]]>

Barfi !


Bande originale

Ala Barfi
Main Kya Karoon
Kyon
Phir Le Aya Dil
Aashiyan
Saawali Si Raat
Ala Barfi (Reprise)
Phir Le Aya Dil (Reprise)
Phir Le Aya Dil (Redux)
Aashiyan (Solo)
Fataafati

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Raj Aryan - le 19 mars 2013

Note :
(8/10)

Article lu 1720 fois

Galerie

Murphy (Ranbir Kapoor) est un garçon un peu simplet et très excentrique vivant à Darjeeling dans les années 1970. Sourd-muet de naissance, le seul mot qu’il arrive à prononcer est son prénom et encore il le prononce : "Barfi", si bien que tout le monde l’appelle ainsi.
Barfi tombe amoureux de la belle Shruti (Ileana D’Cruz) qui vient juste d’arriver à Darjeeling et qui est fiancée à un certain Ranjit dont elle ne se sent pas vraiment amoureuse. Barfi tente de la séduire par des déclarations d’amour loufoques mais il doit se contenter d’être juste un ami quand il apprend qu’elle est fiancée. Devenue amie avec Barfi, Shruti découvre l’univers farfelu de ce jeune sourd-muet qui finit par la séduire par ses excentricités et sa gentillesse. Mais Shruti se laisse convaincre par sa mère de ne pas rompre ses fiançailles avec Ranjit car il est riche et "normal" à la différence de Barfi. Shruti part donc avec Ranjit pour Calcutta laissant Barfi le cœur brisé à Darjeeling.
Les problèmes de Barfi ne s’arrêtent pas là car peu de temps après le départ de Shruti, son père tombe gravement malade. Barfi doit trouver 7000 roupies dans l’espace de deux jours s’il veut sauver son père.
Il songe alors à kidnapper Jhilmil Chatterjee (Priyanka Chopra), son amie d’enfance gravement autiste mais héritière de l’immense fortune de son grand-père maternel.
Après bien des péripéties, il réussit à enlever Jhilmil mais quand il réussit à recevoir la rançon, il est déjà trop tard pour son père. De plus, la jeune autiste se prend d’affection pour Barfi et refuse de le quitter. Ils vont alors s’engager dans une longue cavale qui va les emmener jusqu’à Calcutta. C’est là que Barfi retrouve Shruti qui se rend compte qu’elle n’aime pas son mari et que son cœur ne bat que pour Barfi qui lui a maintenant quelqu’un d’autre dans sa vie.

JPEG - 148.2 ko
Qui peut résister au charme de Barfi ?

Ceux qui méprisent le cinéma hindi évoquent souvent la pratique du plagiat dans cette industrie pour mieux la dénigrer. En effet, malheureusement, le plagiat, qu’il soit scénaristique ou musical, n’est pas la pratique la plus glorieuse du cinéma hindi. Elle ne peut que le desservir surtout quand il s’agit du film qui devait représenter l’Inde pour la course aux Oscars, ce qui avait beaucoup irrité les réalisateurs de films en langues régionales (bengali et tamoul en particulier) qui s’estimaient lésés. On peut se dire "qu’heureusement" le film n’a pas retenu pour la dernière ligne droite de la compétition évitant ainsi au cinéma indien un torrent de critiques et … laissant ainsi plus de chance à nos deux Intouchables encore en course.

JPEG - 143.7 ko
Barfi assume le fait que toutes les scènes du film ne soient pas originales mais il assure qu’il n’y est pour rien

Pourtant le scénario de Barfi ! n’est pas un plagiat. Le problème est ailleurs. Anurag Basu, qui s’était fait connaître avec Murder adaptation du remake américain Infidèles du film français La femme infidèle, a, pour Barfi !, repris une dizaine de scènes de différentes œuvres cinématographiques internationales.
En effet, il ne faut pas être un expert en histoire du cinéma pour se rendre compte que plusieurs scènes comiques initiales sont clairement des réadaptations de scènes tirées de films de Buster Keaton et de Charlie Chaplin. Anurag Basu s’en est expliqué en affirmant que son opus était un hommage au cinéma muet, ce qui se comprend avec un personnage éponyme sourd-muet. Mais là où le bât blesse, c’est quand on se rend compte que beaucoup d’autres scènes (essentiellement comiques) sont en fait des copies de scènes tirées de films plus récents comme ceux de Takeshi Kitano voire de … Mister Bean ! Ce n’est plus un hommage, mais bel et bien un pillage me direz-vous !
Pour ne rien arranger, la musique a été confiée à Pritam, génial musicien, mais aussi tristement connu pour ses nombreux "emprunts" à des artistes du monde entier. Ici c’est notre Yann Tiersen national et sa B.O. pour Le fabuleux destin d’Amélie Poulain qui est mis à contribution pour le fond sonore rétro.

JPEG - 110.2 ko
Fuyons les accusations de plagiats !

Le cinéma hindi se permet de pratiquer des plagiats, car les plaintes venant de l’étranger aboutissent rarement, mais jusqu’à preuve du contraire, le scénario de Barfi ! est original et ce sont surtout des gags qui sont repris à d’autres films.
Et quand bien même, le cinéma hindi reprendrait des scénarios en bloc, il le fait à la sauce "curry" ! Et de plus — mais c’est un avis personnel —, il ajoute toujours une magie supplémentaire que peu de cinémas possèdent et cela en grande partie grâce à ses chansons ! Il en va de même pour celles de Barfi !. Pritam et d’autres ont beau reprendre bon nombre de chansons venues du monde entier (surtout du Moyen-Orient), je trouve personnellement que la version en langue hindi sonne souvent encore mieux, sans doute parce qu’elle est associée à un film.
Malgré ce problème qui le rendait peut-être inapte à représenter l’Inde aux Oscars et qui m’empêche de lui mettre la note maximale, Barfi ! est pourtant un chef d’œuvre ! Une merveille qui incarne bien toute la magie du cinéma hindi !

JPEG - 175.5 ko
Shruti est la première à succomber

L’élément le plus marquant dans ce film est l’extraordinaire performance de Ranbir Kapoor qui après Rockstar mériterait encore une fois une pluie de récompenses. Jouer un personnage sourd-muet n’est pas une mince affaire et il l’a fait de façon mémorable en créant un personnage excessivement attachant par son côté à la fois loufoque, fragile, mais surtout adorable. Ne manquez pas cette scène extrêmement touchante où Barfi apprend que Shruti va finalement épouser son fiancé, le jeu de Ranbir y est remarquable.
Ranbir Kapoor prouve encore une fois qu’il est l’un des meilleurs acteurs de sa génération et qu’il n’est pas qu’un fils à papa et maman mais bel et bien le digne successeur de son père, le grand Rishi Kapoor, le "king of romance" et de son grand-père, le légendaire Raj Kapoor.

JPEG - 131.6 ko
C’est Jhilmil qui se met ensuite à suivre Barfi et c’est toute une aventure

Le personnage de Barfi est vraiment touchant surtout quand il essaie de prononcer son prénom Murphy qu’il transforme en un inoubliable : "Barfi !". Le prénom Murphy lui a été donné en référence à une vraie marque de radio qui pour l’instant est la seule entité à avoir fait un procès au film. Encore heureux que les confiseurs spécialisés dans les "barfis" (gâteaux indiens) ne s’y mettent pas ! Cela aurait pu par contre être le cas du gouvernement indien, vu le nombre de fois où Barfi fume des cigarettes et des bidis. Mais heureusement, le film commence par un avertissement (lu par Ranbir) sur le cancer et à chaque scène de tabagie, l’avertissement apparaît dans un angle de l’écran. N’aurait-il pas été plus simple de ne pas faire fumer les personnages ?

JPEG - 136.8 ko
Faits l’un pour l’autre

Tout le monde ne peut que s’attendrir face au gentil Barfi, y compris le policier (Saurabh Shukla) qui passe sa vie à le poursuivre. Car Barfi, malgré son handicap, est indéniablement le roi des séducteurs avec des techniques de séduction d’un raffinement et d’une originalité rares. C’est d’ailleurs pour cela que les deux héroïnes du film tombent amoureuses de lui.
La première à succomber à son charme est Shruti interprétée par la magnifique Ileana D’Cruz. Malheureusement pour elle, à l’heure des choix, le handicap et la pauvreté de Barfi lui feront épouser un autre homme pour, au final, se rendre compte qu’elle aime toujours Barfi, mais que son cœur est pris maintenant.

JPEG - 151.7 ko
Unis pour la vie

L’autre fille dans la vie de Barfi c’est Jhilmil interprétée par Priyanka Chopra. Cette dernière nous offre, elle aussi, une performance mémorable dans son rôle d’autiste. Il fallait du courage et du talent pour Priyanka afin d’accepter et de réussir un tel rôle. Elle détruit ici totalement son image de Miss Monde avec un personnage mal coiffé et mal habillé et surtout atteint d’un autisme bien plus fort que celui de Rizvan Khan dans My Name is Khan. Non seulement, elle a le courage comme dans 7 Khoon Maaf de casser cette image de reine de beauté, mais, surtout, elle a le talent pour interpréter à la perfection son personnage qui va si bien avec celui de Ranbir, car elle est elle aussi quasiment muette dans le film hormis bien sûr quelques inévitables : "Barfi !". Elle est bien loin de l’actrice hésitante de ses débuts et elle mériterait, elle aussi, encore une fois une pluie de récompenses.
Face à elle, Ileana D’Cruz, la fille "normale" est, au final, une spectatrice et une perdante pour le cœur de Barfi. Cela n’empêche pas Ileana de faire une très belle entrée dans le monde du cinéma hindi après plusieurs films télougous et tamouls (comme Nanban). Elle est très belle et porte à merveille le sari même si elle est vraiment très maigre dans plusieurs scènes. La mode de la taille zéro fait décidément des ravages surtout quand on pense que son rôle était d’abord destiné à Katrina Kaif.

JPEG - 113.9 ko
Pour Shruti déjà mariée, il est trop tard pour reprendre le cœur de Barfi. Mais en tout cas, elle porte très bien le sari de femme mariée.

Encore une fois avec ce film, la magie des triangles amoureux du cinéma hindi fonctionne toujours avec, ici, un couple principal atypique entre un excentrique sourd-muet et une autiste quasiment muette, mais au sein duquel l’amour n’a pas besoin de mots pour s’exprimer. La scène des retrouvailles, où Shruti hésite à laisser partir Barfi et où Jhilmil fait clairement comprendre, à sa façon, que Barfi lui appartient, illustre bien cette magie.
La photographie renforce le caractère poétique du film avec de belles images du Bengale natal d’Anurag Basu, le tout dans une ambiance rétro années 1970 bien reconstituée.
Cette magie et ce côté rétro sont aussi renforcés par les chansons. Sorties du film, ce ne sont peut être pas les chansons les plus marquantes de Pritam, mais avec les images correspondantes, elles renforcent à merveille l’émotion portée par le film et la joie de vivre de Barfi. Priyanka Chopra devait, elle aussi, pousser la chansonnette comme elle l’avait fait dans son premier film en tamoul, mais son contrat avec Universal (la musique ici étant chez Sony) l’en a empêché. Ranbir Kapoor a lui bel et bien chanté (en hindi et en bengali) mais finalement sa chanson n’a pas été insérée dans le film.

JPEG - 149.5 ko
Un triangle amoureux comme on en fait peu

Si le film mérite toute votre attention, c’est d’abord pour l’exceptionnelle prestation de Ranbir et Priyanka en personnages muets pour nous offrir un film d’une grande douceur et d’une grande poésie qui vous fera pleurer ,mais qui vous offrira aussi une grande bouffée de joie de vivre. Alors vous aussi, souriez et dites : "Barfi !".

JPEG - 214.7 ko
Souriez et dites : Barfi !


Bande-annonce

Commentaires
8 commentaires