]]>

Andaz


Bande originale

Re Mama Re Mama Re
Dil Use Do Jo Jaan De De
Zindagi Ek Safar Hai Suhana
Hai Na Bolo Bolo
Zindagi Ek Safar Hai Suhana II
Mujhe Pyas Aesi Pyas Lagi Hai

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 5 mai 2015

Note :
(4/10)

Article lu 274 fois

Galerie

Ravi (Shammi Kapoor) est un jeune père veuf qui rencontre la maîtresse d’école de sa fille. La jolie Sheetal (Hema Malini) a également perdu son mari Raj (Rajesh Khanna) et élève seule son petit garçon. Seront-ils capables de panser mutuellement leurs plaies ? Et qu’en dira la société ?

La situation des veuves en Inde est un sujet qui taraude suffisamment la société pour que des films s’y intéressent régulièrement : Kati Patang, Baabul, Prem Rog, Water… Parfois en contournant le problème pour s’en sortir par une pirouette, parfois avec un discours moralisateur (dans le bon sens du terme) plus poussé. Mais l’idée du veuvage, comme bien d’autres propos dans le film — les enfants hors mariage, l’oisiveté, la fable de l’enfant qui criait au loup, etc — n’est pas exploitée jusqu’au bout. Plusieurs sujets sont abordés, mais tout reste très timide dans le traitement. D’où une impression que le réalisateur a voulu faire passer trop de messages sociaux à la fois et trop en douceur. Globalement le récit est décousu et mal assemblé.

JPEG - 168 ko
Papa, donne-moi une maman pour que j’aie enfin des jupes à ma taille !

Par le sujet et son traitement léger, le film se destine à un public familial. On se balade dans de jolis paysages, on rapproche deux adultes pour qu’ils forment une famille pour leurs enfants, on chante de jolies chansons. Aussi, la scène de l’agression de la villageoise est particulièrement choquante tant elle est en contraste avec tout le reste du film. Elle tombe comme un vilain cheveu sur la soupe et met mal à l’aise, alors qu’il y avait bien d’autres situations qui auraient pu provoquer pareil sentiment, à plus juste titre, et que le réalisateur a soigneusement évitées.

JPEG - 151.8 ko
La pauvre Aruna Irani qui ne sait pas ce qu’elle fait dans ce film familial.

Côté acteurs, Shammi Kapoor est un héros déjà bedonnant et assez fade, face à une Hema Malini très mignonne. Bien plus qu’elle ne l’est dans Sholay où elle m’a toujours laissée de marbre. Elle n’a cependant pas l’opportunité de faire l’étalage de ses talents de danseuse ici, ce qu’on peut regretter. Mais peut-être les veuves n’ont-elles pas le droit de danser. Ceci dit, les villageoises avec Aruna Irani à leur tête auraient également pu donner un prétexte à une bonne chorégraphie. Enfin, l’acteur qui a le plus participé au succès du film est celui que l’on voit le moins longtemps à l’écran : Rajesh Khanna. Sa courte apparition en tant que premier mari de Sheetal, à l’époque où l’on ne jurait que par lui, a fait des merveilles au box-office. Les enfants ne sont pas désagréables, seulement la production aurait pu mettre une jupe un peu plus longue à la petite dont on voit la culotte à longueur de temps.

JPEG - 130.6 ko
L’argument marketing du film : Rajesh Khanna.

A défaut d’être mémorables, les chansons composées par Shankar-Jaikishan sont entêtantes. Et après avoir entendu les trois versions différentes de Zindagi Ek Zafar, cet air ne vous quittera plus et ses yodles non plus. Toujours est-il que cette chanson a rapporté à Hasrat Jaipuri le Filmfare du meilleur parolier et une nomination à son interprète Kishore Kumar. Mais peut-être préférerez-vous le chant des enfants Hai Na Bolo Bolo.

JPEG - 137.3 ko
On rajoute un point à ce film pour nous avoir montré qu’Hema Malini était si jolie.

En conclusion, Andaz est un film qui a plutôt mal vieilli et qui ne sait pas vraiment quel ton adopter. Les personnages sont tièdes et les situations aussi. Pas la moindre émotion qui transpire. Même le visage d’Hema Malini ne peut sauver la barque qui, plusieurs décennies plus tard, prend l’eau. La seule chose que je retiendrai est la question suivante : mais vous ne connaissez pas la transfusion sanguine ? Qu’est-ce que c’est que ce toubib !

Commentaires
Pas encore de commentaires