, Andaaz, que je vous recommande. Avec des films à petit budget, elle prend moins de risques. Mais elle pourrait s’autoriser 3 item numbers au minimum : génériques de début et de fin plus un au milieu…
Elle pourrait innover car aujourd’hui l’item number est dans une surenchère des numéros de plus en plus sexy version cabaret. Ce qui est un appauvrissement. Katrina dans Agneepath est l’objet de toutes les louanges dit-on…