]]>

Carte blanche à Jayashree Chakravarty

Publié vendredi 27 octobre 2017
Dernière modification jeudi 19 octobre 2017
News lue 168 fois

Par Musidora

Rubrique News
◀ Quantico, saison 3 : le tournage a commencé…
▶ [Edit 03/11] Sorties de Secret Superstar et Golmaal Again

Amoureuses et amoureux de l’Inde et de ses arts, s’il est un lieu parisien dédié à l’animation de votre passion pour cette culture, c’est bien le Musée National des Arts Asiatiques Guimet.

Si vous êtes un(e) habitué(e) des lieux, vous savez que le Musée Guimet donne tous les ans Carte Blanche à un artiste choisi avec minutie, pour exposer ses œuvres au 4e étage de l’établissement.

Pour cette cinquième édition, c’est à l’artiste indienne Jayashree Chakravarty qu’ont été confiés les espaces que propose la Rotonde, afin d’y dévoiler ses dernières productions.
Elle y a créé une installation végétale dans le but d’exposer aux visiteurs des œuvres vivantes et organiques ; lui permettant de questionner la vulnérabilité et la fragilité de notre environnement.

Vous y découvrirez des travaux composés d’une multitude de textures : coton, papiers népalais, feuilles, branches, argile, glaise ; traversées par des lumières disposées avec précaution.

« En toile de fond la nature comme capacité de régénération. Les différentes couches de matières évoquées portent cette notion du mouvement inexorable de la vie. C’est ainsi qu’entrent en scène les insectes, sans cesse plus nombreux à la mesure du désastre. Leur présence comme un signal, symbolise la prise de conscience et l’alerte du moment crucial, celui d’une disparition programmée. Tel un squelette suspendu, voire en lévitation, arrimé par des fils invisibles, l’insecte se montre dans un état presque fossile où le temps qui fait son œuvre n’exclut pas la fragilité de l’instant. Entre cocon et chrysalide, les installations à même le sol en papier coton, comme une gaze, paraissent tout à la fois solides et fragiles. Une œuvre toute entière naturaliste apparaît et nous rappelle le sentiment de l’éphémère et de l’instant, une forme d’acuité propre au monde des insectes à l’existence éphémère. »

L’exposition prendra fin le 15 janvier 2018.


Pour (finir de ?) vous convaincre, voici un aperçu du talent de Jayashree Chakravarty à travers l’une de ses dernières expositions : La vie ne sera plus jamais la même.


Commentaires
Pas encore de commentaires