]]>

Aadhavan


Année2009
LangueTamoul
GenreFilm d’action
RéalisateurK. S. Ravikumar
Dir. PhotoGanesh Rajavelu
ScénaristeK. S. Ravikumar
ActeursSurya, Nayantara, Rahul Dev, Vadivelu, Sayaji Shinde, Murali, Saroja Devi
Dir. MusicalHarris Jeyaraj
ParoliersPa. Vijay, Vaali, Na. Muthukumar
ChanteursChinmayi Sripaada, Benny Dayal, Karthik, Shail Hada, Harini, Suvi Suresh, Andrea Jeremiah, Maya, Unnikrishnan, Mano, Dr. Burn, Sudha Raghunathan, Mega, Sandhya, Sri Charan
ChorégraphesDinesh Kumar, Baba Bhaskar, Gayatri Raghuram, Shobby
ProducteurUdhayanidhi Stalin
Durée166 mn

Bande originale

Hasili Fisili
Yeno Yeno Panithuli
Dammaku Dammaku
Vaarayo Vaarayo
Dekho Dekho
Maasi Maasi

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Didi - le 12 avril 2010

Note :
(5/10)

Article lu 2540 fois

Galerie

Aadhavan (Surya) est un tueur à gages émérite qui peut exécuter ses contrats, quelle que soit la cible. Il travaille pour son père adoptif, chef de gang (Shiyaji Shinde). Un jour, alors qu’il doit tuer un magistrat (Murali) pour le compte d’un truand vraiment, vraiment abject (joué par Rahul Dev, rappelez-vous, le méchant raja psychopathe de Pournami), impliqué dans un odieux trafic d’organes que le juge est en train d’instruire, Aadhavan rate sa cible. Pas de bol. S’étant fait souffler dans les bronches par papounet et le client, il va tout tenter pour exécuter ce fichu contrat, ce qui veut dire s’infiltrer chez le juge sous une couverture. Malheureusement pour la fluidité de la narration, c’est Vadivelu la couverture, il est cuistot chez le juge et Aadhavan/Surya est censé être son commis. Dans la maison du juge, accessoirement, Aadhavan s’attire les bonnes grâces de la sœur du juge (Saroja Devi) et rencontre Thara (Nayanthara), qui lui fait les yeux doux. S’ensuivent quelques chansons, un coup de théâtre et beaucoup d’action…

La sortie d’Aadhavan était très attendue au Tamil Nadu. En effet, le film allait réunir le réalisateur de Dasavatharam et Surya, acteur qui s’est classé numéro 1 au box-office du Tamil Nadu, en 2009, avec Ayan. Avec Harris Jayaraj à la musique, le film s’annonçait donc très prometteur… Or, de nombreuses qualités sur le papier ne font pas forcément un bon film, de même qu’une bonne performance au box-office (Aadhavan s’est classé 3e et a fêté, il y a peu, ses cent jours d’exploitation en salles) n’est pas nécessairement synonyme de qualité.

Aadhavan est un masala d’action classique qui réunit, avec plus ou moins de réussite, les figures imposées par le genre, soit l’humour, l’amour et l’action.

Dans Aadhavan, c’est sans conteste l’action qui s’est taillé la part du lion et qui fait l’intérêt du film. Les scènes de présentation du héros dans la pratique de sa profession, tueur à gages, sont assez bien réussies, entre autres, celle où Aadhavan/Surya surgit de l’eau pour exécuter un swami en pleine cérémonie - il est vrai que les swamis dérapent ces derniers temps et se retrouvent mêlés à des affaires bien peu orthodoxes. Il en va de même pour les scènes finales où notre super-héros doit désamorcer une bombe, tuer le méchant, assez coriace et peu enclin à se laisser trucider, tout en exécutant quelques cascades, accroché à un hélicoptère. Dans ce domaine, rien à dire, Surya assure et sait faire plaisir à ses fans, tout spécialement à ceux de la gent masculine, toujours demandeurs de scènes d’action ou de bagarres chaque fois plus spectaculaires.

L’idylle amoureuse entre le héros et l’héroïne, autre figure imposée, est ici sous-exploitée à l’image de l’actrice Nayanthara, pourtant réputée pour sa plastique et son glamour. Les fans de Surya, ceux de la gent féminine, cette fois, qui craignaient de voir une Nayanthara accrochée en permanence aux pectoraux de Surya, peuvent respirer : le beau torse de l’apollon tamoul reste libre de toute sangsue. À peine vient-elle prendre la pose et esquisser quelques pas pendant les séquences chantées.

La partie comique est, sans aucun doute, la plus indigeste du film. Si l’on est habitué aux pitreries du comique Vadivelu, le voir monopoliser l’écran pendant plus d’une heure de film, ralentissant considérablement la narration de la première partie, est assez agaçant. D’autant plus que ses scènes, imbriquées à l’intrigue du film, permettent difficilement d’avoir recours à la touche "avance rapide".

La musique de H. Jayaraj, qui nous avait habitués à bien mieux, entre autres avec la sublime BO de Vaaranam Aayiram, est assez médiocre pour ne pas dire mauvaise, le comble étant atteint par la chanson Maasi maasi aux paroles d’une nullité affligeante. La seule séquence chantée sortant de ce lot de médiocrité sonore et verbale est le dappa de présentation du héros, Dammaku dammaku, regardable et écoutable, certes, mais beaucoup moins réussie que Pala pala de Ayan.

Aadhavan est donc un produit standardisé à peine sauvé par la présence de Surya à réserver aux amateurs inconditionnels de masala d’action ou aux fans de Surya afin de leur permettre d’attendre la sortie de son prochain film.

Commentaires
6 commentaires