]]>

Dheepan rafle la Palme d’Or

Publié lundi 25 mai 2015
Dernière modification lundi 25 mai 2015
Article lu 833 fois

Par Gandhi Tata

Dossier Festival de Cannes 2015
◀ 19 mai sur la Croisette
▶ Interview exclusive d’Aishwarya Rai Bachchan

Le jury du Festival de Cannes 2015 a rendu son verdict et c’est Dheepan, de Jacques Audiard, qui décroche la récompense suprême. Si toute l’équipe de Fantastikindia se réjouit de ce résultat, c’est parce que d’une part, elle met à l’honneur la communauté tamoule du Sri-Lanka et que, d’autre part, c’est quand même sympa d’avoir une palme tricolore, aux accents tamouls !


C’est grâce aux nombreux commerçants sri-lankais qui sont derrière la plupart des boutiques du quartier indien de Gare du Nord, qu’on a pu avoir accès aux DVD et autres bandes originales de films indiens dans les années 2000. Même si le piratage a beaucoup affaibli le business, on sera toujours reconnaissant à ces petits magasins et autres échoppes d’avoir œuvré à leur façon, pour la diffusion et promotion de la culture et du cinéma indien en France. Cependant, derrière certains de ces visages souriants, il y a énormément de douleurs, et même si on en sait tous un peu sur le conflit sri-lankais, on est loin de prendre la mesure de ce que représente un exil, d’être loin de sa patrie et tenter de refaire sa vie dans des conditions, très souvent, précaires. Dheepan aborde des thèmes comme le déracinement, l’espoir, mais aussi le désespoir de ces personnes qui ont dû se battre là-bas, mais aussi ici, pour exister et se faire une place.

Enfin, Dheepan est un film essentiel, car il rend hommage aux nombreux réfugiés tamouls qui ont fui les horreurs de la guerre au Sri-Lanka pour trouver refuge dans de nombreux pays du monde, dont la France. Il y a une forme d’omerta autour de ce sujet, et à chaque fois que la question de la guerre civile du Sri-Lanka a été abordée en Inde, les polémiques ont fusé de toutes parts. Aborder un tel sujet est délicat et Jacques Audiard a relevé le défi, en optant pour une approche plus humaine.


Il n’est pas question de prendre position, de soutenir ou condamner le gouvernement sri-lankais ou les Tigres de libération de l’Eelam tamoul (LTTE). Audiard a décidé de poser sa caméra à hauteur d’homme, et de parler des difficultés que quelques-uns de ces apatrides ont pu rencontrer en France. On pense tous que fuir un conflit, c’est le laisser derrière, mais la violence et les atrocités, subies par ces victimes, sont toujours là dans un coin de leur tête, et leurs âmes sont meurtries à jamais. De plus, une terre d’asile n’est pas toujours accueillante et il faut parfois se battre et faire appel à son instinct de survie pour s’en sortir. Dheepan parle de tout ça et on a hâte de le découvrir le 26 août 2015 en salles.

Synopsis :

Ancien combattant de l’indépendance tamoule, Dheepan a fui le Sri Lanka, après la défaite et espère une seconde chance. Malheureusement pour lui, la vie n’est pas moins dangereuse dans la cité où il est gardien d’immeuble. Face aux violences quotidiennes et pour protéger sa nouvelle famille, il est contraint de redevenir ce soldat qu’il a laissé derrière lui…

Commentaires
3 commentaires