]]>

7 juillet. Bon anniversaire… au cinéma en Inde

Publié samedi 7 juillet 2012
Dernière modification lundi 5 juillet 2010
News lue 1582 fois

Par Madhurifan

Rubrique News
◀ Sorties du vendredi 6 juillet
▶ Jeu-concours The Dirty Picture

L'arrivée du train en gare de la Ciotat

En 1896, six mois après leur première projection à Paris dans le "salon indien" de l’hôtel Scribe, les frères Lumière envoient leurs opérateurs à travers le monde. Parmi eux, Maurice Sestier doit aller en Australie. Sur sa route il fait escale à Bombay. Comme il est hébergé à l’Hôtel Watson, c’est là qu’il organise la première projection du cinématographe des frères Lumière en Inde. Elle a lieu le 7 juillet 1896. Vu son prix d’entrée de 1 roupie, prohibitif pour l’époque, la séance sera suivie essentiellement par l’élite anglaise et indienne présente dans cette ville très occidentalisée.

Au cours de cette séance, 6 courts-métrages seront diffusés dont les célébrissimes Arrivée du train en gare de la Ciotat et La sortie de l’usine. Le Times of India dira que cette invention est "la merveille du siècle".

Devant le succès de la première séance, une nouvelle est organisée une semaine plus tard au théâtre Novelty. Cette fois-ci il y a une plus vaste gamme de places (de l’orchestre au banc) pour permettre à un plus grand nombre de spectateurs d’y assister. Les hommes et les femmes sont séparés. Un orchestre accompagne les images.

Le cinéma vient de harponner l’Inde.

Le 15 août a lieu la dernière projection et Maurice Sestier poursuit son périple.

Si cette visite historique a été le coup d’envoi du cinéma en Inde, elle fut beaucoup moins mémorable pour Maurice Sestier. L’objectif des opérateurs envoyés par les frères Lumière était de filmer le monde. Les versions diffèrent sur ce qui s’est réellement passé en Inde. Pour certains Sestier n’y a rien filmé. Pour d’autres (Erik Barnouw) ses films furent jugés inutilisables et ne furent pas inscrits au catalogue Lumière. Toujours est-il que plus de 100 ans après, on se souvient encore de lui.

Commentaires
Pas encore de commentaires