]]>

Humko Deewana Kar Gaye

Traduction : Tu m'as rendu fou

Bande originale

Humko Deewana Kar Gaye
Humko Deewana Kar Gaye II
Humko Deewana Kar Gaye - Sad
Humko Deewana Kar Gaye-Sad II
Tum Sansoon Main
Tum Sansoon Main-Remix
Tum Sansoon Main-Unplugged
Rockstar (Humko Deewana Kar Gaye)
Bhula Denge Tum Ko Sanam-Remix
Dekhte Dekhte
Bhula Denge Tum Ko Sanam
Mere Saath Chalte Chalte
Fanah
Fanah (Remix)
For Your Eyes Only
For Your Eyes Only (Remix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Julie - le 10 avril 2012

Note :
(4/10)

Article lu 2413 fois

Galerie

Aditya Malhotra (Akshay Kumar) est un ingénieur automobile, à l’occasion « pilote-test » pour une marque de voiture du nom de Toyota (logos à gogo). Il se voit promu le jour de ses fiançailles avec Sonia (Bipasha Basu), styliste de son état à la carrière tout aussi prometteuse.

C’est donc dans le cadre de leurs métiers respectifs qu’ils sont obligés de se quitter quelque temps : elle pour les défilés de Paris et lui pour une succursale de Toyota dans une grande ville canadienne. C’est là-bas que, à coups de café renversé sur le top, il rencontre Jia Yashvardan (Katrina Kaif), elle-même sur le point de convoler avec un homme d’affaires spécial du nom de Karan Oberoi (Anil Kapoor). La suite, vous la devinerez, ce n’est pas tellement compliqué, bien que le réalisateur fasse durer le suspense jusqu’à la dernière minute du film, c’est l’une des rares choses surprenantes. Le bon point c’est que je n’y croyais pas à ce final-là.

Il faut dire que l’histoire d’Aditya et de Sonia sent mauvais dés le départ. Bien qu’il la voie comme sa « rock-star » et bave devant elle, ce n’est pas sûr qu’elle corresponde à l’image de l’épouse indienne. Et pour cause, Adi aime le traditionnel, qu’il trouve beau pour le couple et la famille, tandis que Sonia incarne un type de femme et de mentalité que… comment dire… on ne retrouve pas souvent dans le monde de Bollywood. Elle est indépendante et n’a pas vraiment l’intention de sacrifier sa carrière ni de consacrer sa vie qu’à son mari. On voit les traits du personnage se figer quand elle lui dit qu’elle veut attendre 5 ou 6 ans avant d’envisager les enfants.

JPEG - 90.4 ko
Chéri, il faut qu’on parle !

A vrai dire, c’est LA scène qui fait rire et le caractère de Sonia n’est pas déplaisant, c’est intéressant, cela change de d’habitude, même s’il n’est là que pour mieux mettre en valeur celui de Jia qui représente son opposé : c’est-à-dire la femme douce, gentille, et qui ne vit que pour l’homme qu’elle aime ou aimera. Pour couronner le tout, Jia chouine bien pour renforcer le côté protecteur d’Adi avec muscles à l’appui quand il s’agit de la sortir des griffes de méchantes racailles.

Dans ces conditions, on ne peut pas dire que les personnages principaux permettent aux acteurs de montrer ce dont ils sont capables. Le film est sorti en 2006, soit un an avant Namastey London, il fallait bien ce coup d’essai avant d’arriver à quelque chose de beaucoup plus sympathique avec le couple Katrina-Akshay. Pour ce qui est de la réalisation, elle est somme toute banale. Raj Kanwar n’a pas été chercher bien loin et a allègrement repris des scènes de films comme Love Actually et surtout Coup de Foudre à Notting Hill (café + colocataire original + Adi pris pour un valet de chambre + coup du scandale dans la presse = ça fait beaucoup).

JPEG - 83.1 ko
Le colocataire d’Aditya aux allures du Gallois Spike

Certains seconds rôles auraient mérité d’être approfondis, comme celui de la sœur de Sonia, interprétée par Delnaaz Paul, trop souvent cantonnée aux seconds rôles, ou encore la grand-mère d’Aditya qui remporte mon suffrage. Anil Kapoor, qui a le mauvais rôle, joue très bien et donne la frousse mais on ne le voit que dans le dernier quart du film, ce qui est trop peu vu l’étoffe qu’il aurait pu donner à son personnage et le questionnement psychologique qu’il aurait pu apporter via sa relation avec Jia.

Malheureusement pour un Bollywood, la musique est décevante voire énervante, la touche "avance rapide" démange parfois et on n’a même pas envie de profiter des beaux paysages d’arrière-plan. Enfin, ce n’est que mon avis car, d’après ce que j’ai lu, la bande son a eu du succès à sa sortie. La seule chanson qui sorte vraiment du lot est Bhula denge, aux sonorités traditionnelles qui font un bien fou. Fana Fanah ye dil hua fanah est marrante, mais pas forcément pour la musique.

She is a rockstar passe encore, mais deux fois maximum. Les autres détruisent les tympans à force de mélanges entre rap, techno, pop et d’effets vocaux peu agréables. Les chorégraphies suivent dans la déception. Katrina et Akshay ne sont pas les meilleurs amis de l’agilité quand il faut danser et c’est limité pour Bipasha, qui ne devait bouger que le bas de son corps apparemment.

Toutefois, ça ne vaut pas les poses de Katrina, allongée sur le guidon de la moto avec Akshay entre ses jambes à la conduite, ou encore celle où elle se laisse glisser lascivement le long des jantes d’un coupé sport.

En résumé, ce film aurait pu faire une comédie romantique très sympathique qui serait sortie du lot. Les personnages ont du potentiel mais c’est exploité dans le mauvais sens. Le résultat est plutôt lourd et exaspérant. Peut-être aurait-il fallu approfondir la dualité entre le caractère des deux protagonistes féminines, ainsi que la dimension psychologique en général. Lâcher les clichés, c’est bien aussi !

Commentaires
5 commentaires