]]>

Bollywood Film Festival Russia

Publié jeudi 22 décembre 2016
Dernière modification mardi 20 décembre 2016
News lue 220 fois

Par Brigitte Leloire Kérackian

Rubrique News
◀ Le cinéma indien à la 26e édition du Festival de cinéma fantastique de (...)
▶ [Edit 30/12] Befikre en salle

Le Bollywood Film Festival Russia a inauguré sa première édition à Moscou le 30 novembre dernier. Huit films indiens, parmi les plus récents, ont été programmés dans toute la Russie entre le 30 novembre et le 7 décembre 2016 dans les salles des chaînes Cinemapark dans 21 villes [1].

L’organisateur Indian Films a collaboré avec l’Ambassade de l’Inde à Moscou et avec le Ministère de la Culture de la Fédération de Russie pour la préparation de ce projet.

Au programme du Festival on retrouve le blockbuster Dilwale Dulhania Le Jayenge (1995), et Raanjhanaa (2013), ainsi que des films de 2016 : Sultan, Fan, Phobia, Happy Bhaag Jayegi, Sanam Teri Kasam, Dum Laga Ke Haisha (2015). Les films ont été doublés en russe pour que le public saisisse les émotions véhiculés par les personnages.

L’inauguration au Cinema Park Theater du grand centre commercial Riviera a démarré avec le BOLLYWOOD BAZAAR, où tout le monde pouvait non seulement goûter des plats indiens typiques, mais apprendre également comment nouer un sari traditionnel dans une master class dédiée.

Harshvardhan Rane, l’interprète de Sanam Teri Kasam a été l’invité d’honneur du festival. Les lampes traditionnelles ont été allumées pour la soirée de lancement avec les officiels, à Moscou, le 30 novembre devant un public de 300 personnes. Harshvardhan Rane s’est prêté au jeu du mannequinat au cours du défilé des designers. Les dédicaces et les photos ont créé un tel engouement que la première de Sanam Teri Kasam a été retardée d’un heure. Il manquait la séduisante Mawra Hocane à ce festival, mais Harshvardhan a totalement rempli son rôle d’ambassadeur. Très touché par l’enthousiasme des festivaliers russes, il n’a pas tari de louanges sur l’accueil qui lui a été réservé, les mets délicats, et la neige (- 9°C à Moscou !). Des séances de dédicaces, des interviews quotidiennes, une heure de participation à un show télévisé, ont absorbé tout son emploi du temps, mais la découverte du monde russe l’a totalement charmé. Il s’est dit attristé de quitter Saint-Petersbourg, où l’ambiance était extraordinaire, pour rejoindre Moscou pour la dernière soirée. Il a confié au public :

« Quand j’ai débuté dans le cinéma indien du sud, j’étais loin de m’imaginer qu’on me reconnaîtrait en dehors du sud de l’Inde. Maintenait j’ai joué dans un premier film Bollywood, et les gens me reconnaissent. C’est une énorme surprise et une immense joie pour moi que mon film Sanam Teri Kasam soit sélectionné avec d’autres grands films comme Sultan ou DDLJ, ici en Russie. »

Le festival a été clôturé par le film FAN joué par Shah Rukh Khan.

Au cours de cette semaine de festival, 40 000 billets ont été vendus, des chiffres hors du commun pour un premier festival ; c’est donc un excellent démarrage. Les organisateurs, grâce au réseau des CINEMAPARK, se sont félicités de l’adhésion du public à cette programmation. Au total 200 projections ont eu lieu dans tout le pays, avec des tickets vendus entre 3 et 6 euros, selon les villes et selon les horaires des séances. La couverture média, avec des dizaines d’articles et de passage radio, a démarré dès le mois d’octobre en vue de promouvoir l’évènement dans toutes les villes. La soirée d’inauguration à Moscou avec l’acteur Harshvardhan Rane a été la plus recherchée. Sachant que seulement 5 000 Indiens vivent à Moscou — sur une population de 12 millions d’habitants — l’engouement est réel pour ce genre de divertissement.

La soirée d’inauguration du 30 novembre à Moscou a été organisée par JD Institute of Fashion Technology, le partenaire de mode et de design qui a donné une touche glamour à l’évènement. C’est une façon de valoriser la créativité et le savoir-faire des créateurs indiens, fort appréciés pour leur sens des couleurs et pour la qualité des matières. Les danseurs de la troupe de Deepak Stephen , (les Salsa Twins, comme ils se nomment, ont été retenus en demi-finale du reality show « Greece’s Got Talent 2012 »), ont été le feu d’artifice de la soirée par leur énergie et leur rythmes endiablés.

L’objectif du Festival est de mettre l’accent sur le cinéma de Bollywood et renouer avec l’enthousiasme des Russes pour ce cinéma haut en couleurs et plein de vitalité.

Entre l’ex-URSS et l’Inde l’histoire politique est forte, ainsi que les échanges culturels. Il n’est pas rare que des écrivains ou poètes indiens fassent référence aux grands noms de la littérature russe. La télévision soviétique, à l’époque, faisait la part belle de son côté aux chefs-d’œuvre, comme Mother India, ou aux succès de Raj Kapoor (Awara), extrêmement populaire dans tous les pays de la CEI. Les Russes ou les habitants des ex-républiques soviétiques ont encore sur les lèvres les chansons populaires que fredonnait Raj Kapoor dans ses films les plus célèbres. La passion des Russes pour les grands sentiments, le sacré et l’élévation de l’âme rejoint totalement les valeurs indiennes. La rencontre de ces deux cultures est une évidence qui n’échappe pas aux organisateurs — professionnels chevronnés du cinéma.

Dans l’avenir, l’organisme Indian Films voudrait coproduire des créations indiennes, distribuer des films indiens et aussi distribuer des films russes en Inde.

La page Facebook du Bollywod Film Festival Russia ici


[1Liste des villes où le Festival a été présenté : Moscou, St. Petersbourg, Novosibirsk, Ekaterinburg, Nizhny Novgorod, Izhevsk, Chelyabinsk, Ufa, Krasnoyarsk, Permian, Volgograd, Voronezh, Saratov, Tyumen, Ulyanovsk, Naberezhnye Chelny, Kaliningrad, Stavropol, Belgorod, Surgut, Vologda.

Commentaires
Pas encore de commentaires
Galerie