]]>

Haathi Mere Saathi

Traduction : Éléphant mon ami

Année1971
LangueHindi
GenreFilm pour enfants
RéalisateurM.A. Thirumugam
Dir. PhotoK. S. Prasad
ScénaristeSalim-Javed
ActeursRajesh Khanna, K. N. Singh, Tanuja, Madan Puri
Dir. MusicalLaxmikant-Pyarelal
ParolierAnand Bakshi
ChanteursLata Mangeshkar, Kishore Kumar, Mohammad Rafi
ChorégraphesChinni Prakash, Suresh Bhatt, Sampath
ProducteurSandow M. M. A. Chinnappa Thevar
Durée152 mn

Bande originale

Chal Chal Chal Mere Saathi
Dilbar Jani Chali Hawa Mastani
Meherbano Qadardano
Sunja Aa Thandi Hawa
Nafrat Ki Duniya Ko Chhod Ke
Dhak Dhak Kaise Chalti Hai Gaadi

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 10 février 2015

Note :
(8/10)

Article lu 2355 fois

Galerie

Un jour, le riche petit Raju est attaqué par un léopard alors qu’il s’est perdu. C’est au moment fatidique qu’un éléphant arrive et chasse la vilaine bête. Le papa de Raju qui avait prié Ganesh de sauver son enfant a le bonheur de le voir rentrer sain et sauf, accompagné de quatre éléphants qu’il considère comme envoyés par la divinité. Puis il meurt, laissant sa fortune à son fils qui grandit avec ses éléphants. Mais entre mauvais placements, duplicité et nourriture pour éléphants, la fortune finit par disparaître alors que Raju (Rajesh Khanna) devient adulte. Cela arrive au plus mauvais moment car il a rencontré Tanu (Tanuja) et souhaite l’épouser. Mais le père de cette dernière ne veut pas la voir avec un sans le sous et Raju part sur les chemins avec ses fidèles éléphants.

Sur les réseaux sociaux fréquentés par les amateurs de cinéma indien, il m’est arrivé de croiser quelqu’un qui souhaitait savoir quel film indien on conseillait pour les enfants. A l’époque les réponses se dirigeaient vers les Bhoothnath, les Thoda Pyaar Thoda Magic, et autres Delhi Safari. Je ne savais pas encore qu’il existait un film qui avait battu des records et qui faisait fortement de l’ombre aux productions de Disney, maître du genre.
Imaginez, dans Haathi Mere Saathi, les éléphants ne sont pas roses et ne portent pas de tutu. Ils n’ont pas non plus de grandes oreilles qui leur permettent de voler mais ils sont réels. Ce sont les éléphants que les petits indiens peuvent croiser dans leur pays. Ils sont quatre, ils sont super mignons, ils jouent au foot (mieux que certaines équipes lors du dernier mondial), vous sauvent de félins et autres méchants, tractent une voiture et réalisent des acrobaties qui leur garantiraient une place chez Bouglione si c’était leur souhait. Il ne leur manque que de chanter, mais Rajesh Khanna est là pour ça (enfin Kishore Kumar le plus souvent, et Mohammed Rafi pour la complainte Nafrat Ki Duniya Ko Chhod Ke).
En vérité, les héros de ce film, ce sont eux. Kajol (oui, oui, on parle bien de la partenaire de Shah Rukh Khan dans Dilwale Dulhania Le Jayenge) ne s’y est pas trompée. A l’âge de six ans quand elle voit le film, elle boude sa mère (Tanuja) pendant deux semaines à cause de ce que fait son personnage à l’éléphant.

Haathi Mere Saathi est un film sur l’amitié, qui ici dépasse l’amour parfois aveugle. Car l’amitié de Ramu l’éléphant est plus noble et plus fort que l’amour de Tanu qui est jaloux. Si Tanu est pardonnée, c’est parce qu’elle a agi par amour pour son fils et qu’il est bon qu’une mère fasse tout pour son enfant. Mais l’amitié entre Raju et Ramu c’est aussi la dévotion d’un fidèle à la divinité (ici Ganesh pour des raisons évidentes).

Toute l’ambiance du film est très bon enfant. Imaginez à la table des invités du mariage, des tigres et des lionnes qui lapent du lait à côté de la petite chèvre… et ne la mangent pas. Pauvres carnivores. Mais tout ceci contribue au charme incomparable du film. Et comme un peu d’éducation ne fait jamais de mal, le film prend bien soin de montrer à son public les bons comportements à adopter envers les animaux. Le héros est leur ami, il les soigne, veille à ce qu’ils soient bien nourris et bien traités. Le méchant, lui, les maltraite et il en est puni. On se souviendra avec tristesse et révolte d’un passage au début du film, où un éléphant est abattu par le méchant parce qu’il n’a pas gagné la course. La société de prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) a attribué un prix spécial à ce film.

Ce film familial est le plus gros succès de l’année 1971. Il bat Amar Prem, une romance qui réunissait le couple mythique d’Aradhana : Rajesh Khanna (encore lui, la super star de l’époque) et Sharmila Tagore. Il fait aussi mieux que Caravan avec le célèbre numéro de cabaret de la reine du genre : Helen.
A vrai dire, pour l’époque, le succès de Haathi Mere Saathi a été phénoménal et a dépassé tout ce que l’on connaissait jusque là. La bande-son fut aussi la plus vendue de son temps. Le producteur refera même Haathi Mere Saathi en tamil (Nalla Neram), ce sera un blockbuster. On s’étonnera un peu de l’absence de Filmfare pour un si joli film. Mais il est vrai que remettre le Filmfare de meilleur acteur à des éléphants pourrait blesser l’ego de certains. Peu importe, c’est tout de même Rajesh Khanna qui remporte ce prix pour son rôle dans Anand.

On retiendra également que Haathi Mere Saathi est le premier film réunissant le duo Salim Khan - Javed Akhtar au scénario (crédités comme tels). C’est Rajesh Khanna qui est allé les voir avec le script pour lequel il avait signé et reçu une belle avance (dépensée pour un bungalow). Le script n’était pas satisfaisant mais il ne pouvait pas quitter le projet. En promettant aux scénaristes d’être crédités et payés, il le leur fit refaire. Ils le finirent en vingt jours. Et ce fut le succès extraordinaire dont je vous ai parlé.

Haathi Mere Saathi est toujours perçu comme le Disney indien. Les quatre vedettes que sont les éléphants vous émerveillent, vous émeuvent, vous font rire et pour résumer, vous font passer un très bon moment. Si vous devez faire regarder un film indien à vos enfants, ce devrait être celui-là, vous-même ne devriez pas être déçu du voyage.

Bande annonce

Commentaires
9 commentaires
En réponse à alineji - le 10/02/2015 à 21:54

Mais où as-tu dégotté cette merveille Marine ? Il a l’air merveilleux ce film !

Laissez un commentaire :

vijay ouest le 14/08/2015 à 18:37

Les scènes avec les animaux, notamment les éléphants, sont bien tournées, elles sont très plaisantes à regarder. Il y a une très bonne exploitation du flegme des éléphants, ça donne l’impression qu’ils sont toujours en train de réfléchir à ce qu’ils sont en train de faire. Mais dans l’ensemble, le scénario du film est assez banal.

Ferdinand LACOUR le 21/02/2015 à 02:31

"…Imaginez à la table des invités du mariage, des tigres et des lionnes qui lapent du lait à côté de la petite chèvre… et ne la mangent pas. Pauvres carnivores…"

Figurez-vous que cette séquence exista réellement hors des plateaux !

Que je m’explique !

Comme je vous le disais précédemment, "Sandow"M.M.A.Chinnappa Devar était féru de spectacle de cirque !

Il se trouve que quand le producteur tamoul revenait du pèlerinage de Thirupadi, il ne voulait manquer pour rien au monde le One Gold Circus qui clôturait invariablement ses séances par un numéro, assez ahurissant :

des animaux réunis autour d’un festin.

L’homme de Coimbatore effectua une transposition de ce tour de force.

Dans NALA NERAM, la version tamoule de HAATHI MERE SAATHI, cette scène n’existe pas.

Devar rend hommage aussi aux forains, aux gens du cirque dans les deux films.

Ferdinand LACOUR le 21/02/2015 à 01:53

L’une des sources d’inspiration pour la "fabrication" de HAATHI MERE SAATHI

fut DAIVACHEYAL (1967),

un film tamoul produit sous l’autre bannière de Chinnappa Devar,

La ’Dhandayuthapani Films’,

réalisé par M.G.Balu

et mettant en scène, entre autre, le talentueux "Major" Sundhara Radjan (Major Sundararajan), R.S.Manogar…

DAIVACHEYAL sera également un four, mais qui s’avère être un un mal pour un bien, puisque c’est là que Chinnappa Devar dessine les contours de ce qui deviendra par la suite HAATHI MERE SAATHI.

Ferdinand LACOUR le 21/02/2015 à 01:27

E R R A T U M :

Le réalisateur bengali Satyajit Ray ne félicita pas le producteur tamoul Chinnappa Devar pour HAATHI MERE SAATHI, mais pour YANAI PAGAN, sorti en 1960 avec pour couple-phare, Udhaya Kumar et B.Sarodja Devi…

Une production de la Devar Films sortit durant la période où MGR était en froid avec Chinnappa Devar ! (1957-1960)

D’où l’emploi de l’acteur Udhaya Kumar.

Donc, Satyajit Ray adressa ses vives appréciations à Devar pour YANAI PAGAN, qui pourtant, essuya un échec commercial cette année-là.

Le grand réalisateur y voyait un effort considérable de la part du producteur.

Dans le nord, YANAI PAGAN trouve une audience auprès du public hindi (plus réceptif apparemment).

Ferdinand LACOUR le 19/02/2015 à 08:33

"…l’amitié entre Raju et Ramu c’est aussi la dévotion d’un fidèle à la divinité (ici Ganesh pour des raisons évidentes)…" Comme je vous le disais, précédemment, Chinnappa Devar était un fervent adorateur de Mourouga (Murugan) depuis toujours. Il lui dédiera d’ailleurs un film collectif (ou à sketches), DEIVAM, novembre 1972. (une autre spécialité de Devar, le film mythologique, avec les divinités hindous) Produit sous l’autre maison de Devar, La ’Dhandayuthapani Films’, ce film se composait de 6 histoires contées par le religieux Kirupanandha Variyar. Kartikeya (l’autre appellation de Murugan) est le frère aîné de Ganesh, le dieu à tête d’éléphant. Chinnappa Devar rendait ici hommage au Dieu Ganesh, dans HAATHI MERE SAATHI. Chinnappa Devar qui était très famille aussi, s’entourait systématiquement de la sienne, professionnellement.

Ferdinand LACOUR le 19/02/2015 à 07:44

"Chal Chal Chal Mere Saathi…"

(Version hindi de "Agattumda Thambi…") n ’est pas sans rappeler, d’une certaine manière, "Baby Elephant Walk" d’Henry Mancini du film américain HATARI !

D’ailleurs, la musique de "Chal Chal Chal Mere Saathi…" servira de générique d’ouverture pour le NALA NERAM de MGR.

Ferdinand LACOUR le 19/02/2015 à 05:31

La version avec MGR, NALA NERAM (1972) est beaucoup plus tonique !

Ce film produit par la mythique Devar Films, du nom de son patron, qui l’est tout autant, le légendaire, "Sandow"M.M.A.Chinnappa Devar, et qui établissait un record sans précédent, voire unique :

Le triomphe écrasant, (un raz-de-marée), d’un producteur tamoul dans le cinéma hindi !

Le réalisateur Satyajit Ray, en personne, vint dire le plus grand bien à propos de HAATHI MERE SAATHI à Chinnappa Devar.

A vrai dire, le film fut proposé, en premier lieu à MGR par Devar, avant la version hindi !

Faute de temps (pour MGR), Devar dût se rabattre sur une autre star, en attendant le roi du box-office tamoul de cette époque.

Car entre MGR et Chinnappa Devar, ce fut une très longue et fructueuse collaboration, 16 films, soit de 1956 à 1972, NALA NERAM étant leur dernier entreprise et l’unique production en couleur, sur les seize ensemble, avec un quatuor magique et immuable, c’est à dire :

MGR (en tête d’affiche) - Chinnappa Devar (Producteur et acteur, par moment) -M.A.Thirumugham (Réalisateur, frère cadet de Devar) - K.V.Mahadevan(Compositeur)

Chinnappa Devar, grand dévot du dieu Mourouga (connu et reconnu dans le milieu cinématographique et au-delà), possédait en plus, une réelle fascination pour les animaux.

Il était pour ainsi dire une sorte de montreur d’animaux sur pellicule, un reporter animalier avant l’heure !

Passion qu’il partageait avec le grand MGR, d’où de nombreuses séquences d’animaux dans leur filmographie commune, exemple, VETHAIKARAN, en 1964.

Fascination, qu’il tenait depuis son enfance, dans sa ville natale de Coimbatore, où régulièrement un grand cirque s’y produisait.

Devar et ses frères n’y manquaient jamais d’y faire un tour.

La boucle est blouclée, quand sort ANNAI ORU AALAYAM en octobre 1979,

(un peu plus d’une année, après la disparition de Chinnappa Devar, septembre 1978)

avec le "Super Star" Rajini Kanth, le successeur de MGR, (du moins celui qui met ses pas dans ceux du "Makkal Thilagum").

ANNAI ORU AALAYAM est produit sous la Devar films via le fils de Devar, Dandhabany et mis en scène par son gendre, R.Thyagarajan.

Ce film est à la croisée de HATARI !, 1962 (de Howard Hawks, avec le grand John Wayne (alter-ego de MGR), de THAYAI KATHA THANAYAN, un MGR-Devar, cuvée 62 et de VETTAIKAARAN, un autre MGR-Devar, cuvée 64, cette fois !).

Et pour couronner le tout, l’éléphanteau capricieux de Rajini Kanth entre dans une salle de cinéma, où est le NALA NERAM de MGR est projeté, au moment où la chanson Agattumda Thambi… passe sur le grand écran.

On comprend que la famille de Devar lui rend un vibrant hommage, du début à la fin.

alineji le 10/02/2015 à 21:54

Mais où as-tu dégotté cette merveille Marine ? Il a l’air merveilleux ce film !

Marine le 12/02/2015 à 08:30

Mais chez notre vendeur préféré ;) (bon, en voyant la jaquette, j’ai reconnu le film sur lequel je m’étais déjà renseignée après avoir vu une affiche). Le film a un peu vieilli mais les scènes avec les animaux sont juste géniales :)