]]>

Eros à l’assaut de l’Inde

Publié samedi 17 mars 2007
Dernière modification lundi 19 mars 2007
News lue 436 fois

Par David Roussé (Meldon)

Rubrique News
◀ Mira Nair à Créteil
▶ Un fan a rencontré Mira Nair

Cupidon n’a jamais eu de soucis pour s’imposer en Inde, on sait l’importance de l’amour pour la culture indienne. Eros International Plc. par contre ne s’est jamais imposé comme un acteur majeur sur le marché local du divertissement. Seulement voilà, l’entreprise indienne profite du développement de Bollywood en occident. Shah Rukh Khan s’affiche en 4x3 sur les murs de Berlin, les loueurs de dvds allemand arguant que jamais la demande n’avait été aussi forte, les étudiant américains délaissent Cancun pour leur "Spring break" et se dirigent vers Washington pour festoyer pendant le "annual Bhangra blowout" !, Petit à petit l’industrie du cinéma indienne se fait sa place. Eros a profité de cet engouement en étant le principal distributeur de DVDs en occident. C’est d’ailleurs la seule société indienne à être côtée sur le marché alternatif du London Stock Exchange.
En moins d’un an, Eros a signé des contrats de distibution globaux pour des films sortant des gros studios de Mumbaï. Omkara est le premier film que la compagnie va distribué sur le sol indien. Le directeur d’Eros, Kishore Lulla, s’est confié au Times of India.

L’industrie indienne du divertissement est encore très désorganisée. Voyez-vous une évolution de l’industrie pour s’adapter au marché mondial ?
L’industrie indienne du cinéma apparaît désorganisée à cause de son importante fragmentation à tous les niveaux de la chaîne : production, distribution ou projection. Nous en sommes toujours au même stade qu’en 1930. Durant les trois à cinq prochaines années nous verrons apparaître des "majors" et des "mini-majors" sur le modèle américain. Cette évolution donnera à l’industrie la capacité de devenir concurrentiel au niveau mondial.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les perspectives d’évolution de Bollywood ?
Grâce à des versions doublés ou sous-titrés, l’impact de Bollywood sur le public a été très fort dans des pays aussi différents que l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, l’Indonésie, la Malaysie, l’Espagne, la Russie et même la Chine.
Des films comme le Mariage des Moussons ou Joue la comme Beckham ont été extrêmement bien accueilli en Grande-Bretagne ou en Amérique du Nord. Les investissements de compagnies comme la notre ont fait de Bollywood une industrie à potentiel mondial.

Eros semble entrer sur le marché indien par la grande porte…
Notre part de marché au niveau mondial est consolidée, il était logique pour nous de nous retourner vers l’Inde. Avec 3,1 milliards de tickets vendus chaque année, l’arrivée des multiplexes qui a fait grimper le prix des entrées et le consumérisme qui bat son plein, il n’y avait pas de meilleur moment pour se lancer.
Nous avons déjà une présence non négligeable sur le marché du "Home entertainment" avec une centaine de personnes assurant la distribution de titres indiens mais aussi venant d’Hollywood.
Intervenant maintenant dans le domaine de la co-production, nous assurons la distribution mondiale (donc aussi l’Inde) de nos propres titres comme Omkara, Salaam e Ishq et Eklavya. Namastey London, No Smoking dans les prochains mois
.

Commentaires
Pas encore de commentaires