]]>

Interview de Mlle Murielle Beck

Publié jeudi 17 mai 2012
Dernière modification jeudi 17 mai 2012
Article lu 654 fois

Par Gandhi Tata

Rubrique Entretiens
◀ Nanban - le sous-titrage
▶ Entretien avec Sanjay Leela Bhansali

Le cinéma tamoul était à l’honneur, du 20 au 24 avril 2012 avec la 4eme édition du cycle de Bienvenue à Kollywood. Cette année, c’est le film Aadukalam de Vetri Maaran qui était programmé, avec en prime, la présence exceptionnelle de son réalisateur ! Fantastikindia a rencontré pour vous, Murielle Beck, l’organisatrice de cet évènement, devenu incontournable et Vetri Maaran qui nous a parlé de son film. On commence par l’interview de Mlle Beck !

Après notre chaleureuse rencontre avec Mlle Murielle Beck, l’an passé, pour la 3ième édition de Bienvenue à Kollywood avec la présentation du film Raam, nous avons pu la recroiser et l’interviewer pour vous, avant la projection de Aadukalam (Confrontations) au cinéma Le Brady, le 20 Avril 2012.

Comment avez-vous sélectionné Aadukalam (Confrontations) pour la 4eme édition de Bienvenue à Kollywood ?



Qu’avez-vous pensé du montage de Vetri Maaran ?

Je l’ai trouvé très bien, je n’ai pas eu besoin de suggérer une quelconque modification. Le montage avait été fait, en prévision du festival de Toronto, où il était sélectionné. Je pense que Vetri Maaran, est quelqu’un, qui a une véritable intelligence du cinéma, il s’intéresse beaucoup au 7ièm art européen et il est en mesure de savoir ce qui peut intéresser les spectateurs occidentaux. Au final, on a validé ce montage de 1h55 qui conserve une chanson servant la progression de l’histoire. Pour le reste, les thèmes musicaux sont intactes, car ils sont très beaux et on aura les fonds sonores nécessaires pour nous porter vers nos émotions.

Parlez nous du sous-titrage en français de Aadukalam (Confrontations)



Les 3 films présentés dans les 4 éditions du cycle de Bienvenue à Kollywood (Sila Nerangalil, Raam et Aadukalam), appartiennent chacun, à un genre différent. Est-ce une volonté, un choix de présenter les multiples visages de l’industrie du cinéma tamoul ?

Je ne veux pas faire de choix, mon seul choix, c’est celui de l’émotion. J’irai naturellement vers un film qui m’a touché, ce n’est pas le genre ou la forme qui décideront de ma sélection. C’est l’histoire de Aadukalam (Confrontations) et son originalité qui m’ont surprise. Personne ne s’attendait à ce qu’on aborde le thème des combats de coqs dans un film tamoul et je ne savais même pas, que cette pratique était encore vivace dans le Tamil Nadu, j’ai donc senti l’originalité à ce niveau là. J’ai été énormément touchée par le jeu des deux acteurs principaux, Dhanush et Jayabalan. C’est magnifiquement joué et on est porté par cette histoire. Il y a une certaine cruauté dans ce film, qu’on retrouve dans Sila Nerangalil, de la violence, présente également dans Raam. La vie est dure, les personnages ont des soucis qui peuvent les mener jusqu’à l’extrême, un mauvais acte, et c’est ce qui m’intéressait dans ce film sur le plan émotionnel.

Les choses ont-elles évolué, côté indien, pour la promotion des films à l’étranger ?



Au cours de votre prospection pour cette nouvelle édition, vous avez du voir beaucoup de films et rencontrer des réalisateurs, avant de commencer à travailler avec Vetri Maaran. Y a-t-il des films qui vous ont marqué ?

Oui ! (rires) Il y en a deux qui me plaisent bien, dès le mois de mai, je vais repartir à la conquête des réalisateurs dans un premier temps, et des producteurs ensuite, pour voir si il serait possible de faire venir, au moins un des deux films. Je ne peux pas vous donner de noms ou de titres, mais je peux vous assurer que ça sera surprenant ! On aura une saison 5 de Bienvenue à Kollywood qui sera bien différente des précédentes !

Y a-t-il eu du changement dans votre structure, par rapport à l’organisation de Bienvenue à Kollywood ?



Comment vous partagez-vous, entre le théâtre et le cinéma indien ?



Vous avez un contact assez facile avec les personnalités du cinéma tamoul, comment parvenez-vous à les contacter ? Y a-t-il des intermédiaires ?

Je les appelle, tout simplement ! Après, ils me répondent ou pas, c’est leur liberté. Mais j’explique qui je suis, ce que je compte faire et après, si ils sont partant, on essaye de se voir pour créer quelque chose ensemble. Si ils ne veulent pas, je respecte entièrement leur choix et je vais vers quelqu’un d’autre. Mais en général, je tombe sur des gens bienveillants et sympathiques, j’ai cette chance là.

Est-ce que des actions comme la votre, font évoluer les mentalités à Kollywood ?



Quand se tiendra la 5ieme édition de Bienvenue à Kollywood ?



Commentaires
2 commentaires