]]>

[MàJ 17/11] Diwali 2021 : de l’action et des stars sur nos écrans

Publié mercredi 3 novembre 2021
Dernière modification mercredi 17 novembre 2021
News lue 44 fois

Par Savoy1

Rubrique News
◀ Karnan en salles : bombe à retardement

[Mise à jour du 17 novembre] : Réjouissons nous. Sortis pour Diwali, nos trois films indiens : Annaatthe de Siva, Sooryavanshi de Rohit Shetty et Enemy de Anand Shankar ont droit à une troisième semaine de projections dans les salles françaises, à partir de ce 17 novembre. Enemy profite même de séances supplémentaires par rapport à sa première semaine, comme quoi l’outsider s’en sort très bien face à ses deux confrères.

Venez prolonger rires et frissons en compagnie de Superstar Rajini, du carré d’as composé d’Akshay Kumar, Ajay Devgn, Ranveer Singh et Katrina Kaif, et du duo Vishal - Arya.


[Mise à jour du 10 novembre] : Nos trois sorties des 4 et 5 novembre restent dans la course et entament une seconde semaine sur nos écrans dès ce 10 novembre.

Annaatthe de Siva & Team. Un authentique spectacle masala comme on n’ose plus en rêver. Deux films en un, comédie familiale et vigilante rageur, unissant humour balourd et mélodrame larmoyant, intrigues rurales et violentes bastons urbaines. Musique et gros son à tous les étages, montage frénétique, vastes décors et figuration abondante, on peut s’y laisser entraîner si le cœur vous en dit.

Enemy de Anand Shankar. Dans l’impossibilité évidente de lutter sur le plan artistique avec son collègue tamoul, la mise en scène y étant tout de même assez pauvre, cette variation sur le thème des frères ennemis se rattrape aisément par son lot de personnages bien caractérisés et ses nombreux rebondissements.

Sooryavanshi réalisé par Rohit Shetty. N’ayant pas visionné celui-ci, nous laisserons à d’autres spectateurs le soin d’estimer si son traitement bollywood et son trio de super-flics en droite ligne des univers du réalisateur ont su convenir à son sujet sur le terrorisme.

Toujours est-il que le calendrier des sorties cinéma ne s’arrête pas en si bon chemin, nos actionners étant rejoints dès le lendemain 11 novembre par deux comédies pendjabie.
Fuffad Ji, intrigue de mariage sur fond de rivalités familiales, réalisée par Pankaj Batra. Et Paani Ch Madhaani, de Vijay Kumar Arora, qui suit un groupe musical en quête de gloire et richesse. Des occasions d’aborder cet après Diwali de façon plus légère peut-être…


Ce week-end du 5 novembre marque les fêtes de Diwali 2021. Et pas moins de trois films indiens vont tenir la corde pour attirer les spectateurs dans les salles françaises. Va y avoir de l’action !

On commence avec Sooryavanshi, polar criminel que son distributeur Night Ed nous présente comme l’un des premiers « gros films Bollywood post-covid ». Réalisé par Rohit Shetty (la série des Golmaal (2006-2017), Singham (2011) et sa suite, Chennai Express (2013) avec SRK, … excusez du peu), Sooryavanshi ne semble pourtant pas se présenter comme les habituelles comédies d’action du bonhomme. Son sujet, la lutte antiterroriste, et les premières images de la bande-annonce, rappel historique de divers attentats ayant frappé Mumbai, nous préparent à un thriller pour le moins âpre et prenant. Sujet à traiter de toutes manières avec précaution, surtout en ces périodes troublées. Au générique, dans le rôle-titre de l’inspecteur, on retrouve le désormais controversé Akshay Kumar, associé à Katrina Kaif et au duo Ajay Devgn / Ranveer Singh.
Ce qui amène une énorme question au vu des rôles annoncés pour ces derniers : "Singham" et "Simmba", soit les noms des agents respectivement incarnés par ceux-ci dans leurs précédentes collaborations avec Rohit Shetty !! Aurait-on affaire à un cross-over entre les trois univers policiers créés par le réalisateur ? A vérifier sur place : ce serait pour le moins une première, à la manière des univers étendus super-héroïques. Sooryavanshi sera proposé en VO sous-titrée français sur pas moins d’une trentaine d’écrans tant en région parisienne qu’en province, à partir du 5 novembre.

Face au marteau-pilon hindi, le cinéma Kollywood fait appel à Annaatthe, le nouveau film de la star Rajinikanth, associé pour l’occasion au réalisateur d’action Siva. A cet effet, celui-ci fait des infidélités à une autre étoile, Ajith, qu’il aura accompagné pour une mémorable tétralogie pleine de testostérone, de Veeram (2014) à Viswasam (2019). Un tournant pour Siva ? Peut-être pas. Puisqu’au-delà de la comédie dramatique familiale annoncée par le sujet, quelques intrigues villageoises provoquées par les indélicats de rigueur devraient vite redonner l’occasion aux poings de s’exprimer.
Au générique, aux côtés de Nayanthara, on reconnait quelques visages familiers de la galaxie des seconds rôles tamouls. Annaatthe sera présenté en VO sous-titrée français dès le 4 novembre, à Paris et sa région ainsi que dans quelques villes de province. A noter l’évènement, désormais coutumier pour les spectacles portés par Rajini, que constituera la projection du film sur l’immense écran du Grand Rex parisien, ce 8 novembre à 21h.

Enfin, peut-être plus inattendu, un outsider tamoul ose se glisser face à ce duel de titans : Enemy, (encore) un polar, réalisé par Anand Shankar (Iru Mugan (2016), avatar « jamesbondien » brièvement abordé dans notre rétrospective de cette année 16). Toujours à l’affiche de la comédie horrifique Aranmanai 3, Arya rejoint ici Vishal pour ce qui semble être une histoire d’amitié et de vengeance aux atours d’efficace et violente série B. Bien entendu, la sortie française de cet Enemy ne peut rivaliser avec celles de ses collègues, c’est le moins que l’on puisse dire. Seuls les spectateurs du Gaumont Stade de France (93) auront donc l’occasion d’y jeter un œil pour quelques séances, à partir du 4 novembre. Sans autre précision, le film devrait ne bénéficier que de sous-titres anglais.
En tout cas, laissons-lui sa (petite) chance…

Les deux sorties tamoules nous sont proposées par Friday Entertainment. Merci à eux.

PS : Profitons-en ici pour saluer nos fidèles lecteurs. Et celles et ceux qui nous font le plaisir de leurs avis au long de nos chroniques plus ou moins anciennes.

Commentaires
Pas encore de commentaires