]]>

Drôles de chansons 2013

Publié vendredi 23 mai 2014
Dernière modification samedi 24 janvier 2015
Article lu 486 fois

Par Mel

Rubrique Morceaux choisis
◀ Item-Numbers à Bollywood
▶ Medley : Mujhse Dosti Karoge !

Les chansons du cinéma indien parlent volontiers d’amour, des joies ou des peines de la vie, sur des chorégraphies de groupe où hommes et femmes sont comme dans deux camps opposés. Mais parfois, les auteurs ont décidé de s’éloigner des conventions… et ça peut être très drôle.

Voici une courte sélection, totalement subjective et très limitée, de ces chansons sortants de l’ordinaire, qui m’ont beaucoup amusé en 2013.

Akaash Vani

Titre : Crazy Lover

Année : 2013
Chanteurs : Vishal Dadlani et Sunidhi Chauhan
Compositeurs : Hitesh Sonik (musique), Luv Ranjan (paroles)
Chorégraphe : Adil Shaikh
Ce qui se passe à l’écran : Ce n’est pas clair… L’instant d’avant, Akaash (Kartik Tiwari) comptait fleurette à Vani (Nushrat Bharucha) dans le « lavomatic » de la fac.
Pourquoi ? : Visiblement, Luv Ranjan (le parolier), voulait exprimer qu’Akaash était amoureux fou de Vani. Mais il s’est peut-être laissé dépasser par son sujet car ses paroles sont en fait totalement hallucinées. Pour la première fois dans l’histoire de la chanson, il a réussi à faire rimer chou-fleur avec cheval-vapeur !

Certains ont dit que la musique était inspirée de Rabiosa par Shakira et que les auteurs avaient violé à la fois Shakira et la langue anglaise. On peut sérieusement en douter pour la belle colombienne, mais c’est absolument certain pour l’anglais. Jamais on avait fait subir de telles avanies à la langue de Shakespeare. C’est à un tel point que les sous-titres originaux comme les sites spécialisés dans les paroles des chansons ont commis quelques erreurs.

Alors, pour vous seulement, voici ce hit musical de 2013, transcrit aussi fidèlement que possible. Même si votre niveau d’anglais est resté bloqué en 6e, vous passerez 3 mn 34 de pur bonheur avec ces deux dingues.


Rangeelay

Titre : Boliyaan

Année : 2013
Chanteurs : Nishawan Bhullar et Simran-Tripat
Compositeurs : Jaidev Kumar (musique), Rana Ranbir (paroles)
Chorégraphe : Mehul Gadani
Ce qui se passe à l’écran : La pièce qu’interprète Simmi (Neha Dhupia) crée la fureur des spectateurs qui n’hésitent pas à siffler et à lancer divers objets à la tête des acteurs. Sunny (Jimmy Shergill) qui se tenait en embuscade, vient pour sauver la situation. Au passage, il lui assène quelques vérités et se venge du tour pendable qu’elle vient lui jouer…
Pourquoi ? : Rangeelay est un film penjabi passé inaperçu où les deux tourtereaux courent autour des arbres. Dans ce bhangra, Jimmy Shergill se comporte comme un matador avec des intonations de Robert Charlebois. Neha Dhupia, le ravissant taureau, résiste tant bien que mal. Mais l’estocade est pour bientôt… Olé !


Matru Ki Biljee Ka Mandola

Titre : Lootnewale

Année : 2013
Chanteurs : Sukhwinder Singh et Master Saleem
Compositeurs : Vishal Bhardwaj (musique), Gulzar (paroles)
Ce qui se passe à l’écran : Harry Mandola (Pankaj Kapur) est soûl, Matru (Imran Khan) peut-être un peu aussi. Ils débarquent en pleine réunion du village où on lit un message écrit sur un tissu rouge…
Pourquoi ? : Mandola mène la manifestation contre lui-même, le « pillard » (lootnewale) du village, sur une courte chanson très énergique aux accents communistes comme on n’en fait plus. À vrai dire, personne n’y croit vraiment et Nasseban le travesti (Fareed Ahmed) se lâche même sur les paroles, comme si elles parlaient d’amour.

L’ironie mordante de ce morceau se déguste lorsque tout est en place : Mandola soûl qui divague, les villageois entre lutte molle et rigolade désespérée, et puis Matru qui feint de rêver au grand soir. Alors pour vous aider, si vous n’avez pas vu le film, la petite séquence vidéo inclut les 2 mn qui précèdent cette chanson très inhabituelle…


David

Titre : Maria Pita Che

Année : 2013
Chanteur : Remo Fernandes
Compositeurs : Remo Fernandes (musique), Remo Fernandes et Abhijeet (paroles)
Ce qui se passe à l’écran : Briganza a fait la blague de trop dans le bar de pêcheurs de la région de Goa. Ce pochard de David (Vikram) se lève…
Pourquoi ? : Remo Fernandes interprète lui-même dans cette scène un des morceaux qui l’ont rendu célèbre. Il s’agit d’une chanson folklorique, ici en trois langues, dans laquelle on devine avec plaisir l’accent portugais entre deux craquements d’os. La bagarre est dantesque, filmée avec la maestria coutumière de Bejoy Nambiar.


Ram-Leela

Titre : Ishqyaun Dhishqyaun

Année : 2013
Chanteur : Aditya Narayan
Compositeurs : Sanjay Leela Bansali (musique), Siddharth–Garima (paroles)
Chorégraphe : Vishnu Deva
Ce qui se passe à l’écran : Leela (Deepika Padukone) a traversé la ville en secret pour rejoindre Ram (Ranveer Singh) qui se prélassait sur le comptoir de son armurerie. Le rideau de fer vite baissé, ils se retrouvent dans le magasin…
Pourquoi ? : Pour cette chanson sous le bruit des balles (Dhishqyaun pourrait se traduire en français par « Pan ! »), Vishnu Deva a créé une chorégraphie désopilante où les deux protagonistes brillent d’une complicité explosive. La musique entraînante ainsi que les couleurs sublimes de Sanjay Leela Bansali font le reste. Les deux tourtereaux sont absolument parfaits. Mais étrangement, je ne vois que Deepika…

Commentaires
1 commentaire