]]>

Shah Rukh Khan en chair et en cire au musée Grévin

Publié dimanche 30 mars 2008
Dernière modification samedi 22 février 2014
Article lu 3503 fois

Par Amanpreet

Dossier Shah Rukh Khan au musée Grévin
◀ Présentation du Musée Grévin
▶ Duplicate, le double de Shah Rukh Khan

Interview de Véronique Berecz, Responsable des Relations Extérieures du musée. Propos recueillis par Lalita et Amanpreet.

Le Musée Grévin accueille une nouvelle statue : celle de Shah Rukh Khan, seule personnalité avec le Mahatma Gandhi, à représenter l’Inde dans ce musée français. Quelles sont les raisons qui ont poussé les responsables du musée à faire ce choix ? Comment cela s’est-il déroulé ? Fantastikindia est allé enquêter…

[Fanta-i] : Comme vous nous l’avez expliqué dans la présentation du musée, le choix des personnalités qui auront la chance de voir leur statue au musée, est déterminé par l’actualité. Comment faites-vous pour contacter ces personnalités ?
[V.B.] : Soit j’ai la chance d’avoir leur coordonnées et je les contacte directement, soit je passe par leur agent artistique ou par leur secrétariat.

[Fanta-i] : Combien de temps peut prendre une telle prise de contact ?
[V.B.] : C’est très variable, tout dépend de la personnalité, de son planning et de son emploi du temps. Ça peut prendre 15 jours comme 2 à 3 mois. Ensuite, pour une personnalité comme Shah Rukh Khan, qui évidemment ne réside pas en France, c’est un peu plus compliqué. Nous avons nous aussi nos impondérables. C’est vrai qu’à un moment nous avions imaginé un rendez-vous en Inde mais ce n’était pas très facile pour nous. En effet, nous avons besoin de déplacer toute une équipe pour prendre des mesures etc. Donc nous avons attendu l’opportunité de sa venue à Londres, où nous nous sommes rendus, ce qui pour nous était déjà plus simple pour organiser le rendez-vous.

[Fanta-i] : Qu’est-ce qui explique l’intérêt du musée Grévin pour les personnalités indiennes aujourd’hui ?
[V.B.] : Effectivement, pourquoi Shah Rukh Khan entre à Grévin ? C’est tout simplement parce que dans un lieu comme le nôtre, qui est une société, nous avons un service commercial qui vend le musée auprès de tours opérateurs, agences de voyages, associations de groupes scolaires et de groupes de séniors, en France et à l’étranger. Une démarche est notamment entreprise en Inde par notre responsable commercial, Fréderic Gouguidis. Et on s’est aperçus qu’il y avait de plus en plus de visiteurs indiens en France. Certes nous avons déjà le personnage du Mahatma Gandhi, mais nous avons pensé que nous pourrions réaliser un personnage plus contemporain, d’une part pour faire plaisir à ce nouveau public indien, et pour tous les fans - pas forcement indiens - du cinéma Bollywood qui monte en puissance, comme nous avons pu le remarquer. Pour être franche, il y a un an je n’avais jamais entendu parler de M. Shah Rukh Khan mais depuis, c’est quotidien, et je me rends compte de l’ampleur de son succès a travers le monde. Nous sommes dont très heureux de ce choix.

[Fanta-i] : Est-ce une façon de réagir par rapport à la concurrence ? Le musée de Madame Tussauds à Londres a déjà accueilli quatre personnalités indiennes.
[V.B.] : On ne réagit jamais par rapport à ce que fait le musée Tussauds. Nous suivons nos idées et nos chemins. Effectivement, nous savons quelles sont les personnalités représentées, je suis allée voir leurs statues lorsque nous avions rendez-vous à Londres avec M. Shah Rukh Khan. Comme à chaque fois qu’il y a un musée de cire quelque part, nous profitons de nos déplacements pour le visiter, ou le revisiter dans le cas de Londres. Et effectivement, on a vu cette grande scène. Mais cette présence se comprend plus chez Madame Tussauds à Londres étant données les relations anglo-indiennes, l’histoire entre ces deux pays.

[Fanta-i] : Combien de temps la statue sera-t-elle exposée en tant que « nouvelle statue » ?
[V.B.] : Je serais tentée de dire, comme pour les autres personnalités, que ce soit la dernière, Stéphane Bern, ou avant lui Arielle Dombasle, Diam’s ou autre, que cela dépend exclusivement d’eux et de leur notoriété. Tant qu’ils sont sur le devant de la scène, qu’ils sont médiatiques, qu’on parle d’eux et qu’ils existent, ils seront toujours représentés.

[Fanta-i] : Pourriez-vous nous en dire plus sur le décor qu’il y a aura autour de la statue, la mise en scène ?
[V.B.] : Tout ceci n’est pas du tout finalisé même si la statue sera présentée très prochainement. Mais évidemment le personnage ne sera pas « comme ça », simplement posé, on va le présenter, effectivement, dans un décor Bollywood accompagné, on l’espère, de projections d’images. En effet, tous les fans de Bollywood et de Shah Rukh Khan sauront qui il est, mais ce qui est intéressant aussi à Grévin, c’est de le faire découvrir à ceux qui ne le connaissent pas : qui est cette personnalité, et pourquoi il est là.

[Fanta-i] : On pourrait penser à la projection d’un de ses films …
[V.B.] : … ou plutôt à un montage.

[Fanta-i] : Pourquoi avoir choisi Shah Rukh, plutôt qu’Aishwarya Rai par exemple, qu’on connaissait ici depuis plus longtemps en tant qu’égérie de l’Oréal, et grâce à sa présence régulière au festival de Cannes ?
[V.B.] : Pour tout vous dire, on attendait aussi un rendez-vous avec Aishwarya Rai et en fait, Shah Rukh Khan a eu la gentillesse d’organiser ce rendez-vous avant. Mais c’est vrai qu’on était relativement mal tombé au moment où on a posé la question : elle n’est pas contre l’idée, ca sera donc sûrement une des prochaines personnalités, mais elle se mariait à ce moment-là, etc. Et puis de notre côté, nous étions emportés dans d’autre plannings. Mais peut-être qu’un jour Aishwarya Rai sera là.

[Fanta-i] : Comment Shah Rukh Khan a-t-il considéré la proposition ? Était-il content d’accueillir l’équipe ?
[V.B.] : C’est un homme vraiment charmant, adorable, très attentif, très curieux, et très honoré qu’un lieu français s’intéresse à sa personne, cela lui a fait vraiment plaisir. D’où son accord d’ailleurs.

[Fanta-i] : Qu’a-t-il dit sur ce qu’il connaissait de la France, du public français ?
[V.B.] : Il était assez surpris que les Français s’intéressent autant à sa carrière, à ses films et à son travail. Il était vraiment très heureux, il a joué le jeu merveilleusement et avec une grande patience. On se dit que 3 heures, 4 heures, ce n’est pas si long que ça, mais dans un emploi du temps de personnalité, c’est beaucoup. Et c’est vrai qu’on récolte énormément d’informations lors de ces rendez vous, nous sommes toujours inquiets d’oublier quelque chose, parce qu’après, la personne repartie, il est beaucoup plus difficile de compléter l’information.

[Fanta-i] : Comment s’organisent ces rendez-vous et le déplacement de l’équipe ? Les membres de l’équipe étaient nombreux ? Est-ce qu’une autre rencontre sera organisée entre l’équipe et Shah Rukh Khan pour lui montrer la statue avant l’inauguration ?
[V.B.] : Non, il la découvrira le jour de son inauguration, en revanche, on lui a envoyé par mail quelques photos de l’élaboration du modelage en terre glaise.

[Fanta-i] : Il vous a répondu ? Quelle a été son impression ?
[V.B.] : Il a trouvé ça très bien.

[Fanta-i] : Par rapport à sa statue au musée de Madame Tussauds, pensez-vous que ce que vous faites se rapprochera plus de son visage ?
[V.B.] : J’attends d’abord qu’il soit vraiment fini, parce que tant que le personnage n’est pas terminé, on ne peut rien dire. Tous les détails sont tellement importants… Certes, le sculpteur est la première personne à devoir présenter un travail parfait, en tout cas, il essaye d’arriver jusqu’à la perfection de la ressemblance. Mais ensuite, il y a aussi le moulage qui doit également être parfait, pour ne pas casser quelque chose, il y a ensuite le maquillage qui se fait à la peinture à l’huile, qui doit être exactement en accord aussi, pour la couleur de la peau notamment, ce qui n’est pas évident . Les cires sont teintées avant d’être coulées. Il y a ensuite l’implantation des cheveux, il y a la coupe de cheveux, les sourcils, la couleur des pupilles des yeux … TOUT a son importance. Et si un détail n’est pas là, ça peut casser la magie. Et parfois, cela tient à très peu de chose. Au-delà de la ressemblance pure, il faut qu’il y ait de la vie dans ce personnage. Et ca aussi cela tient à pas grand chose. Donc tant qu’il n’est pas terminé… Je serais tentée de dire « Evidemment il va être magnifique », « évidemment il va être beaucoup plus beau que celui de Madame Tussauds », on va être un peu chauvins, mais bon, on fait tout pour, en tout cas.

[Fanta-i] : Combien de personnes participent à la confection même de la statue ?
[V.B.] : Il y a le sculpteur, qui s’aide de deux autres personnes qui réunissent des images, des photos, des vidéos, etc. Il y a la responsable artistique et bien sûr la directrice générale de Grévin qui suit toutes les étapes intensément. Ensuite, un spécialiste implante les cheveux et maquille. Intervient également un oculariste. Je ne me souviens plus si l’on voit les dents pour la statue de Shah Rukh Khan, mais si le personnage sourit, il peut y avoir également un prothésiste dentaire. Nous travaillons également avec des mouleurs. L’équipe représente une petite quinzaine de personnes, avec enfin la costumière, la styliste pour habiller le personnage, avec des vêtements que Shah Rukh Khan nous offre pour son personnage.

[Fanta-i] : Combien de temps prend la confection d’une statue ?
[V.B.] : Vraiment de A à Z, si on compte tout, il faut compter à peu près 6 mois de travail.

[Fanta-i] : S’il vous offre les vêtements du personnage, il a alors vraiment participé à la mise en scène. A t-il essayé de vous donner des idées ? De vous diriger ?
[V.B.] : On a discuté ensemble de comment il souhaitait être habillé : une tenue traditionnelle ? Une tenue plus ou moins « normale » ? Bien sûr, il y a un échange, même sur l’attitude, l’expression du visage, la posture du corps. C’est un travail qui est fait ensemble. Certes avant un rendez-vous, que ce soit avec Shah Rukh Khan ou une autre personnalité, on étudie beaucoup la personne d’après des photos, d’après des vidéos, et on essaye de voir ce qui lui ressemble le plus. Ensuite, fort de cela, on imagine une attitude et une expression, et on les lui soumet en disant « Voilà. De ce que nous avons vu, c’est ce qu’il nous semble vous correspondre le mieux. Est-ce que vous êtes d’accord ou pas ? », et l’on discute. En général, on se trompe rarement.

[Fanta-i] : En Inde une médaille lui a été remise, la médaille des arts et des lettres, par l’ambassade de France. Vous, de votre côté, vous êtes-vous mis en relation avec l’ambassade de l’Inde pour qu’ils puissent venir ?
[V.B.] : On les invitera, évidemment. Quand je saurai exactement l’horaire, on les invitera.

[Fanta-i] : Comptez-vous écrire un communiqué pour diffuser l’inauguration dans la presse ?
[V.B.] : Oui, bien sur.

[Fanta-i] : Mesurez-vous déjà l’impact de cette inauguration, par rapport au monde qu’il y aura ?
[V.B.] : (rires) je crains de l’imaginer et nous nous y préparons.

[Fanta-i] : Votre standardiste téléphonique s’est déjà fait harceler ?
Harceler est le mot. Mais bon, on peut comprendre. C’est un réel engouement et c’est incroyable. En 25 ans de carrière, je n’ai jamais vu ça.

[Fanta-i] : Comment va s’organiser l’événement ? Avez-vous déjà une petite idée ?
[V.B.] : Pour le moment aucune. Tant qu’on ne connaît pas l’horaire précis de sa venue, nous ne savons pas du tout ce que nous allons pouvoir faire. En général les présentations des nouvelles personnalités sont des soirées privées auxquelles seules les relations proches de la personnalité sont conviées, ainsi que des journalistes et des relations de Grévin. Cela se déroule le soir, ce n’est pas ouvert au public. D’abord parce qu’on n’a pas la place, en général, l’inauguration a lieu sur la scène du théâtre, c’est très petit.

[Fanta-i] : Avez vous prévu d’inviter des personnalités françaises ? Par exemple des stars qui connaissent un peu le cinéma Bollywood (ou pas) ?
[V.B.] : Encore une fois, tant qu’on ne connaît pas l’horaire, on ne s’avance pas, parce qu’on ne sait pas ce que l’on va faire.

[Fanta-i] : Quels sont les types de médias qui sont invités à cette inauguration ?
[V.B.] : C’est la télévision française, les radios, les agences de photo, des correspondants de la presse indienne à Paris.

[Fanta-i] : Avez-vous prévu de contacter d’autre personnalités indiennes pour des futurs statues ou pas encore ?
[V.B.] : En dehors d’Aishwarya Rai, non. On relancera d’ailleurs probablement plus tard, parce que d’autres plannings avec d’autres personnalités s’enclenchent pour nous.

[Fanta-i] : Pour conclure, une question beaucoup plus générale, quelle est la statue qui remporte le plus de succès en ce moment au sein du musée ?
[V.B.] : Souvent ce sont les dernières entrées, incroyablement. Mais en dehors des dernières, il y a le Général de Gaulle, qui est un des « musts » du lieu. Il y a Henri Salvador (intérêt renforcé malheureusement par son décès récent) qui a un public très très large, depuis l’enfant qui chante « une chanson douce » aux plus âgés qui ont des souvenirs des années 70. Après, cela dépend du public, chacun à son chouchou : les petites filles sont plus attirées par Jennifer ou Lorie, les adolescents préfèrent Diam’s ou Mickael Youn. Des personnes plus âgées sont impressionnées par Rostropovitch devant le mur de Berlin, ou par Charles Aznavour. C’est vrai que c’est toujours très difficile de donner un top 10 des préférés. Nos visiteurs, c’est vraiment comme Tintin, de 7 a 77 ans ou plus. C’est aussi ce qu’il y a de difficile : faire plaisir à tous ces visiteurs, que tout le monde soit heureux de découvrir un personnage qu’il préfère.


Nous remercions chaleureusement le musée Grévin et Mme Berecz de nous avoir accueillies et de nous avoir consacré du temps pour répondre à toutes ces questions.

Commentaires
8 commentaires
Galerie