]]>

Dil Se…

Traduction : De tout cœur

Bande originale

Chaiyya Chaiyya
Jiya Jale
Dil Se Re
E Ajnabi
Satrangi Re

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 15 mars 2004

Note :
(9/10)

Article lu 8171 fois

Galerie

Un quai de gare glacial et désert, la nuit. Seul le hurlement du vent emplit l’espace. Jusqu’à l’arrivée d’Amarkant (Shah Rukh Khan), qui s’évertue à entrer en contact avec la seule personne présente, une jeune femme farouchement silencieuse. C’est le début d’une quête qui va mener notre entreprenant journaliste au travers des méandres de l’amour…et du terrorisme.

Amarkant est journaliste pour All India Radio, il enquête auprès des peuples frontaliers du Nord de l’Inde pour savoir ce que l’indépendance de l’Inde leur a apporté, 50 ans après. Les réponses ne sont pas "politiquement correctes" -"La liberté ? nous n’avons pas de liberté". Il veut aller plus loin, comprendre, allant jusqu’à rencontrer le chef d’un camp d’entraînement terroriste. Au cours de son périple, du Kashmir au Ladakh, il retrouve la belle inconnue, Meghna (Manisha Koirala). Ils sont amenés à faire la route ensemble, en compagnie d’errants (pèlerins ? réfugiés ?) dans des paysages de déserts escarpés grandioses et hostiles à la fois. Insaisissable, elle se dévoile peu, lui tombe amoureux de son mystère. Le prénom Meghna signifie nuage…Elle se détend peu à peu, semble prête à tomber elle aussi amoureuse, avant de disparaître.


De retour à Delhi, Amarkant reprend le cours de son existence, sa famille lui présente sa fiancée. Preity Zinta entre alors en scène avec son look occidental, son "hinglish", ses fossettes et sa façon très directe d’aborder la vie, le mariage arrangé, l’amour…Le mariage est décidé. Le jour des fiançailles, Meghna réapparaît. Et bientôt le mystère qui l’entoure se déchire et montre toute la souffrance d’un peuple, toute la violence engendrée par cette souffrance.

Dil Se est un film qui, comme Meghna, ne dévoile pas toutes ses qualités à la première vision. On est pris par un rythme rapide, par les aventures de ce journaliste au pays des mille et un cauchemars, par les scènes de guerre et de bagarre, par les impressions fortes laissées par ces peuples en plein désarroi, par ces paysages splendides, par cette diversité indienne qui va bien au-delà des clichés. La première vision laisse sous le choc, il faut un peu de recul pour réaliser la subtilité de la construction du scénario, du climat créé qui laisse sourdre peu à peu la douleur, la distille pour mieux frapper, alternant avec des moments doux et drôles, qui nous laissent penser que la vie "normale", que l’amour peut reprendre ses droits.


Il existe aussi dans Dil Se une véritable dimension poétique, délivrée par la musique d’A.R. Rahman, très présente, hypnotique, envoûtante, et les paroles de Gulzar (voir les traductions d’Angel). Les clips sont originaux, épurés, certains sont de véritables tableaux, tel Satrangi Re tourné au milieu des ruines dans un paysage désertique, comme un mirage en contrastes noir et blanc, eau et pierre, mi-lutte mi-danse, où chacun est prisonnier derrière le grillage de son rêve, pris au jeu de l’attraction - répulsion, dans une chorégraphie originale qui se termine par une étonnante pietà.

JPEG - 20.9 ko
Satrangi Re

Chaiyya chaiyya, en début de film, propose également une chorégraphie inédite : sur le toit d’un train, les voyageurs entassés deviennent danseurs. Et cela semble incroyable, mais le train roule vraiment dans les paysages escarpés traversés. Sans oublier Jiya Jale chanté par Lata Mangeshkar, filmé dans les Backwaters du Kerala, où Shah Rukh laisse entrevoir le futur Asoka….

L’acteur est très juste, on a vraiment l’impression qu’il est journaliste lorsqu’il interviewe les gens ou qu’il anime son émission. On le voit passer de l’exubérance juvénile en début du film à la gravité d’une maturité qu’il n’a pas choisie quand il découvre peu à peu les réalités qui l’entourent. Son jeu traduit tout à fait les différents stades de l’amour évoqués par la littérature arabe et cités en début de film, l’attraction, la flamme, l’obsession, jusqu’à ne plus faire qu’un avec l’autre, dans la vie ou dans la mort…

JPEG - 22.9 ko
Ajnabi

Manisha Koirala est exactement son rôle, son origine népalaise y contribue peut-être. Elle donne à Meghna beaucoup de sensibilité, dans les scènes graves comme dans celles où elle semble déposer son fardeau pour être un jeune femme comme les autres, drôle, souriante, fragile, rêveuse. Avant de revenir à la vie qui est la sienne, meurtrie et rebelle, résignée (ou presque) à ne plus pouvoir aimer. Preity Zinta apporte la détente dans un paysage plutôt dramatique, elle incarne parfaitement la vie gaie, simple, "politiquement correcte" qu’aurait pu choisir le journaliste.

Mani Ratnam, le réalisateur tamoul, montre une fois de plus sa maîtrise du rythme et des images fortes, sa spécificité aussi en créant un film qui tranche sur l’ambiance "rainbow world" de nombreux films hindis. Dil Se est une de ses plus belles réussites, qui nous touche… du fond du cœur. Le film a pourtant fait un "flop" au box office, peut-être le public n’avait-il pas envie de voir Shah Rukh Khan dans ce rôle, dans ce type de film, lui qui incarne plutôt une Inde heureuse et unie.

Le titre de la version tamoule était Uyire. Voir aussi les traductions des chansons par Angel

Commentaires
12 commentaires