]]>

Aashiqui 2

Traduction : Romantique - 2

Bande originale

Tum Hi Ho
Sunn Raha Hai (Male)
Chahun Main Yaa Na
Hum Mar Jayenge
Meri Aashiqui
Piya Aaye Na
Bhula Dena
Aasan Nahin Yahan
Sunn Raha Hai (Female)
Milne Hai Mujhse Aayi

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 25 février 2014

Note :
(6.5/10)

Article lu 4901 fois

Galerie

Le scénario d’Aashiqui 2 est celui d’Une étoile est née avec Judy Garland.

Rahul est chanteur. Il a fait un tube monstre : Sunn Raha Hai. Mais le succès l’a fait dériver vers l’alcool. Jusqu’au jour où il rencontre Aaorohi, qui chante sa chanson dans un bar. Il est éblouie et décide de faire d’elle une chanteuse. Et puis l’amour s’en mêle. Voici donc le synopsis d’une des "réussites surprises" de l’année.

Certain films vous laissent une plus grande impression que d’autres, car ils font échos à quelque chose en vous. Cela peut être un épisode de votre passé ou les valeurs que vous défendez. Pour moi, Aashiqui 2 est l’un de ceux-là. J’ai vidé la moitié de ma boite de mouchoir, j’ai sangloté comme une gosse et le final m’a laissé furieuse. Il est bien évident que tout le monde ne va pas réagir de la même façon ; aussi, si vous décidez de voir ce film après avoir lu cet article, ne vous attendez pas forcément à être aussi touché que je l’ai été.

Aashiqui 2 vient après Aashiqui, un film qui avait connu le succès grâce à sa bande originale en 1990. Cependant, je n’ai pas vu ce premier opus. Rien de grave, car il n’y a pas de lien entre les deux histoires qui peuvent se regarder indépendamment.

Le fait que la carrière d’Aaorohi occulte totalement celle de Rahul fait échos au film de 1973 avec Jaya Bachchan et Amitabh Bachchan, Abhiman, où on retrouve la même situation. Mais que le monde de la musique, comme celui du cinéma, soit un monde sans pitié nous le savions déjà. Le public est volage et cruel. Du jour au lendemain il porte aux nues un inconnu et l’abandonne sans un regard quand celui-ci ne correspond plus à ses attentes. Que ce soit dans Khoya Khoya Chand pour le cinéma ou dans London Dreams pour la musique c’est quelque chose que l’on a donc déjà vu. Je vais alors m’attacher à deux autres points qui m’ont paru plus intéressants.

Le premier, c’est la situation incroyable dans laquelle les personnages s’enfoncent au fur et à mesure de l’histoire. Comprenez : ils sont beaux, ils sont jeunes, ils ont de l’argent, la famille n’est pas un obstacle, ni la religion, ni un pacte stupide (toute référence à Jab Tak Hai Jaan est pleinement assumée). Pourtant, c’est compliqué pour eux de s’aimer. Pardon ? Mais leur situation est même plus simple que dans Amour, gloire et beauté ! Ils se créent des problèmes qui n’ont pas lieux d’exister et qui leur pourrissent la vie, en particulier au jeune homme. Et oui, parce que pour la jeune fille, c’est simple : elle est amoureuse et c’est plus important que tout. Point barre. Oui, mais (on dirait un gamin d’école primaire qui s’adresse à la maîtresse), Rahul veut qu’Aarohi réalise son rêve de devenir la nouvelle Lata Mangeshkar. Elle a pourtant fait son choix, mais non… Bref. C’est le côté le plus énervant de l’histoire à mon goût.

Le second point sur lequel je souhaiterai m’arrêter, c’est la relation entre Rahul et son père. Son père s’inquiète pour son fils. C’est normal. Il l’appelle régulièrement. C’est bien. Il devine à la voix de son fils s’il va bien ou non. C’est fort. Mais je trouve cela incroyable qu’alors qu’il sait que son fils ne va pas bien, qu’il cède lorsque celui-ci lui demande de ne pas venir. Du coup, on nous montre une relation père-fils qui devrait fonctionner, sauf qu’on ne voit jamais le père. Or la présence physique, c’est quand même tout autre chose qu’un coup de téléphone (et je ne parle même pas d’un sms). Le téléphone, ça suffit quand tout va bien, mais ça ne va pas empêcher Rahul de boire. J’ai trouvé que la situation montrait assez bien certaines dérives que la technologie convoie (attention, elle ne les crée pas).

Là où le succès d’Aashiqui 2 intéresse beaucoup, c’est qu’il ne repose pas sur de grands noms du cinéma indien, mais sur deux jeunes acteurs : Shraddha Kapoor et Aditya Roy Kapoor. Et ils s’en sortent plutôt bien. Elle est belle et émouvante. Il est charismatique (mais pas magnétique) et pitoyable à souhait dans le rôle de Rahul. C’est plutôt une bonne surprise, donc.

Cependant, le point fort d’Aashiqui 2 est sans aucun doute la musique. Elle a été composée par Jeet Ganguly, Mithoon et Ankit Tiwari dont c’est la première vraie réussite. La bande son a eu un immense succès dès sa sortie et les titres Tum Hi Ho et Sunnn Raha Hai (qui existe en version "mâle" et en version "femelle") ont squatté un bon moment les sommets des plateformes de musique en Inde. Effectivement ce sont les meilleures chansons de l’album, mais j’y ajouterai également la poignante Bhula Dena (demandez à ma boite de mouchoir ce qu’elle en pense… ça l’a vidé cette complainte). Étant grande amatrice de balades tristes, je ne pouvais qu’être emballée par l’album, mais je reconnais, comme quelques critiques, qu’elle est un peu répétitive à la longue (elle a tourné pendant des mois dans ma voiture). En tout cas, je remercie mon commerçant préféré de me l’avoir recommandé. Petite précision, Aashiqui 2 a reçu le Filmfare de la meilleure bande-son, ce n’est pas rien (même si Ram-Leela pouvait également prétendre au titre).

En conclusion, Aashiqui 2 est un bon film qui captive par sa bande-son et ses jeunes talents, mais l’histoire peut ne pas convaincre autant. Car, si elle semble très forte en émotion, elle ne repose pas sur grand chose.



Bande-annonce

Commentaires
5 commentaires