]]>

Devdas


Année2002
LangueHindi
GenreDrame
RéalisateurSanjay Leela Bhansali
Dir. PhotoBinod Pradhan
ScénaristesSanjay Leela Bhansali, Prakash Kapadia
ActeursShah Rukh Khan, Aishwarya Rai Bachchan, Madhuri Dixit, Jackie Shroff, Kiron Kher
Dir. MusicalIsmail Darbar, Monty Sharma, Pandit Birju Maharaj
ParoliersSameer, Nusrat Badr, Pandit Birju Maharaj
ChanteursShreya Ghoshal, KK, Udit Narayan, Vinod Rathod, Kavita Krishnamurthy, Pandit Birju Maharaj, Madhuri Dixit, Jaspinder Narula, Rashmi Sharma, Supriya Raghav Chatterjee
ChorégraphesSaroj Khan, Vaibhavi Merchant, Malu, Pandit Birju Maharaj
ProducteurBharat Shah
Durée183 mn

Bande originale

Silsila Ye Chaahat Ka
Maar Dala
Bairi Piya
Kaahe Chhed Mohe
Chalak Chalak
Hamesha Tumko Chaha
Woh Chand Jaisi Ladki
Morey Piya
Dev’s Last Journey - The Theme
Dola Re Dola

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 31 janvier 2006

Note :
(10/10)

Article lu 17957 fois

Galerie

Devdas, mon premier Bollywood. J’en suis sortie étourdie par ce tourbillon de couleurs et de musique, emportée par cette explosion d’émotions, éblouie par ce foisonnement de décors grandioses, de bijoux scintillants, de costumes somptueux. Devdas reste pour moi unique, inoubliable, magique.

Pourtant la première demi-heure me laissa sur la défensive, les voix surexcitées des femmes attendant le retour du fils me vrillaient les oreilles et, si Paro (Aishwarya Rai) était si belle qu’elle en semblait improbable, pourquoi l’avait on affublée d’un Devdas pontifiant au gros nez (Shah Rukh Khan) ?!

Cette impression persista jusqu’à Morey Piya, qui chante l’amour de Krishna et Radha, une scène d’amour comme seul sait en faire Bollywood, où tout est suggéré mais d’une sensualité bouleversante. Comme Paro, je suis tombée alors sous le charme de Devdas, conquise par la magie diaphane de ce clair de lune et par le charisme de l’acteur, sa capacité à nous faire partager, ressentir l’amour et le désir de Devdas pour Paro.

Plus tard, j’ai été tout aussi émue par le talent de Shah Rukh Khan à exprimer le désespoir et la culpabilité qui minent Devdas, éloigné de Paro, cherchant refuge dans l’alcool malgré le soutien de la belle Chandramukhi.

L’homme pontifiant, engoncé dans ses vêtements occidentaux, n’est plus alors qu’un lointain souvenir. Enveloppé dans son dhoti-kurta comme dans un linceul, Devdas nous livre son âme à nu, tourmentée, son insupportable lâcheté aussi, aux antipodes du héros conventionnel courageux et viril. Irritant, il n’en est pas moins douloureusement attachant.

Et puis du courage, les femmes en ont pour deux, le film nous offre de très beaux personnages féminins. Paro, jeune fille espiègle et coquette, fait face à un destin qu’elle n’a pas choisi avec une dignité qui force l’admiration. Elle devient une Parvati presque hautaine, qui sait s’imposer d’un regard, d’un mouvement d’épaule, aristocrate jusque dans le moindre geste. Aishwarya Rai est filmée de façon remarquable par S.L. Bhansali, dans aucun autre film elle n’a le regard si bleu, le teint si transparent, l’allure si altière.

L’autre personnage féminin est la danseuse et prostituée Chandramukhi ; celle qui n’a jamais rien espéré de la vie sans songer à s’en plaindre (Mare Dala), sent battre son cœur à l’approche de Devdas. Madhuri Dixit endosse ce rôle avec un talent rare, elle excelle dans les scènes de Kathak (danse classique du nord de l’Inde), où elle allie maîtrise technique et émotion. Elle campe une femme à la forte personnalité, qui n’hésite pas à remettre les hommes à leur place (ah, cette gifle à la fin de Dola re Dola, quel régal, voilà des générations de prostituées rendues à leur dignité !).

Mais elle fait montre d’une douceur et d’une patience sans limite envers Devdas, sachant pourtant qu’il n’aimera jamais que Paro, impuissante devant sa douleur… Elle est la femme dans toute sa générosité, et si une tristesse infinie traverse parfois son regard, nous transperçant du même coup, c’est toujours un sourire lumineux qui s’adresse à Devdas…nous charmant du même coup.

Si le film doit beaucoup à ses interprètes, si la nouvelle à l’origine du film a déjà inspiré d’autres cinéastes (dont le Devdas de Bimal Roy en 1955), cette oeuvre est également le fruit du génie particulier d’un jeune réalisateur, Sanjay Leela Bhansali. Il dit lui-même s’être beaucoup investi dans ce film, exorcisant l’image d’un père qui ressemblait à Devdas. Il a offert à cette œuvre les plus beaux décors et les plus beaux costumes de l’histoire de Bollywood, créant des palais des mille et une nuits tout droit sortis de son imagination, faits de lumière et de transparence, s’inspirant des célèbres scènes de danse de Madhubala dans Mughal-e-Azham.

Le palais de danse de Chandramukhi et le quartier dans lequel elle vit, en constituent le point d’orgue : des milliers de bougies se reflètent dans les cristaux, les miroirs, les bijoux, l’eau du fleuve, créant une atmosphère fantasmagorique propice aux illusions.

Car, si l’on cherche une thématique dans Devdas, au-delà de l’amour romantique on trouve l’illusion. L’illusion de se croire maître de son destin, l’illusion d’un ordre du monde qui oblige à endosser un personnage que l’on n’est pas - l’héritier avocat, la maîtresse de maison, la prostituée au cœur sec-, l’illusion de l’ébriété, l’illusion encore de la richesse et du rang social, qui rend la vie si cruelle à certains… Le faste des bijoux et des costumes n’est pas étranger à cette notion d’illusion.

Plus Parvati entre dans son rôle de maîtresse de maison, plus elle a de bijoux et de broderies sur ses saris. Plus Chandramukhi joue son rôle de courtisane, plus elle disparaît derrière des monceaux d’or. Alors que dans la scène dansée Chalak Chalak, où elle retrouve par hasard Devdas dans la ville, elle n’a jamais été si belle dans sa simple robe marron sans ornement, les cheveux libres, sans bijoux, enfin elle-même… De la même façon Parvati renoue avec une certaine pureté et se retrouve elle-même, lorsqu’à la fin du film elle traverse son palais en courant, pieds nus, vêtue d’un sari blanc au liseré rouge. Dans Devdas, rien n’est gratuit ni laissé au hasard, Sanjay Leela Bhansali possède un sens extrême de la tragédie et de la cinématographie, chacun des éléments participe de la puissance dramatique du film, notamment la musique.

On ne peut pas parler de Devdas sans applaudir des deux mains aux scènes de danse. Toutes sont de pures merveilles, bénéficiant d’une musique d’inspiration classique signée Ismaël Darbar et de chorégraphies très élaborées, magistralement exécutées. Le gai tourbillon des jeunes filles de Silsila ye Chahat ka tout d’abord, puis Morey Piya avec Kiron Kher en danseuse conteuse, très belle avec ses cheveux longs même si elle n’a plus la taille fine ni les vingt ans de sa « fille », avec en parallèle cette fameuse scène d’amour transcendé évoquée plus haut, Mare Dala et Kaahe Chhed More où Madhuri nous ferait presque regretter une carrière de danseuse classique, Chalak Chalak, une chorégraphie masculine originale (avec SRK et Jackie Shroff) que Madhuri vient relever de déhanchés foudroyants, et enfin Dola Re Dola avec Madhuri Dixit et Ashwarya Rai au mieux de leur forme, complices plus que rivales, un summum de grâce et de beauté sur un rythme étourdissant.

Avec tout cela, comment ne pas être sous le choc en sortant du cinéma ? Je n’en suis toujours pas remise…

À noter : Devdas a fait partie de la Sélection Officielle à Cannes en 2002, donnant l’occasion aux Français de découvrir au pied du fameux escalier, Aishwarya Rai, Shah Rukh Khan et Sanjay Leela Bhansali. Ce film a été l’un des premiers Bollywood à sortir sur les écrans français, en 2003, et en DVD avec un doublage en français en 2004. Ce doublage, s’il gêne les spectateurs habitués aux voix des acteurs et aux sons du hindi (les voix françaises sonnent souvent « faux »), bénéficie cependant d’un beau texte et de louables efforts pour le caler avec les mouvements des lèvres du hindi. Le coffret est également un joli hommage à la luxuriance du film, même si les bonus sont sans grand intérêt.(Voir le test du DVD sur ce site).

Traductions de chansons par Angel.

Commentaires
14 commentaires
En réponse à Lafrarie - le 05/02/2008 à 02:28

devdas passe sur paris première mardi 5 février…avis aux amateurs

Laissez un commentaire :

francelisel le 06/11/2012 à 15:38

D’accord avec Bolly Crazy, Ghanan et Bolly fever ! Je cite : "En ce qui me concerne, le film est juste magnifique visuellement (acteurs, décors, costumes, mise en scène, chorégraphies…) mais si long à se terminer ". OUI ! J’ai vu ce film une fois il y a 5 ans et je n’ai pas eu le courage de le revoir. Il faudra que je fasse l’effort ! Oui, somptuosité des décors mais trop lourds, trop chargés et surtout étouffants. Ce film est comme un gâteau qui a trop de beurre et de crème. Bon, beau mais indigeste ! Je reconnais l’ambition, l’expertise et les talents mis en oeuvre. Mais je n’ai pas réussi à m’intéresser aux personnages et vibrer pour eux. C’est un merveilleux livre d’images très statique et très esthétisant. J’ai eu la même impression avec Jodhaa Akbar et Saawariya, moins pénibles mais également vitrifiés par les décors, les costumes et la lenteur. Je préfère moins de budget, moins de prestige et plus d’émotion vraie. Je choisis toujours l’authenticité quand elle n’est pas écrasée par le décorum. Vous allez encore hurler : Ash est belle, mais elle a la beauté de la glace. Je préfère une actrice moins parfaite physiquement, mais plus émouvante et plus "vibrante". De plus, je ne suis pas convaincue qu’Ash soit une si grande actrice. Quand elle "larmoie" dans Guru ou ailleurs, je n’accroche pas… Malgré ce, toujours fan de Bollywood au bout de 5 ans et après tellement de films…

talou le 01/11/2012 à 18:19

ma folie douce !!!!!! tout simplement !!

yves manville le 28/07/2012 à 09:14

j ai a peu pres vecu le film comme Maya…la meme scene m a retourne…je suis alors entre vraiment dans ce reve et aussi dans le drame cruel, poignant meme, adouci par la merveille des images et la beaute sublime de Paro.

clem le 10/04/2011 à 22:44

Fascinant, hypnotisant, éblouissant, voila quelques termes parmis tant d’autres qui peuvent qualifier la grandeur de cette oeuvre d’art. En plus d’être un des plus grand film de l’histoire du cinéma Devdas c’est aussi la grace d’Aishwariya, la beauté de Madhuri et la perfection de Shahrukh Khan mélangés avec le génie du maitre Bhansali…que dire si ce n’est 13/10 !!

noella le 01/01/2011 à 23:45

C’est un enchantement très mille et une nuit en terme d’esthétisme, sans doute le plus proche de l’imaginaire que suscite l’Orient avec un grand O, plus encore que l’Inde.Mais il y a aussi des personnages bien campés , les plus actifs étant féminins et non masculins.L’ oeuvre montrait de manière symbolique pourquoi le destin de l’Inde était compromis par ces différentes figures masculines soient intransigeantes et autoritaires, bloquant même tout principe de vie, donc de modernité, comme le père et l’aristocrate mais aussi une jeunesse trop indolente ou incapable de s’émanciper malgré son éducation occidentale, que représente Devdas . Les personnages féminins sont plus vivants, capable d’évolution comme Paro mais malgré tout leur pouvoir est limité par celui des hommes.Ici le traumastisme de Devdas est surligné : la scène ’i object" est terrible parce qu’elle arrive trop tard et qu’elle s’adresse au vide .C’est une Inde des années 30, mais on retrouve malgré tout cette "indolence" dans de nombreux films et la difficulté d’émancipation face à une autorité qui tout en étant moins violente, reste présente comme dans le film sur l’enfant dyslexique.Faire son "Devdas", pleurer sur soi et son amour n’est pas un compliment.Je ne crois pas à la critique objective sauf si on exprime pourquoi on aime personnellement ou pas quelque chose, alors là oui pour le sujet, l’ oeuvre devient un media objectif.Mais si on présente une oeuvre comme un simple objet, on n’est pas objectif, on parle de soi à la troisième personne , c’est tout .

Bolly fever le 25/04/2010 à 23:54

Hé bien… après toute cette pluie de critiques positive… je me permet de placer la mienne… qui ne l’est pas ! Je sais, je sais, je dois bien être la seule… Certes le film est BEAU (decor, personnage…) mais.. rien de plus. Je n’ai pas sorti une larme. Pas un sourire. C’était mon deuxieme bolly (le 1er ! pir bil dil hai hindustani, plutot sympa). Heureusement que j’ai persévé et vu mujhse doste karoge après, ou je n’aurais jamais adhéré a ce magnifique univers de bollywood ! Alors je l’ai revu recement. Et toujours rien…

Bref, J’ai trouvé Aish fade (désolé pour les fans… comme a son habitude, j’ai envie de dire), mon Sharukh aussi ;et le film tellement lent… une belle histoire, peut etre, mais a laquelle je n’ai personelement pas du tout adhéré ! (je me sens seule , lol)

Ghanan le 26/04/2010 à 01:42

Ne te sens plus seule : ) Tout pareil, jusqu’au fait que ce soit également mon 2e Bolly . Je n’ai réussi à vraiment comprendre aucun des persos, ni leurs désirs, ni leurs tourments. Pourtant j’avais été enchantée par la première chanson, avec la flamme, je trouvais ça très beau et follement romantique . J’aime toujours beaucoup 2 chansons/chorés , je me rappelle des décors, somptueux.

ça, on peut dire qu’il sait faire ^^ … c’est magique.

Mais sur tout le reste, c’est à dire l’essentiel quand même pour un film ^_^ … Quelle profonde déception ( puisqu’on le présente toujours comme le chef-d’oeuvre ultime ) , aucune émotion ( sauf si l’agacement est une émotion ) .

J’avais aussi pensé que c’était un décalage de ma part, que je n’étais pas prête, qu’il y avait un fossé culturel. Mais après avoir vu bien d’autres films, c’est pareil pour moi. Flop, aucune empathie, aucune colère, aucun frisson.

Mais tu sais, je suis pas du tout sure qu’on soit si peu nombreux/ses : Il y a un sujet sur le forum, où tout le monde a mis la liste de ses films préférés … Regarde le nombre de personnes qui ont mis Devdas dans leurs chouchous…

Et puis, comme l’a dit BoLlY cRaZy, il y a un facteur affectif pour Devdas, celui d’être la première fois de bcp de gens ; ) Tu peux pas être objectif sur ta première fois, même si c’est (souvent) un fiasco …

Meriem le 24/01/2010 à 19:04

Un des best pour moi avec KGKG………le décor, les habits, les chorégraphies……du vrai cinéma indien, c’est tellement rare maintenant de voir ne serait-ce qu’un seul sari dans les fims bolly et c’est bien dommage…….

BoLlY cRaZy le 13/12/2009 à 15:21

Devdas a été la première expérience Bollywood de la plupart des fans aujourd’hui, donc je comprends l’enthousiasme (et aussi le manque d’objectivité) que suscite ce film. En ce qui me concerne, le film est juste magnifique visuellement (acteurs, décors, costumes, mise en scène, chorégraphies…) mais si long à se terminer ! Surtout quand la musique (peu populaire avant la sortie du film) est très classique, manque d’originalité et de musicalité pour attirer les spectateurs (j’ai même oublié le nombre de chansons qu’il y a dans le film, les seules qui m’aient marqué sont Silsila Yeh Chahat Ka, Dola Re Dola et Maar Daala). Cependant, même si le film paraît sans fin, l’effet final est là et on pleure toutes les larmes de son corps, c’est le cas de le dire. Cette version de Devdas a atteint le statut de "film indien culte" en France grâce au Festival de Cannes, sans quoi il seraît passé inaperçu. En Inde et dans le sous-continent indien en général, ce n’est pas le cas : si le film n’avait pas suscité autant d’intérêt en occident, il aurait très certainement fait un flop là-bas, mais il a quand même réussi à engendrer des recettes convenables, sans être extraordinaires. Il faut dire que les indiens préfèrent largement les comédies romantiques légères aux fins heureuses que des drames du genre Devdas qui font pleurer… Des productions comme Devdas n’ont jamais été très nombreuses dans l’histoire du cinéma indien, contrairement à ce qu’on peut penser… Bref ce n’est pas le genre de film que je me repasse en boucle, j’ai dû le voir que deux fois dans ma vie.

Pour moi ce sera 8/10.

Lafrarie le 05/02/2008 à 15:46

moi je vais pas le louper…pour la 15ème fois ^^…le seul truc qui me fait peur c’est la VF

Simran le 05/02/2008 à 15:41

Devdas a été mon premier film Bollywood et comme Maya je n’en suis toujours pas remise, j’ai été envoûtée et c’est lui qui m’a incité à regarder d’autres films hindi. Et depuis j’ai la Bollywoodmania LOL.

Un pur cher d’oeuvre (beauté des costumes, splendeur des palais, bijoux superbes, couleurs lumineuses et chatoyantes, musique et clips sompteux, mais surtout des actrices et acteurs éblouissants).

Il repasse à la télé c’est génial, mais ayant le DVD, je préfère me le repasser de temps en temps.

Juanito le 05/02/2008 à 09:06

Il repasse aussi ce soir à la TV sur Paris Première…à 22h25 !! avis aux couche-tard

Dhanesh le 05/02/2008 à 09:14

Euh, Juanito… on est quel jour aujourd’hui, déjà ?

Lafrarie le 05/02/2008 à 02:28

devdas passe sur paris première mardi 5 février…avis aux amateurs