]]>

Fantastikindia à Cannes, Samedi 19 Mai - J. 1

Publié lundi 21 mai 2012
Dernière modification mercredi 23 mai 2012
Article lu 280 fois

Par Amanpreet, Swiss-Bolly

Dossier Fantastikindia à Cannes, le journal de bord
▶ Fantastikindia à Cannes, Dimanche 20 Mai - J. 2

Départ pour Cannes, direction le tgv qui m’emmènera vers une semaine de rêve (je l’espère…).

Ce qui est intéressant dans un tgv rempli de futurs festivaliers, c’est que, dès le trajet, le "paraître" est roi… Je suis sûr que vous avez déjà croisé dans un train un individu détestable qui hurle au téléphone sans jamais quitter sa place.

Eh bien c’est à peu près la même chose mais multipliée par dix… c’est d’ailleurs mon voisin qui a commencé en téléphonant à un ami sur la Croisette : "Salut, alors t’as vu des films, moi ce soir j’ai une invite pour le Argento, ouais, ouais…", et, petit à petit, ça a dégénéré, devant, derrière… : "Salut toi, tu sais que j’ai une invitation pour le concert privé de Sébastien Tellier ???", "Coucou ma chérie, alors on déjeune toujours avec Bob, Bob De Niro… oui ma chérie, ce sera tout simple, une salade et du foie gras…"

Bref, c’est un peu comme une compétition ridicule, bien loin du cœur de ce qu’est le festival de Cannes. Mais ça m’a fait passer les 5 heures de tgv et les 30 minutes de retard… 14h30, arrivée à Cannes, sous le soleil, première mission, récupérer mon accréditation presse, le sésame qui ouvre toutes les portes… ou presque !

Un petit tour dans le Palais des festivals, au marché du film et en salle de presse pour retrouver mes marques, quelques coups de fil et je suis prêt pour vivre pleinement (avec vous) le 65ème Festival de Cannes !

Première bonne nouvelle, je réussis un peu par hasard à me glisser dans une projection du marché du film… Il s’agit de Dangerous Ishhq avec Karisma Kapoor, un film Bollywood que j’ai d’ailleurs trouvé plutôt décevant.

Hors de question pour moi de rester sur cette note négative. Je décide de terminer cette première courte journée par la séance spéciale, à minuit et demie, du Dracula d’Argento en 3D. Une projection en présence du réalisateur et de sa fille qui joue dans le film, une projection hommage à l’un des grands maîtres de l’horreur.

La projection débuta d’ailleurs très mal (panne de la 3D), et malheureusement ce fut à l’image du film, tout simplement mauvais, mal joué, lent, ni effrayant ni drôle, une séance interminable qui se termina fort tard…

Mais rassurez-vous, après 2 petites heures de sommeil, c’est bon pied bon œil que je me suis levé dimanche matin pour une nouvelle journée pluvieuse et bien remplie !

Rendez-vous demain pour de nouvelles aventures !


Retrouvez l’intégralité de notre dossier Cannes 2012 : ici

Commentaires
3 commentaires
Galerie