]]>

Jaan-E-Mann

Traduction : Mon amour

Bande originale

Ajnabi Shehar
Hum Ko Malum Hai
Ud Jaana ?
Jaane Ke Jaane Na – Club Mix
Sau Dard
Jaane Ke Jaane Na
Sau Dard – Grove Mix
Ud Jaana ? – Club Mix
Kabul Kar Le

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Jawadsoprano - le 3 décembre 2006

Note :
(7/10)

Article lu 3686 fois

Galerie

La nouvelle superproduction de Sajid Nadiawala, Jaan-E-Mann, réunit un casting de premier choix, à savoir Salman Khan, Akshay Kumar, Preity Zinta et Anupam Kher. L’histoire met en scène Suhaan (Salman), un acteur sans travail qui se prend pour une superstar, mais qui rate tout dans sa vie. Sa femme, Piya (Preity), partie aux Etats-Unis, demande le divorce et exige le versement d’une pension alimentaire conséquente que Suhaan ne peut payer. A l’aide de son avocat Chachu Boney (Anupam), il va monter un stratagème pour éviter de débourser une telle somme. Ce plan va impliquer Agysta Rao, surnommé Shampoo (Akshay), ingénieur à la Nasa et ancien prétendant de Piya, qui veut la retrouver. Suhaan va donc accompagner Shampoo à New York pour l’aider à conquérir Piya afin qu’ils se marient et que Suhaan ne paye plus la pension. Mais l’histoire ne va pas se dérouler comme prévu, les émotions vont se mélanger. Le film est réalisé par Shirish Kunder, monteur de formation, mari de Farah Khan, la célèbre chorégraphe et réalisatrice de Main Hoon Na. Il signe là son premier film, avec un budget énorme et des attentes qui le sont tout autant.

Dès le départ, Jaan-E-Mann rentre dans le vif du sujet. Des flashbacks successifs, courts et réussis, mettent en place l’histoire et le spectateur est très vite impliqué dans cette romance. La mise en scène est vive, originale, la première heure est un régal au niveau visuel mais aussi au niveau de la narration. Le réalisateur montre sa passion pour les comédies de Broadway en mettant en scène les personnages dans des décors de théâtre aux côtés de figurants occidentaux. Ces moments sont tour à tour comiques, intenses et sentimentaux. Les plans fourmillent de bonnes idées où on voit que le réalisateur a une envie énorme de mettre en images les idées qu’il a accumulées au fil des années.

Les scènes aux Etats-Unis sont brillamment exécutées mais la mise en scène très appliquée ne peut masquer les maladresses du scénario dans la deuxième moitié du film. Car si Jaan-E-Mann paraît novateur sur la forme et sur le fond au début, il se révèle commun par la suite : on assiste à un énième triangle amoureux. Quelques rebondissements bien exécutés (la scène de la boite de nuit notamment) et des situations assez tordantes maintiennent le navire à flot, mais la fin est rapidement prévisible.

Au niveau technique, le film est tout simplement bluffant. On voit à la qualité de l’image le budget conséquent : richesse des décors, éclairages et couleurs éclatantes. Plusieurs phases sont vraiment magnifiques et leur originalité laisse une impression magique (comme la mise en image de Humko Maloom Hai). D’autres sont plus convenues (les scènes à New York notamment) mais le rendu est quasi-parfait grâce aux mouvements de caméra, aux angles trouvés et à la netteté du grain.
Les chansons sont agréables à écouter, leur transposition à l’écran est soignée et réussie. Humko Maloom Hai, Sau Dard ou Ajnabi Shehar sont les meilleures mais les chansons plus rythmées, comme Jaane Ke Jaaneman, ajoutent une touche de folie et impressionnent aussi. Le thème musical est très beau, il est fort naturellement souvent repris et contribue à l’intensité des moments tristes.

Les prestations sont à la hauteur et confirment le talent du réalisateur. Sa direction d’acteurs est très efficace. Salman Khan est excellent dans un rôle taillé sur mesure. Il alterne comédie et émotion de manière convaincante, et joue avec une étonnante sobriété dans certaines scènes cruciales du film. C’est sans doute l’un de ses rôles majeurs.
Akshay Kumar est encore une fois au sommet, dans une prestation qui rend flagrants ses progrès énormes au fil des années. Tour à tour idiot, charmeur, innocent ou triste, l’acteur montre une panoplie aussi riche que variée. Son rire dans le film est déjà célèbre et sa façon de jouer l’adolescent timide un vrai must.
Salman et Akshay avaient fait preuve d’une complicité remarquable dans le précédent super hit produit par Sajid Nadiawala, Mujhse Shaadi Karoge. Ils y formaient un tandem comique fameux. En revanche, dans Jaan-E-Mann, les moments comiques sont moins nombreux et leur complicité fait également appel aux émotions dans un contexte plus dramatique.
Preity Zinta est carrément oubliée dans l’affaire. Son personnage est très peu développé, on a l’impression de ne pas l’entendre parler tant ses interventions sont brèves. Elle assure le minimum mais ne bénéficie pas d’un rôle à la mesure de son talent. Anupam Kher dans le rôle d’un nain est excellent, par contre les seconds rôles occidentaux, comme souvent, sont catastrophiques. Au final, Jaan-E-Mann est un film auquel on s’attache, grâce à ses deux personnages principaux et grâce à son inventivité visuelle. La mise en scène est vraiment réussie et parvient en partie à masquer un scénario faible en seconde moitié de film. Les prestations de Salman et Akshay, ainsi que l’univers développé par Shirish Kunder, font de Jaan-E-Mann un bon divertissement.

Commentaires
8 commentaires