]]>

Fantastikindia à Cannes, Mardi 22 Mai - J. 4

Publié jeudi 24 mai 2012
Dernière modification mercredi 23 mai 2012
Article lu 256 fois

Par Amanpreet, Swiss-Bolly

Dossier Fantastikindia à Cannes, le journal de bord
◀ Fantastikindia à Cannes, Lundi 21 Mai - J. 3
▶ Fantastikindia à Cannes, Mercredi 23 Mai - J. 5

Ce mardi fut une petite journée, petite par le nombre de films regardés, soit un seul « Gangs of Wasseypur », polar indien d’Anurag Kashyap d’une durée de 5h20 (et 340 acteurs) sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs !

A l’entrée de la salle on nous distribue même un arbre généalogiques des familles du film pour que l’on ne se perdre pas dans l’histoire… (Je sais, ce n’est pas très rassurant…)

Le film raconte une guerre des gangs sanglante qui perdure depuis plusieurs générations dans la ville de Wasseypur, la vengeance appelant la vengeance, c’est un cercle sanglant, sans fin, tragique et violent. Et le film est plutôt réussi. Il n’est pas exempt de défauts comme la première heure un peu brouillonne, qui aurait mérité d’être resserrée et raccourcie. Mais une fois les personnages posés et l’arrivée de la seconde et surtout de la troisième génération, le film prend toute son ampleur.

Contrairement à « Peddlers » dont je vous parlais hier (et qui est d’ailleurs coproduit par le réalisateur de« Gangs of Wasseypur »), on retrouve un certain nombre de codes du cinéma bollywood, même si le film est beaucoup plus réaliste et violent que les productions habituelles. Bien sûr il n’y a pas de chorégraphies mais la musique est très présente tout au long du récit, et l’humour vient régulièrement tempérer les passages violents ou dramatiques. Anurag Kahsyap, le réalisateur de « Gangs of Wasseypur » est également celui de « Black Friday », que Danny Boyle a souvent cité comme source d’inspiration de son « Slumdog Millionaire ». Bref un film fleuve de qualité qui mériterait d’être raccourci afin de gagner en efficacité.

L’équipe du film était présente (en nombre) lors de la projection ! Voici quelques photos… (c’est cadeau) :

Après cette très longue projection (5h20 + 20min de pause + 15 min de retard + 20 min de présentation d’équipe… faites le calcul…) petite pizza avec deux camarades bloggeurs.

Et alors que la nuit tombe sur la Croisette, le ciel s’éclaircit soudain… les parapluies se replient, le cinéma sur la plage peut enfin avoir lieu après 3 soirs d’annulations.

Les sourires reviennent sur les visages fatigués des festivaliers, un feu d’artifice illumine le ciel de Cannes, et moi je termine ma journée dans une soirée au bord de la mer… Et oui ce n’est pas toujours facile la vie de festivalier.

Alors à demain pour une journée bien remplie et peut-être enfin un coup de soleil !


Retrouvez l’intégralité de notre dossier Cannes 2012 : ici

Commentaires
Pas encore de commentaires
Galerie