]]>

Ishkq in Paris


Année2013
LangueHindi
GenreComédie romantique
RéalisateurPrem Raj
Dir. PhotoManush Nandan
ScénaristesPrem Raj, Preity Zinta
ActeursPreity Zinta, Isabelle Adjani, Rhehan Malliek
Dir. MusicalSajid-Wajid
ParoliersPriya Panchal, Jalees Sherwani, Kausar Munir, Kumaar, Prasoon Joshi, Sophie Choudry
ChanteursShreya Ghoshal, Sunidhi Chauhan, Sonu Nigam, Wajid, Rahat Fateh Ali Khan, Rahul Vaidya, Sophie Choudry
ChorégraphesSaroj Khan, Caesar Gonsalves, Bosco Martis, Mudassar Khan, Longines Fernandes
ProducteursPreity Zinta, Neelu Zinta
Durée96 mn

Bande originale

It’s All About Tonight
Kudiye Di Kurti
Jaane Bhi De
Teri Choodiyan Da Crazy Crazy Sound
Saiyaan
Jaane Bhi De (Duet)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Marine - le 11 mars 2014

Note :
(4.5/10)

Article lu 1765 fois

Deux jeunes gens d’origine indienne se rencontrent dans un train entre Rome et Paris. Ishkq (Preity Zinta) vit à Paris et Akash (Rhehan Malliek) à Londres. Ils détestent tous les deux le mariage (parce que ça veut dire divorce) et passent une nuit de folie où Ishkq fait découvrir la ville à Akash, grâce à un dé. Ayant décidé de ne jamais se revoir chacun retrouve sa vie… et puis Akash revient à Paris.

Faire un article sur le film Ishkq in Paris, production de Preity Zinta où elle joue le rôle principal, est quelque chose de presque douloureux. Les fans de l’actrice qui regrettaient qu’elle se fasse trop rare avaient beaucoup misé sur ce film. Et ce d’autant plus que, tourné en partie en France [1], avec la présence d’Isabelle Adjani, on pensait à une distribution en France (ce qui avait été envisagé). Mais la sortie du film a été toute une aventure. Il a été maintes fois reporté : pour éviter la concurrence de blockbusters pressentis, à cause des ennuis de santé du réalisateur… Tout cela pour, au final, sortir dans l’anonymat et faire un bide total au box office. Après tant d’espoir (relance de la carrière de Preity), il y avait de quoi être atterré. Et puis j’ai vu le film…

Alors, qu’est-ce qui ne va pas dans ce film ? Commençons par les incohérences linguistiques. Incroyable qu’il y ait autant de personnes à Paris qui parlent hindi, vous en rencontrez même dans des cafés. Ensuite prenons le cas de Ishkq. C’est sa mère française qui lui a appris l’hindi après le départ de son père indien. Sauf qu’à cette époque, Ishkq avait déjà 7 ans, on peut supposer qu’elle parlait déjà hindi avec son papa non ? Et même si je suis pointilleuse, pourquoi Ishkq inclut-elle autant d’anglais dans son hindi puisqu’elle ne l’a appris que scolairement (en même temps que maman) ? Et pourquoi, alors que c’est sa langue maternelle, a-t-elle un accent (même minime) en français ? Ils auraient pu la doubler. Et puis tous ces commerçants dans Paris qui parlent anglais ? Mais bien sûr !

JPEG - 42.5 ko
Discussion en hindi dans un café à Paris. Oui, la serveuse a dû l’apprendre en LV2 au collège !

La solution à cette question est peut-être géographique. Déjà, je ne sais pas où ils ont trouvé la Gare du Nord (Lyon ? Prague ? Inde ?), mais pas là où j’ai l’habitude de me rendre. Et de manière générale, Paris est déserte, il n’y a pas de circulation, il y a de la place pour se garer et c’est propre. En fait, on devrait proposer le film à la Mairie de Paris pour faire de la publicité mensongère à l’étranger. C’est fou quand même à quel point Paris se résume à « Tour Eiffel » (mais pourquoi a-t-on eu besoin de la conserver pour communiquer avec nos alliés russes au début du XXe s. ? Pour ce à quoi cela a servi…). Ainsi, quand on filme en intérieur, pour montrer qu’on est toujours dans la ville Lumière, on met des porte-serviettes en forme de Tour Eiffel, on met des chapeaux Tour Eiffel, etc. Quoi ? On n’a pas eu le budget pour tout tourner à Paris, mais on doit faire illusion.

JPEG - 53 ko
Voici la Gare du Nord, c’est écrit sur le petit panneau…

Oui, mais dans ce cas, le timing de la nuit parisienne est un peu problématique. Les deux personnages principaux se baladent dans Paris, puis vont en boite et ensuite dans un resto… d’où ils sortent AVANT 2h du matin. Oui, bah une boite de nuit avec une ambiance de folie à 23h00, j’y crois moyen. Un peu comme le clip qui nous montre quelques jours en compagnie d’Ishkq et Akash… qui alternent entre grand soleil et neige. Les saisons sont un peu détraquées en ce moment mais peut-être pas à ce point. Evelyne Dhéliat votre avis ?

Et que dire de la morale finale avec Isabelle Adjani ? Celle qui dit qu’elle a élevé sa fille comme une française mais que celle-ci a un cœur indien. Mais c’est sûr, en France, les filles ne pensent qu’à enchaîner les relations sans lendemain comme on enchaîne les fraises Tagada dans un paquet de bonbons. Et puis en Inde elles veulent une famille soudée. Mais oui, un mec stable, une famille unie, ça ne fait pas rêver les françaises. Demandez à leurs psy, je pense qu’ils en riront, les statisticiens des sites de rencontre aussi. Bref, c’est un peu facile.

La caméra aime faire des gros plans sur Preity Zinta. Après tout, il faut montrer qu’à presque 40 ans (elle ne les avait pas au moment du tournage), elle est aussi fraîche et jolie que les actrices qui ont la vingtaine et monopolisent les écrans actuellement. Mais du coup, on se demande si docteur bistouri n’est pas passé par là. Même chose pour Isabelle Adjani. Barbie mère et fille : le plastique c’est fantastique ? Ou alors le maquillage c’est par couche de 1 cm ?
Un mot rapide sur l’acteur ? En le voyant on se dit chouette, une nouvelle tête ! Oh, il a l’air mignon, il a de beaux yeux… Ah oui, mais quand il ne sourie pas il a une petite bouche. A part son physique ? Heu… rien à dire, ni en positif, ni en négatif.

Si je devais trouver un point positif à ce film sans compter le simple fait de voir Preity Zinta dans un rôle principal ? Peut-être la musique ? It’s All About Tonight est une musique de boite de nuit entraînante avec du texte en français. Il y a Kudiye Di Kurti avec le caméo de Salman Khan (merci au copain de venir pour essayer de faire le buzz sur le film). Si ce n’est ni très original, ni la musique du siècle, c’est sympathique et Preity qui crie "I love Bollywood" j’aime ! Quant à Salman, j’ai trouvé son geste touchant. Ce sont les deux seules chansons dansées, les autres étant plutôt « musiques d’ambiance ». Pas de quoi s’emballer, les musiques passent bien dans le film mais difficile de s’en souvenir quand la télé est éteinte.

De manière générale, la facilité est ce qu’on reproche le plus à ce film. Il ne suscite aucune émotion (mais Preity… j’ai pleuré comme une madeleine devant Kal Ho Naa Ho !), ni aucune surprise. Heureusement, il est assez court. Faire un film pour les actrices de cette génération est honnêtement très difficile. Quand elles ne jouent pas les plantes vertes pour un de leur congénère banckable et bodybuildé (comme Aamir Khan), le public indien ne les soutient absolument pas. Cependant, j’ai trouvé Aiyyaa (avec Rani) et Dangerous Ishhq (avec Karisma Kapoor) meilleurs qu’Ishkq in Paris.


[1] Voir notre dossier sur le tournage du film.



Bande-annonce

Commentaires
3 commentaires