]]>

Fin de la route pour Veerappan

Publié jeudi 21 octobre 2004
Dernière modification samedi 22 février 2014
News lue 748 fois

Par Suraj 974

Rubrique News
◀ Festival Cinématographique d’Automne de Gardanne
▶ Premier Bollywood Français ?

Le 18 octobre s’est achevée la longue cavale de Veerappan, l’ennemi public numéro 1 en Inde, et aussi la plus longue chasse à l’Homme qu’ait connu le pays.
Né Koosai Munisamy Veerappan Gounder dans un pauvre village du Tamil Nadu, il s’était rendu célèbre pour ses meurtres aussi nombreux que sauvages (plus de 120 entre la fin des années 80 et aujourd’hui) et pour son habileté sidérante à échapper systématiquement aux centaines d’opérations et autres pièges mis en oeuvre pour l’arrêter. La bestialité de ses crimes le faisait craindre de tous, et il vivait dans un vrai petit empire aux coeurs des forêts impénétrables entre l’état du Karnataka et le Tamil Nadu, dans lesquels il sévissait.

Sa notoriété n’a cessé de croître, et il est rapidement devenu une sorte de Robin des Bois, car, en dépit de sa cruauté, il aidait aussi volontiers les villageois et pauvres gens, ce qui lui assura un soutien sans faille d’une partie de la population. La situation devint telle qu’en 1991 fut créée une unité spécialement destinée à sa capture, la Special Task Force (STF). Plus de 15 milliards de roupies (300 millions $) seront dépensés pour sa capture, mais ne furent pas plus efficaces que la récompense de 30 millions de roupies qui pesait sur sa tête. Il était devenu une partie intégrante du floklore, on parlait de lui dans les journaux. De plus en plus de livres sortirent sur lui, sa célébrité ne fit que s’accroître.
En 1992, quelque temps après la création du STF, il se paya même le luxe de piéger son plus haut responsable et de le tuer en lui attachant plusieurs grenades au corps.
Depuis quelques années, il s’était rapproché des Indépendantistes tamouls sympathisants des Tigres du Sri Lanka, et multipliait des enlèvements contre rançon toujours plus audacieux. En 2000 et 2002 notamment, deux hommes politiques de premier plan furent enlevés, dont l’un ne survécut pas.
Lundi dernier, la longue traque a pris fin, lorsque des hommes du STF l’ont piégé avec sa bande au détour d’une route forestière, et ont du même coup scellé sa légende.

Une histoire aussi incroyable ne pouvait qu’inspirer un pays où le cinéma tient un rôle aussi important. Plusieurs films furent réalisés directement sur lui ou en s’inspirant de ses actes. Le dernier en date est le film Jungle, réalisé en 2000 par Ram Gopal Varma, avec Sunil Shetty, Fardeen Khan et Urmila Matondkar, qui relate la vie recluse en forêt d’un brigand inssaisissable. Maintenant qu’il est mort, les films devraient se multiplier. Ram Gopal Varma, toujours lui, vient déjà de lancer un projet en préparation depuis longtemps. S’intitulant Let’s Catch Veerappan, il est basé sur un livre du journaliste Sunaad Raghuram, et plus précisément sur le chapitre The Grand Plan.

Il raconte l’histoire vraie de trois personnes aidant Veerappan et sa bande, dont une le trahit, et qui au final aboutit à un carnage sans nom où 43 personnes trouvèrent la mort. Ce film d’ores et déjà sans chansons serait réalisé par Shimit Amin, le réalisateur remarqué de l’excellent polar Ab Tak Chhappan (qui s’inspirait déjà d’une histoire vraie). Le casting se composerait de Vijay Raaz, Rajpal Yadav, Aditya Srivastava, et Prakash Raj, un nouveau venu devrait incarner la personne du charismatique bandit.

Sources : IndiaFM, Kerala Online, Imdb.com

Commentaires
Pas encore de commentaires