]]>

Box-office janvier 2009 : Arundhati réécrit l’histoire au sud, Raaz surprend le nord

Publié samedi 31 janvier 2009
Dernière modification vendredi 24 avril 2009
News lue 1181 fois

Par Jawadsoprano

Rubrique News
◀ Première projection de Rab Ne Bana Di Jodi en province
▶ Jeu-coucours Jodhaa Akbar pour gagner des places de cinéma (...)

Une fois n’est pas coutume, nous allons d’abord nous intéresser au box-office du Sud.

Inde du Sud

En Andhra Pradesh, un véritable phénomène s’est emparé des écrans de cinéma. Il s’agit d’Arundhati, un film dont le premier rôle est tenu par une actrice, Anushka Shetty. Certains la connaissent déjà peut-être, puisqu’elle avait joué la poupée-plante verte dans plusieurs masala tels que Vikramarkudu, Super ou Lakshyam. On peut dire que son talent se résumait pour l’instant à jouer de ses formes (et elle le faisait bien !) et à faire la jeune femme prude et coquine à la fois. Mais dans une carrière il y a des tournants, et Arundhati est sans doute le plus beau tournant qu’une actrice puisse espérer.

Cette production ambitieuse de 13 crore met en scène Anushka dans un univers sombre et très graphique. Elle y joue le personnage d’une femme forte et engagée, rôle qui lui permet de révéler au public son vrai talent d’actrice. Et les critiques n’en sont toujours pas revenus ! Dans le film elle est accompagné par Sonu Sood, et de nombreuses images de synthèse, l’aspect graphique y est primordial.

Le producteur-réalisateur avait déjà utilisé des images de synthèse dans ses précédents succès, mais son film Anji (dans lequel Chiranjeevi se battait contre des monstres en images de synthèse aussi bien réalisés qu’une production AB) avait quelque peu freiné ses ardeurs lorsqu’il avait été boudé par le public.

Il a alors changé sa stratégie. Avec un budget conséquent, il a décidé de mettre une grosse partie de l’investissement dans les effets spéciaux et non dans le casting. Et c’est le jackpot sans la présence d’une grande star à l’affiche. Anushka est connue, et Sonu Sood également, mais ce ne sont pas de vraies stars… enfin pour l’instant.

Le film est en train de réécrire l’histoire du box-office local. Apprécié aussi bien par la presse que par le public, il aurait engrangé en 3 semaines plus de 30 crore, battant les records de Jalsa et du plus gros succès de l’histoire, Pokiri. Si ce dernier avait fini avec plus de 65 crore au compteur, il n’est pas exclu qu’Arundhati le surpasse, tant les réactions au film sont positives. Il est déjà le plus gros succès de l’histoire du cinéma telugu pour un film dont le personnage principal est joué par une femme. Il va peut-être devenir le plus gros succès de l’histoire, tout simplement.

Evidemment, un remake tamoul est prévu, mais également un remake hindi, et on cite Aishwarya Rai-Bachchan pour reprendre le rôle d’Anushka.

Cette dernière a vu son statut passer de celui d’actrice prometteuse à véritable star de l’industrie. Jamais une actrice n’avait suscité un tel attrait dans un cinéma dominé par les acteurs-héros. Si Genelia était l’actrice numéro 1 en Andhra Pradesh ces derniers mois, Anushka semble être dans une autre dimension. Illeana et Trisha ont du pain sur la planche, car Anushka Shetty va revoir ses cachets à la hausse et sa carrière pourrait très vite dépasser les frontières de "Telugu-Land".

Malgré la présence d’Arundhati, le nouveau film de Ram a réussi à cartonner. Maska a en effet engrangé 13 crore en une semaine, et permet à l’acteur de s’affirmer comme l’un des plus grands espoirs du cinéma telugu.

Sortie il y a quelques semaines, la superproduction King, avec Nagarjuna et Trisha en vedettes, continue d’aligner les 0 sur les chèques des producteurs, et devrait finir sa carrière en superhit.

Au Tamil Nadu, la bataille entre les acteurs Vijay et Dhanush a tourné en la faveur du plus jeune. Le film de Dhanush est en train de s’imposer comme le premier vrai hit de l’année. Padikathavan est très orienté pour le public des campagnes, et ça marche ! Plébiscité par la masse, il permet à Dhanush de s’affirmer comme l’un des héros les plus rentables.

Vijay a quelque peu raté le coche de Pongal. Sa comédie d’espionnage Villu a pourtant bien démarré, mais sa sortie dans les multiplexes fut périlleuse, et les campagnes ont préféré Padikathavan. Le résultat est donc en demi-teinte pour la combinaison Vjay-Prabhu Deva qui avait offert en 2007 le succès Pokkiri.

Nord de l’Inde

Après les méga-succès Rab Ne Bana Di Jodi et Ghajini (ce dernier a cassé tous les records en dépassant les 115 crore !), le réveil fut difficile. Les petites productions se sont vautrées, et on attendait la nouvelle comédie de Nikhil Advani, Chandni Chowk To China. Avec Akshay Kumar et Deepika Padukone en vedettes, le film était distribué par Warner et son budget conséquent laissait espérer un film à grand spectacle. La mayonnaise n’a pas pris, et le film est un échec commercial.

Mais l’outsider Raaz - The Mystery Continues a inversé la tendance négative initiée par Chandni Chowk To China. Le film des frères Bhatt a bénéficié d’une promotion intrigante et d’une bande originale qui cartonne pour se frayer un chemin dans les esprits des spectateurs. Succès garanti pour le clan Bhatt et pour Emraan Hashmi après le carton de Jannat en 2008. Si Raaz - The Mystery Continues n’est pas présenté comme la suite de Raaz (sorti en 2002 avec Bipasha Basu et Dino Morea), il semble s’agir plus d’un nouvel épisode dans la mouvance initiée par Raaz. On peut dire que cette fausse suite prend le même chemin que le premier opus qui avait en son temps été le film le plus rentable de l’année 2002.

A noter que Slumdog Millionaire, malgré les protestations d’associations indiennes, fait des scores intéressants dans les multiplexes, même s’il est boudé par les autres catégories de cinémas. Ce n’est donc pas un succès public populaire, mais un succès d’estime du public des grandes villes.

Commentaires
1 commentaire
Galerie