]]>

Dulha Mil Gaya

Traduction : On a trouvé le marié

Année2010
LangueHindi
GenreComédie romantique
RéalisateurMudassar Aziz
Dir. PhotoSunil Patel
ScénaristeMudassar Aziz
ActeursShah Rukh Khan, Sushmita Sen, Fardeen Khan, Johnny Lever, Ishita Sharma, Tara Sharma
Dir. MusicalLalit Pandit
ParolierMudassar Aziz
ChanteursShreya Ghoshal, Sonu Nigam, Adnan Sami, Neeraj Shridhar, Tulsi Kumar, Monali Thakur, Daler Mehndi, Anushka Manchanda, Amit Kumar, Swananda, Mahua Kamat, Lalit Pandit
ChorégraphesAhmed Khan, Howard Rosemeyer
ProducteurVivek Vaswani
Durée146 mn

Bande originale

Dulha Mil Gaya
Akela Dil
Aaja Aaja Mere Ranjhna
Magar Meri Jaan
Tu Jo Jaan Le
Rang Diya Dil
Dilrubaon Ke Jalwe
Rang Diya Dil (Sad version)
Shiri Farhad (Bonus Track)
Akela Dil (Remix)
Dulha Mil Gaya (Remix)
Dilrubaon Ke Jalwe (Remix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 8 juin 2010

Note :
(7/10)

Article lu 4878 fois

Galerie

Donsaï (Fardeen Khan) mène une vie dorée et oisive sur une île paradisiaque, Trinidad. Sa meilleure amie est Shimmer (Sushmita Sen), top-model au faîte de sa carrière. Tous les deux ont en commun une certaine aversion pour l’engagement affectif en général et le mariage en particulier.

Mais le testament du père de Donsaï révèle une clause particulière : son fils unique doit épouser la fille de son meilleur ami penjabi pour hériter de sa fortune. Donsaï part donc au Penjab se marier avec Samarpreet (Ishita Sharma), une toute jeune villageoise. Et il la laisse là, l’odieux personnage. Trois mois plus tard, Samarpreet décide de le rejoindre mais les employés de Donsaï ne la laissent même pas l’approcher. Elle comprend vite cependant que son "mari" l’a bel et bien bernée et oubliée. Une fois recueillie par Shimmer, cette dernière est horrifiée d’apprendre de quoi son ami a été capable, et décide d’aider Samarpreet à conquérir Donsaï, avec des armes toutes féminines, et sans révéler qui elle est.
Samarpreet devient donc Samara…

Parallèlement, Shimmer a un "fiancé", Pawan (Shah Rukh Khan), que le top-model garde soigneusement éloigné, et Samara décide de convaincre Shimmer qu’un beau mariage d’amour vaut toutes les réussites du monde.

Dulha Mil Gaya n’a certes pas un scénario original ni subtil, il est très prévisible… mais il fonctionne, surtout grâce au personnage de Samarpreet-Samara qui n’est pas la petite fille naïve et manipulée qu’on pourrait imaginer, mais est dotée d’un sacré caractère. Sa confiance inébranlable en elle-même et en l’amour est rafraîchissante, et même si elle doit oublier sa pudeur naturelle pour transformer son apparence, elle ne trahit jamais sa dignité, elle reste fidèle à elle-même. Ishita Sharma joue très bien les deux facettes de son personnage et lui donne une vigueur peu commune.

Sushmita Sen est excellente en diva capricieuse, elle est réellement drôle et son personnage sent le vécu ! Elle est splendide, ce qui ne gâte rien.

Face à ces deux fortes femmes, Fardeen Khan est un brin falot (et vraiment pas sexy pour un playboy !) mais ce n’est pas très grave, et ses dernières scènes rattrapent bien l’ensemble. Shah Rukh Khan complète le quatuor, face à la diva il fallait une star, le plus intéressant c’est qu’il ait finalement besoin de très peu de mise en scène pour qu’il s’impose comme un magnat des affaires au pouvoir immense, mais impuissant à convaincre la belle Shimmer de partager sa vie. Il cabotine bien un peu… même beaucoup, mais c’est toujours un plaisir de le voir. Il ne devait faire qu’un cameo dans le film mais il est présent pendant toute la deuxième moitié. Il s’est d’ailleurs fâché avec le producteur car il s’est retrouvé piégé dans un projet qui n’est pas du niveau des productions habituelles de la star.
A noter : Johnny Lever est d’une sobriété exemplaire et réellement émouvant ! Dommage qu’on le voie si peu.

Cette sympathique comédie a fait un flop total au box-office. Il faut croire que les histoires de gentilles filles du Penjab qui se font berner par les playboys rebutent le public et on peut le comprendre, je n’aurais pas tenté l’aventure s’il n’y avait pas eu SRK. Il semblerait de plus que ce type de scénario ait fait l’objet de nombreux films dans les années 60 - 70 et soit éculé, ringard, aux yeux du public indien. N’ayant pas le même recul, j’ai passé un bon moment !

Commentaires
14 commentaires