]]>

Fashion

Publié lundi 13 octobre 2008
Dernière modification lundi 10 novembre 2008
Article lu 879 fois

Par Jordan White

Rubrique Albums
◀ Sivaji - The Boss
▶ EMI

Après avoir signé quelques-unes des BO les plus importantes de ces dernières années dont celle magnifique de Dor (2006), devenue depuis un classique, ou Chak De ! India en 2007, le duo Salim Suleiman revient cette année avec celle de Fashion du réalisateur Madhur Bhandarkar (Page 3, Corporate, Traffic Signal).

Tout cela nous promet des étincelles. Des étincelles qui devraient faire briller les costumes avec les défilés de mode promis par le réal et visibles dans la très bonne BA. Et si jamais il y avait en plus un soupçon de Showgirls ? Salim et Suleiman ont été moins présents cette année que le duo Vishal et Shekhar, qui est de presque tous les succès. Ce qui n’est pas une raison pour bouder cette BO, au contraire. Même si on sent l’oeuvre de commande, les frères injectent une partie de leur dynamique commune, toujours aussi sensible et décelable dans les morceaux les plus calmes du disque qui compte finalement peu de titres si on ne compte pas les remixes. Quatre titres de composition originale seulement, mais quatre titres très entraînants.

Fashion Ka Jalwa introduit le disque. Cela commence avec un riff à la Pritam et un beat électro en boucle. La voix de Sukhwinder Singh suspendue dans un petit cri fait beaucoup d’effet d’autant que le chanteur est désormais incontournable. Ce qui est sans doute le plus touchant dans cette chanson c’est l’arrivée de la voix de Satya Hinduja à 1’43 min qui apporte une dimension plus dramatique au morceau, un morceau en tension permanente (scratchs de platine à 2’41 min). Pendant dix secondes sa voix touche en plein coeur l’auditeur pour ce qu’elle raconte de la dramaturgie à venir. Peut-être qu’une telle émotion n’était pas arrivée depuis Khuda Jaane et la voix de Shilpa Rao à 0’33 s et sans doute Jashn E Baharaa avec celle de Javed Ali. Fashion Ka Jalwa ou le titre incontournable.

Mar Jawaan, composé en partie au piano avec un son de synthé métallique et des échos en partie composés sur un sample, étonne par son ton en rupture. La voix féminine nous invite une fois de plus à une sorte de complainte. Complainte non pas plombante mais émouvante chantée en solo par Shruti Pathak. L’occasion aussi de découvrir de nouvelles voix qui n’étaient jusqu’à présent pas forcément très connues. Le morceau répond à un rythme métronomique puis se permet quelques variations au piano subtiles à partir du thème principal avec la présence très forte des paroles en arabe.

Kuchh Khaas appporte une touche acoustique à un ensemble jusqu’alors très électro/dance club dans l’âme saupoudré d’un morceau lancinant (Mar Jawaan). Une sorte d’incantation dont on devine qu’il s’agira sans doute d’une scène capitale dans le film. C’est là que la griffe Salim/Suleiman se fait ressentir. Voix posée, instrumentation complexe (violons, basse, triangles, batterie mid-tempo), duo vocal. Un très joli morceau.

Aashiyana vient compléter la liste des morceaux de composition originale avec un tempo beaucoup plus dancefloor. Comme quoi on peut passer par une palette d’émotions et de rythmes qui doivent bien correspondre à la teneur même du film. Les quelques remixes sont plutôt bien réalisés et permettent de prolonger les ambiances de la musique. Priyanka, Kangna, l’attente est forte, ne nous decevez pas !

Une BO assez originale, très contemporaine et déterminée à plonger l’auditeur dans une ambiance un peu déstabilisante, très axée sur la rythmique à base de beats syncopés. Belles performances de Sukhwinder Singh et Mohit Chauhan.


Année : 2008

Commentaires
2 commentaires