]]>

Chak De ! India

Traduction : Allez l'Inde !

Bande originale

Chak De ! India
Badal Pe Paaon Hai[
Ek Hockey Doongi Rakh Ke
Bad Bad Girls
Maula Mere Le Le Meri Jaan
Hockey – Remix
Sattar Minute

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Suraj 974 - le 2 octobre 2007

Note :
(7/10)

Article lu 4885 fois

Chak De ! India est l’une des dernières productions des tout-puissants studios Yash Raj - et une des raisons d’attendre ce film, l’autre étant la présence de Shah Rukh Khan, fidèle au label. Pourtant ce dernier opus attire surtout l’attention pour ses différences avec le tout-venant des productions formatées du studio.
D’une part Chak De ! India est réalisé par Shimit Amin, plus connu pour être l’auteur de Ab Tak 56, très bon polar noir et cynique, qui portait la marque reconnaissable entre toutes de son producteur, l’anti-Yash Raj par excellence : Ram Gopal Varma…
Le sujet de Chak De ! India en soi a aussi de quoi intriguer puisqu’il s’agit d’un film de sport, domaine peu exploré en Inde (à part Lagaan, Iqbal, et Ta Ra Rum Pum) et d’autant plus inédit pour des studios qui nous ont plutôt habitués aux romances, et aux films familiaux.

Alors suicide programmé ? Caution artistique ?

L’histoire de Chak De ! India - un sportif déchu entraîne une équipe en laquelle personne ne croit, et accomplit l’inespéré - pourrait passer pour basique, reprise d’un quelconque film de sport hollywoodien, mais il s’agit d’une histoire totalement véridique - l’équipe féminine indienne de hockey a été sacrée à Manchester dans les années 80, elle est devenue une sorte de légende.
Cela contribue à donner de la crédibilité à un film qui, à l’image de son schéma narratif (déchéance, rédemption), ne brille pas tant par son originalité que par sa simplicité et son efficacité.
Ici Shimit Amin s’acquitte brillamment de sa tâche. On sent bien que ce n’est pas son domaine, et qu’il n’est pas plus amateur de hockey que nous, mais il livre un film énergique, direct, qui va au plus simple. Au lieu d’expliquer des règles rébarbatives, un simple plan sur le public en folie montre que l’équipe a gagné, et c’est tout ce qui importe. Le film s’appuie sur la voix du commentateur pour expliquer le déroulement de la compétition, méthode simpliste (Olive et Tom…) mais qui a fait ses preuves. D’un point de vue technique, les scènes de jeu sur le terrain sont bien filmées. Elles nous mettent au cœur de l’action et on sent que de nombreux moyens ont été utilisés. Elles ont le mérite de sortir de la prise de vue classique du haut des tribunes comme en football, et de faire mieux ressentir la tension du match, en revanche on manque justement du recul pour apprécier l’évolution des joueuses sur le terrain, on a tendance a être toujours le nez sur la balle.

Cependant, comme en sport, ce n’est pas la technique qui importe le plus dans Chak De ! India mais l’aspect humain. Le casting est constitué notamment d’actrices amateurs, pratiquant réellement le hockey, ce qui donne une vraie fraîcheur au film et facilite l’identification du spectateur (primordiale dans un tel film). Du coup, chaque joueuse dispose d’assez de temps pour qu’on s’en souvienne, même si l’histoire se concentre sur 4 ou 5 d’entres elles. A l’exception de ces dernières dont la psychologie est assez développée, les autres sont stéréotypées (la Punjabie bourrin, le garçon manqué…). Mais elles ont toutes un point commun : elles ne sont pas commodes. Elles ne sont pas là pour se faire des amies, ont l’égo plus développé que l’esprit d’équipe, et obéir à leur entraîneur ne fait pas forcément partie de leurs projets personnels. Elles viennent toutes de régions différentes de l’Inde, et ce n’est pas un hasard…
Le film montre comment l’équipe se trouve petit à petit une cohésion à travers les relations humaines de cette mosaïque de différences. En apprenant à se connaître et à s’accepter, ces filles trouveront la force de renverser les plus grandes équipes lors du tournoi. C’est clairement une métaphore de l’Inde, et en cette année 2007 où l’on célèbre les 60 ans de l’indépendance, le réalisateur livre un message de paix et d’unité bienvenu. Cerise sur le gâteau, le Shah dans le rôle de Kabir Khan trouve un rôle unique où il brille par sa sobriété. Oubliées les larmes de Rahul et le cabotinage de Main Hoon Na, ici il intériorise… sa simple présence et son charisme naturel donnent à son personnage la contenance suffisante pour le rendre crédible - et le film avec. On pourra regretter qu’il soit fait abstraction de l’aspect le plus intéressant du film. Kabir Khan est musulman, ce qui ne l’empêche pas d’être capitaine de l’équipe nationale indienne ; mais le met en première ligne quand par sa faute l’équipe perd face au Pakistan (Etat musulman). Il y aurait eu matière à développer beaucoup plus la psychologie de son personnage sur le rapport foi/patriotisme, mais il est vrai que ce n’est pas très grand public. Pourtant le film lui-même n’est pas vraiment commercial, et c’en est d’ailleurs étonnant. Le format court se rapproche des standards internationaux, il n’y a pas de clip et encore moins de chanson (à part en thème de fond), et en plus - incroyable dans un film Yash Raj avec Shah Rukh Khan - il n’y a pas la moindre idylle dans Chak ! De India.

Yash Raj sort donc de son domaine de prédilection pour nous offrir un film crossover très différent des productions habituelles mais toujours aussi efficace. Chak De ! India est un film simple. Pour ceux qui craindraient un remake de Joue-la comme Beckham, il n’en est rien.
Si, pour un public occidental, Chak De ! India donnera malgré tout une impression de déjà-vu inhérente au genre, il n’en demeure pas moins efficace, divertissant et a le mérite d’aborder un sujet nouveau pour le cinéma indien tout en restant abordable pour un public qui n’y connaît rien en hockey sur gazon.
A voir !

Commentaires
10 commentaires