]]>

Boss Engira Baskaran

Traduction : Baskaran, alias Boss

Année2010
LangueTamoul
GenreComédie
RéalisateurM. Rajesh
Dir. PhotoSakthi Saravanan
ScénaristeM. Rajesh
ActeursNayantara, Arya, Santhanam, Panchu Subbu
Dir. MusicalYuvan Shankar Raja
ParolierNa. Muthukumar
ChanteursKarthik, Vijay Yesudas, Swetha Mohan, Haricharan, Vijay Prakash, Sathyan Mahalingam
ChorégrapheDinesh Kumar
ProducteurSivasri Sreenivasan
Durée161 mn

Bande originale

Ada Boss Boss
Yaar Intha Penthan
Thathi Thaavum Paper Naan
Iyley Iyley
Mama Mama

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Didi - le 11 janvier 2011

Note :
(7/10)

Article lu 2047 fois

Galerie

Baskaran, alias Boss (Arya) est un sympathique jeune homme, qui ne se foule pas la rate, comptant davantage sur ses anti-sèches et sur la Providence pour réussir ses examens. Visiblement, sa méthode ne marche guère, car cela fait plusieurs années de suite qu’il repasse, sans succès, son BA degree (l’équivalent du bac). Il vit dans la petite, mais belle ville de Kumbakonam, au Tamil Nadu, avec sa mère, Sivakami (Lakshmi Ramakrishnan), sa jeune sœur et son frère, Saravanan (Panchu Subbu), vétérinaire et encore célibataire, au grand dam de tous (sa mère, ses clients) qui voudraient le voir marié. Baskaran n’a qu’un seul ami, Nallathambi (Santhanam), lequel tient un salon de coiffure, le Thala Thalapathi, en hommage à ses stars de cinéma préférées (Ajith et Vijay), une curiosité quand on sait que l’allégeance à une star est souvent exclusive. La vie de Baskaran bascule le jour où il rencontre une belle inconnue dans le bus. Cette inconnue n’est autre que la prof chargée de surveiller les examens cette année-là et elle retire, bien entendu, ses précieuses anti-sèches à Baskaran, le vouant ainsi à un nouvel échec. Qu’à cela ne tienne, Baskaran continue son petit jeu de séduction de la belle, laquelle est aussi - que de coïncidences ! - la sœur de la future femme de son frère qui s’est enfin décidé à se marier. Baskaran apprend alors que la belle s’appelle Chandrika et que, si celle-ci n’est pas complètement insensible à son charme, parfois lourdaud, lui ne jouit pas d’une image très reluisante auprès de sa future belle-famille. Si Baskaran espère épouser Chandrika, il va devoir se prendre en main, trouver un travail et montrer à tous ceux qui ne voient en lui qu’un sympathique "glandu" qu’il est capable d’entreprendre et de réussir quelque chose. Ce n’est pas gagné, même s’il reçoit l’aide indéfectible de son ami Nallathambi…

Dirigée par M. Rajesh, dont c’est le deuxième film, Boss Engira Baskaran est une sympathique comédie, certes, pas très originale, mais qui fait passer un agréable moment. Construite sur des ressorts scénaristiques classiques : un jeune homme qui tombe amoureux d’une jeune femme et qui est soumis à l’épreuve pour conquérir sa dulcinée, cette comédie tire surtout son épingle du jeu de l’association comique entre les deux acteurs principaux, Arya et Santhanam, lequel assurait déjà un rôle comique dans le remake tamoul de Jab We Met, Kanden Kadhalai.

Contrairement aux autres films du Sud où la partie comique, reléguée au statut de "passage obligé", est souvent une pièce rapportée, assurée par un acteur spécialisé, soit le comique de service, à l’humour pas toujours très subtil, Boss Engira Baskaran mêle habilement comique et narration. Le comique naît du caractère des personnages, des situations où ils se trouvent, mais aussi de petits clins d’œil au cinéma populaire tamoul, parsemés tout au long du film.

Il est important de signaler l’équilibre maintenu tout au long du métrage entre l’histoire d’amour, trame principale de la narration, et l’histoire d’amitié, trame secondaire qui met en valeur la première. De sorte que le couple Arya/ Nayanthara fonctionne tout aussi bien que l’association Arya/ Santhanam. Tous rendent leur personnage attachant par une série de petits détails. Arya est tout aussi à l’aise et crédible, dans ce registre comique, que dans ses autres rôles, pourtant bien différents, ou que son partenaire à l’écran, Santhanam, pourtant un spécialiste.

La musique de Yuvan Shankar Raja, sans être exceptionnelle, laisse un bon souvenir, surtout les deux dappa, Ada Boss Boss et Mama, mama. Le premier correspond à une présentation classique du héros, avec quelques références à d’autres films, entre autres à un succès d’Arya (devinez lequel) ; le deuxième met en scène, sur le mode comique, les deux amoureux face à l’opposition du père. Il est à noter que la très glamour Nayanthara se tire très bien de ce numéro de danse en dépit de ses espadrilles à hauts talons.

Au final, vous l’aurez compris, Boss Engira Baskaran est un film de divertissement qui remplit haut la main sa fonction. Le public tamoul ne s’y est pas trompé en lui réservant un accueil plus que chaleureux. Boss Engira Baskaran est devenu un blockbuster et a passé, à la mi-décembre, la barre des cent jours d’exploitation en salle. C’est aussi le film le plus rentable de la carrière d’Arya, lequel a été bien inspiré en participant à sa production via sa société "The Show People", et le deuxième plus rentable de l’année au Tamil Nadu, juste derrière Endhiran, au budget pharaonique, de la superstar Rajni.

Commentaires
4 commentaires