]]>

Ek Villain

Traduction : Un méchant

Année2014
LangueHindi
GenresMélodrame / Romance, Thriller
RéalisateurMohit Suri
Dir. PhotoVishnu Rao
ScénaristeTushar Hiranandani
ActeursRitesh Deshmukh, Siddharth Malhotra, Shraddha Kapoor
Dir. MusicalMithoon, Ankit Tiwari, Rabbi Ahmed, Adnan Dhool
ParoliersMithoon, Manoj Muntashir, Adnan Dhool, Rabbi Ahmed
ChanteursArijit Singh, Mustafa Zahid, Mohammad Irfan Ali, Ankit Tiwari, Adnan Dhool, Momina Mustehsan, Shraddha Kapoor
ChorégrapheRaju Khan
ProducteursEkta Kapoor, Shobha Kapoor
Durée129 mn

Bande originale

Galliyan
Banjaara [Ek Villain]
Zaroorat
Awari
Humdard
Galliyan (Unplugged)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 16 septembre 2014

Note :
(7/10)

Article lu 2687 fois

Galerie

Tout commence un matin où Guru (Sidharth Malhotra) se rend à un entretien d’embauche, avec le soutien de sa femme Aisha (Shraddha Kapoor). Mais alors qu’elle l’attend à la maison, elle est sauvagement assassinée par un homme en imperméable. Guru a assisté à la scène par téléphone sans rien pouvoir faire pour sauver la femme qu’il aimait. Or, le policier chargé d’enquêter sur le meurtre d’Aisha le connait et sait que cet ancien gangster ne reculera devant rien pour se venger.

Il y a deux volets abordés dans le film : l’histoire d’amour entre Guru et Aisha et la vengeance de Guru. On s’attend alors au traditionnel schéma : évènement perturbateur (ici la mort d’Aisha) – retour sur le passé des protagonistes (la love story) – la suite entraînée par l’évènement perturbateur (la vengeance). C’est le cas de La famille indienne par exemple, lorsque Rohan découvre qu’on lui a caché la vérité sur le départ de Rahul.
Or Ek Villain échappe à cette partition en deux blocs puisque les deux périodes sont évoquées tour à tour par petites touches et cela sans que le rythme en pâtisse. L’histoire se dévoile par morceaux et c’est assez agréable. On pense tout savoir à l’intermission, mais la seconde partie du film parvient à renouveler l’intrigue.

Par contre, il y a des personnages qui déconcertent un peu. Le flic qui suit Guru est quelqu’un avide de vengeance, mais ses intentions finales ne sont pas claires. Plus limite encore est le personnage de Brijesh, l’ami de Rakesh (le tueur en série). A sa façon, il est pire que ce dernier. Il prend pour prétexte le stress de la vie moderne pour frapper sa femme, histoire de se défouler. Lorsqu’il apprend quels ont été les actes de Rakesh, il se demande juste pourquoi son ami ne lui a pas fait la faveur de ses services en le rendant veuf. Toujours selon Brijesh, le fait d’appartenir à la classe moyenne crée un stress qui engendre tous les vices et les justifie. Mais il est difficile de voir le message que les scénaristes veulent faire passer sur ce point.

Entre les quatre personnages masculins, on a des parallèles constants, les actes barbares de Rakesh sont le fantasme de son ami Brijesh. Le flic compare sa vengeance à celle de Guru. Mais l’amour de Rakesh pour sa femme n’est pas moins fort que celui de Guru pour Aisha et les rend capables du pire. Du coup, on en vient presque à comprendre Rakesh et à avoir un peu d’empathie pour lui. Alors qu’on déteste cordialement le personnage de Brijesh.

Que dire des acteurs ? La jolie Shraddha Kapoor incarne plutôt bien un personnage vif, espiègle et joyeux, assez éloigné de son personnage réservé d’Aashiqui 2. Pour Sidharth Malhotra, la réflexion qui nous vient à l’esprit est que c’est un rôle idéal pour lui. En effet, les rôles d’hommes sombres option taciturne sont de bons tremplins pour les jeunes acteurs car « faciles » à jouer et comme ils sont charismatiques, ils laissent généralement une impression favorable au public. Mais effectivement, celui que l’on n’attendait pas, c’est Riteish Deshmukh dans un rôle de sérial killer alors qu’il est plutôt abonné aux rôles de comiques (Heyy Babyy, Grand Masti). Tour à tour mari tourmenté, employé maltraité et psychopathe implacable, il est parfait et totalement flippant. Une vrai bonne surprise.

S’il y a bien quelque chose que l’on était en droit d’attendre d’Ek Villain, c’était une bande originale digne de ce nom, dans la lignée de la précédente réalisation de Mohit Suri et du duo de compositeurs formé de Mithoon et Ankit Tiwari : Aashiqui 2. On pouvait craindre qu’elle ne puisse pas l’égaler en terme de qualité. Et bien, je dirai qu’elle est dans la même veine. Un peu répétitive, on se cantonne toujours dans le type « balade/complainte », cependant les amateurs la trouveront impeccable, donnant de beaux moments d’émotion. Je recommande particulièrement Humdard. Attention, écouter juste la BO sans voir le film pourrait décevoir.

Effet mode du moment, l’actrice principale a repris un morceau de la BO, où elle pose sa voix. Shraddha Kapoor reprend donc Galliyan, comme Alia Bhatt avait chanté Sooha Saaha dans Highway et a repris Samjhawan dans Humpty Sharma Ki Dulhania. La concurrence entre la nouvelle génération d’actrices va-t-elle se jouer sur leur capacité à "tout faire" ?

Pour résumer, même si on accuse Ek Villain d’être un remake non assumé d’un film coréen (que je n’ai pas vu donc je ne me prononcerai pas), c’est un film prenant, avec des personnages principaux intéressants, une musique réussie et de bons acteurs. Ce qu’on pourrait reprocher au film ? D’être prévisible et de faire triompher les bons sentiments. Même si c’est rassurant, ce n’est pas forcément réaliste. Mais qui a dit que Bollywood devait l’être ?

Commentaires
6 commentaires