]]>

Fantastikindia à Cannes, Mardi 21 mai - J 4

Publié jeudi 23 mai 2013
Dernière modification jeudi 23 mai 2013
Article lu 137 fois

Par Swiss-Bolly

Dossier Fantastikindia à Cannes, le journal de bord
◀ Fantastikindia à Cannes, lundi 20 mai - J. 3
▶ Fantastikindia à Cannes, Mercredi 22 mai - J. 5

C’est donc le nouveau et peut-être dernier Soderbergh (qui a l’air de moins en moins sûr de vouloir arrêter le cinéma…) qui va lancer ma journée du mardi. Avec au casting Michael Douglas, Matt Damon, Dan Aykroyd et Scott Bakula, Behind the Candelabra raconte la liaison secrète entre le pianiste Liberace et le jeune Scott Thorson. Très classique, le biopic de Soderbergh est sublimé par les acteurs, en particulier Michael Douglas époustouflant en Liberace et qui trouve là un de ses meilleurs rôles.

Pendant que ma collègue Brigitte Leloire Kerackian réalise l’interview de l’acteur Nawazuddin Siddiqui, présent cette année pour le film Monsoon Shootout, ainsi que pour Bombay Talkies — interview que vous pourrez prochainement découvrir sur Fantastikindia — , moi, je me dirige vers le cinéma Arcade pour assister à une avant-première mondiale… Return To Nuke’Em Hight par les célèbres studios Troma — créés dans les années 70 et spécialisés dans les films de série B trash comme le film culte The Toxic Avenger. C’est en présence de toute l’équipe du film et du créateur de la société Troma, Lloyd Kaufman que j’ai assisté à ce film… disons… fauché, crade, drôle, très mauvais, mais… divertissant. Quelques photos de cette étrange après-midi où j’ai été Troma-tisé !

Après cette petite récréation, direction la Quinzaine des réalisateurs pour We Are What We Are de Jim Mickle, le prometteur réalisateur de Stake Land, en 2010. Son film est un remake du film mexicain Somos lo que hay, qui avait, lui aussi, eu les honneurs de la croisette, il y a deux ans. Film horrifique, élégant, qui navigue entre film de genre et film d’auteur, ambiance étrange et mise en scène soignée, si We Are What We Are est parfois légèrement ennuyeux, les deux jeunes actrices, formidables, sont pour beaucoup dans la « petite » réussite du film.

Et voici comme promis quelques photos du marché du film. Je vous donne donc rendez-vous demain, pour parler de Only God Forgives, le nouveau film très attendu du réalisateur de Drive !

Commentaires
Pas encore de commentaires
Galerie