]]>

Jhoom Barabar Jhoom

Traduction : Danse sans arrêt

Bande originale

Jhoom
Kiss of Love
Ticket to Hollywood
JBJ
Bol Na Halke Halke
Jhoom Barabar Jhoom
Jhoom Jam (instrumental)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Jawadsoprano, Lalita
Publié le 15 mai 2008

Note :
(6/10)

Article lu 3704 fois

Galerie

Harry rencontre Sally dans un film au scénario qui tient sur un post-it mais le résultat est finalement assez divertissant et original.

Construit en partie autour d’une conversation entre deux inconnus, Jhoom Barabar Jhoom reprend les thèmes chers à Shaad Ali, son réalisateur. Tout comme Bunty aur Babli (son deuxième succès après Saathiya), le film est une variante intéressante sur l’histoire de jeunes de la classe moyenne venant de petites villes, qui rêvent de partir pour la Grande et atteindre la gloire. Pourtant contrairement aux clichés consacrés du provincial naïf, ce ne sont jamais de doux agneaux qui partent à l’aventure. Roublards et passionnément matérialistes, les personnages d’Ali donnent rarement à voir leurs meilleurs traits de caractère car ils s’estiment toujours trop bien pour la vie qu’ils mènent. Ici, le réalisateur prend le parti d’exposer cette vanité autour d’une banale tasse de café dans une gare londonienne. En racontant leurs rencontres avec leurs fiancés respectifs, Ricky (Abhishek Bachchan) et Elvira (Preity Zinta) vont donc se défier. But de la joute : en dehors du fait de se vanter de vivre une relation intense avec un être parfait, crier haut et fort d’avoir tiré le "gros lot" qui les fera sortir de l’anonymat d’une vie ordinaire.

Ricky, escroc à la petite semaine, rencontre Anaïda (Lara Dutta) qui travaille au Ritz. Pourtant elle tombe amoureuse de lui, et il la séduit devant une Tour Eiffel étincelante. Si c’est pas de la classe ça ! Si c’est pas de l’éclate ! Mais Elvira surenchérit : Steve (Bobby Deol) la sauve de justesse de la mort (oh il est fort !), possède un hummer/ limousine (oh il est riche !), et un don irrésistible pour le massage. Elle, qui a pourtant juré enfant de n’épouser qu’un Anglais pure souche une fois adulte (conception raciale de la réussite sociale assez controversée mais toujours valable pour beaucoup plus de gens qu’on ne le croit), tombe amoureuse d’un homme à moitié pakistanais dont le compte en banque a le don de faire disparaître tous ses défauts. Un portrait peu flatteur et assez drôle de deux cupides sans complexe, d’autant plus qu’ils ont trouvé en l’autre leur double.

Idée amusante sur le papier, et qui fait preuve d’une originalité dont le public indien est actuellement friand. Mais un délire scénaristique suffit-il pour faire un film de plus de 2h ? Visiblement pas pour en faire un film marquant, car ce sujet au départ prometteur, censé donner lieu à une comédie mordante, est desservi par un sérieux manque de rythme. Un défaut qui n’est jamais compensé, ni par les dialogues (une phrase percutante toutes les deux secondes est nécessaire dans ce genre de films), ni par les nombreux clips. La première partie est en effet ponctuée par les apparitions musicales d’Amitabh Bachchan. Ce n’est même pas un personnage, même pas le narrateur… juste un type habillé d’une veste en loques fashion, d’un chapeau à plume et de bottes à la Jack Sparrow, qui danse. Le summum de la classe pour certains créateurs de mode qui ont essayé de "nous éclater" avec un Big B new look. Le summum du ridicule aussi (que ne ferait-on pas pour son fils…).

La deuxième partie se déroule elle aussi en dents de scie. Après avoir créé un délire visuel et appréhendé l’histoire avec un ton décalé, le réalisateur devient subitement sérieux et s’engage dans une histoire d’amourette vue et revue. De plus, il casse le rythme avec un concours de danse beaucoup trop long qui nous donne l’occasion d’écouter trois versions différentes de la chanson-titre. Si vous n’avez pas aimé la version bhangra, tapez-vous le remix ! Sinon, attendez-vous après la pause à vous éclater sur la version live ! Ne reste après cela que quelques clins d’œil au cinéma des années 70 (notamment avec la réunion à l’écran des fils d’Amitabh Bachchan et Dharmendra, les deux stars figurant au générique du mythique Sholay) et des prestations d’acteurs plutôt satisfaisantes : la réelle surprise vient de Lara Dutta qui joue juste tout le long du film et qui nous régale d’un accent "frenchie" très bien maîtrisé. Les autres prestations sont plus diverses. Ainsi Bobby Deol renaît dans un registre inattendu, la comédie, mais Preity Zinta et Abhishek Bachchan nous laissent un peu sur notre faim. Ils ne sont pas mauvais, mais reprennent des attitudes et des mimiques maintes fois utilisées dans certains de leurs précédents rôles.

Malgré ses nombreux défauts, Jhoom Barabar Jhoom reste un film attachant et sympathique. D’une part, les risques pris par Shaad Ali pour satisfaire une production Yash Raj sont assez déroutants. Etre en décalage constant pendant une bonne partie du film, en inventant, en délirant et en s’amusant, est carrément osé de la part d’un réalisateur pourtant dépendant des directives de la maison de production numéro uno en Inde. On peut d’ailleurs s’interroger sur la liberté presque totale qui lui a été attribuée. Le succès énorme de Bunty Aur Babli a sans doute joué en sa faveur pour être pratiquement indépendant artistiquement. Personnellement, nous n’aurions pas misé une cacahuète sur le film après l’avoir visionné, on peut donc supposer que le producteur Aditya Chopra a voulu surprendre le public. Pour une surprise, ce fut une surprise… Le public a complètement boudé le film puisque celui-ci a réalisé des scores faméliques en Inde comme à l’étranger, où aucun des publics visés ne s’y est intéressé.

La musique n’est pas transcendante mais totalement dans l’air du temps des productions bollywoodiennes actuelles (retrouvez ici, la critique complète de Jawadsoprano). Les clips retranscrivent visuellement le grain de folie qu’essaye de mettre Shaad Ali dans son film sans jamais y parvenir. Jhoom Barabar Barabar est un feu d’artifice pour le coup kitsch (mais si, j’ose le dire) et en plein retour disco ; Ticket to Hollywood est un numéro de danse plus classique qui a la particularité d’avoir été tourné à Paris (on reconnaît le Louvres, le Trocadéro, la Tour Eiffel, les berges de la Seine, l’Arc de Triomphe… retrouvez le dossier sur le tournage du film à Paris ici) ; Kiss of Love est tout aussi extravagant et prend la forme d’un procès (attenté par Elvira au musée Madame Tussaud après qu’elle eut failli recevoir une statue de Superman sur le crâne… regardez le film pour plus de détails). Mais Bol Na Halke, la fameuse ballade au pied du Taj Mahal, est un véritable coup de cœur et sans doute l’une des plus belles chansons de l’année. De plus, le Taj Mahal devient ici (au plus grand étonnement du public indien) le monument exotique et romantique ultime pour ses deux expatriés. Un intelligent pied de nez à la longue tradition des décors suisses qui ont fait les beaux jours des films Yash Raj.

Pour conclure, on regrette que ce film moyen mais de facture correcte ait connu un destin tragique au box-office. Sans doute a-t-il été desservi par l’image prestigieuse de Yash Raj, qui a habitué le public à un certain niveau de production. Jhoom Barabar Jhoom aurait dû être réalisé de manière moins grandiloquente pour avoir un impact plus fort. Malgré tout, on peut conseiller ce film aux gens désireux de regarder un film décalé, original et assez futile. Tant de particularités qui en raviront certains, et en rebuteront d’autres.

Commentaires
14 commentaires
En réponse à ghozalie - le 26/05/2008 à 22:45

j’ai craquée pour ce film comme pas possible et je ne suis pas la seule, j’ai envoyée une copie à mon, il n’arrete pas de le revoir :)

le couple ABhi Preity sont leger drole et adorale :) et je trouve que Lara etait magnifique :)

je n’arrete pas de le revoir et avec toujours le meme plaisir.

je lui donnerais 7 sinon plus, dans le cadre de la comedie remantique.

et je ne comprends pas pourquoi il a été aussi violemment rejeté, d’ailleurs dernierement tous les films de Yashraj sont cassé pour un raison x ou y.

Laissez un commentaire :

noella le 10/05/2011 à 20:33

J’en gardais un mauvais souvenir et je viens de le récupérer et cette fois-ci j’ai pris un réel plaisir à le voir , en craquant aussi et surtout pour Amitabh Bachchan , le Paris délirant et le rappel de LADY D. , d’actualité dans un sens..Je ne suis pas non plus convaincue en règle générale par B. Deol , mais là il passait :je préfère Lara en Laila ;contrairement à Preity elle manque de "peps" je trouve et affadit un peu l’ensemble pourtant souvent "tonique".

biofikaya le 15/02/2010 à 11:17

je serais sévére mais abishek en dehors de la comédie il n’est pas réuissi

BoLlY cRaZy le 13/12/2009 à 21:10

Film nullissime, qui fait envie de par ses promos à la télé, mais qui en fait s’avère être une cruelle déception, tout comme Tashan en 2008 par exemple. C’est bien simple : il n’y a aucune histoire à raconter ici : Abhi et Preity se rencontrent un peu par hasard dans une gare et se racontent des histoires imaginaires pendant la 1ère partie (on se demande donc bien l’intérêt de prendre plus d’une heure à les raconter) et réalisent qu’ils s’aiment dans la seconde (et là encore, ça prend du temps !). Le fil conducteur est tellement simpliste que le réalisateur essaie de camoufler le vide en enchaînant chanson sur chanson, à des moments qui n’en requièrent pas forcément. En parlant des chansons, elles sont sans doute ce qui sauve le film, avec des passages élaborés et hauts en couleurs (mes préférées : les différentes versions de la chanson-titre et Bolna Halke Halke). En ce qui concerne justement Bolna Halke Halke, cette séquence arrive comme une bouffée d’oxygène dans un environnement trop occidental et moderne, mais hélas à quoi sert ce rapide retour aux sources ? A rien ! Pour les acteurs, Abhishek et Preity sont très bons, comme d’habitude, mais Lara et Bobby sont vraiment des faire-valoirs ; quant à Big B, eh bien il n’est là que pour la chanson du début, il n’a aucun lien avec l’histoire ! Bref, après un Saathiya réussi, un Bunty Aur Babli sympathique sans être extraordinaire, Shaad Ali nous offre un film complètement râté cette fois, j’espère qu’il s’améliorera dans le futur !

Ce film ne vaut pas plus que 4 selon moi…

Soniya le 21/05/2009 à 23:17

J’ai enfin vu le film, mieux vaut tard que jamais ! J’avais juste vu le clip "Ticket to Hollywood" jusqu’ici, et bien, je dois avouer, et ça me fait mal aux mains de l’écrire, c’est pas la partie la plus réussie du film… que j’ai trouvé globalement pas si mal. Les points forts pour moi c’est surtout Preity, à qui appartient le film (d’ailleurs elle me manque, j’espère qu’elle aura d’autres roles extravertis avant que Bollywood ne l’enterre !), la coupe de cheveux de Bobby (très très drôle), la folie de la mise en scène, et le joli baiser final indo-pakistanais. Les points négatifs : la chanson "phare" qui, je suis d’accord, revient trop de fois dans le film, et le scénario qui se traine en longueur (toutes les parties avec Abhi et son pote notamment). Coup de coeur : toute la chanson tournée à Delhi et au Taj Mahal est vraiment superbe (au niveau image, montage, histoire émouvante racontée en quelques minutes…) : c’est le comble que Shaad Ali enthousiasme plus en nous montrant l’Inde qu’avec le bling bling londonien (et parisien !)

ghozalie le 26/05/2008 à 22:45

j’ai craquée pour ce film comme pas possible et je ne suis pas la seule, j’ai envoyée une copie à mon, il n’arrete pas de le revoir :)

le couple ABhi Preity sont leger drole et adorale :) et je trouve que Lara etait magnifique :)

je n’arrete pas de le revoir et avec toujours le meme plaisir.

je lui donnerais 7 sinon plus, dans le cadre de la comedie remantique.

et je ne comprends pas pourquoi il a été aussi violemment rejeté, d’ailleurs dernierement tous les films de Yashraj sont cassé pour un raison x ou y.

Claire le 18/05/2008 à 21:12

Visiblement les captures ne viennent pas du DVD…:D

Maya le 16/05/2008 à 13:44

comment ça ridicule, Amitabh avec son beau chapeau à plumes, ses cheveux longs, ses longues bottes, sa dégaine de hippie revenu à pied de Katmandou ???

Je proteste ! c’est lui l’élément le plus sexy et le plus original du film :-)) En tout cas je constate qu’ayant vu le film il y a plusieurs mois (ça m’avait bien plu d’ailleurs), je ne me souviens plus que de lui…

Vidhan le 16/05/2008 à 13:57

Entièrement d’accord avec toi, Maya.

En fait c’est juste une question de goûts.

Y en a qui aiment, d’autres pas.

Moi je fais parti des premiers.

Je trouve que ça lui donnait un certain style.

Laurent le 16/05/2008 à 11:40

Je mettrais que 5,5 sur 20… non sur 10 je blague ! Petit film sympa, à voir pour les chansons, Amitabh et Bobby. Mais des choses m’agacent : scénario, Abhishek (meilleur dans ses rôles sérieux chez Ratnam). Chansons originales que j’aime bien par contre.

Amanpreet le 16/05/2008 à 08:29

Perso, j’avais bien aimé aussi. C’st loufoque certes, mais bien amusant, et tres bien filmé.

Puis bon, apres avoir vu le tournage à Paris … J’avais un peu hate de voir le film :D

le 15/05/2008 à 20:53

J’avais trouvé ça pas mal du tout, un peu loufoque en effet, bon à part Bobby que je peux vraiment pas supporter et Lara que je trouve insipide ! Et tout comme Kendra, la B.O a aussi cartonné auprès de toute la famille, c’est devenu un classique ;-)

sofy_pff le 15/05/2008 à 12:35

Merci pour cette review !

Pas grand chose à ajouter au commentaire de Kendra : ce film a été une vraie bonne surprise pour moi aussi. Pourtant je rechignais à le visionner à cause des photos de la promo et de l’athmosphère "MTVienne" qui s’en dégageait. Je ne l’ai acheté que parce qu’une partie du tournage avait eu lieu à Paris et que j’étais curieuse de voir ce que ça donnait.

Au final, je me suis bien marrée tout le long ; juste ce qu’il faut de délire ShaadAlien sans que l’on s’y perde, un bon jeu d’acteurs, même le scénario m’a convaincue (je n’avais lu aucune preview, rien, et je n’avais vraiment pas vu venir le dénoument !). Bref du casi-tout-bon pour moi avec juste un bémol effectivement pour le concours de danse final qui traaaaaaaaaine…

Ah, et un GROS BIG UP à lil’B qui crève l’écran encore une fois. J’ai beau réfléchir, je ne vois pas ou peu d’autres acteurs hindis actuels à ce point aussi à l’aise dans les registres comique (BAB) et tragique (Sarkar). Mooouah !! (kiss of love, kiss of love, stay away from the kiss of love !)

Kendra le 15/05/2008 à 07:55

Ahhh, enfin la critique de JBJ !merci à vous deux ;) Je vous trouve un peu sévère (en fait, j’ai trouvé sévères tous les gens qui ont boudé ce film aussi lol) sur la note. JBJ est un coup de coeur en ce qui me concerne, j’ai totalement accroché à ce conte décalé, Shaad Ali s’amuse avec son pote Abhi et l’assume, et moi aussi, je me suis amusée. Pour une fois j’ai supporté Bobby Deol, miracle et la BO fait partie de mon top 5 2007 (si si) En ce qui concerne Amitji, je pense qu’il a un rôle plus important qu’on ne le lui octroie dans les médias, il suffit de regarder le film jusqu’à la fin, pour moi, c’est lui le véritable narrateur du film. Bref, en un mot comme en cent, un bon film ^^

Vidhan le 15/05/2008 à 17:01

Je suis assez d’accord avec toi Kendra. Bon le film n’est pas un chef d’oeuvre soit, mais il est assez originale et audacieux sur certains points. Le point à ajouter à votre articles chers collègue, c’est que l’idée de base de l’histoire est inspirée d’une anecdote de la vraie vie de Shaad Ali, le réalisateur. En attendant quelqu’un à l’aéroport, il flasha une superbe jeune femme . Si je me souviens bien de cette anecdote, il ne la dragua pas mais c’est à partir de là qu’il commença à imaginer ce qui aurait pu arriver s’il l’avait dragué.

Un autre point à ajouter : avez vous remarqué le caméo discret de Shaad Ali dans son film ? Non ? Je vous invite à revoir le film alors. Ou du moins un petit moment du film où le réalisateur apparait en train de dormir (la bouche ouverte il me semble) à la fenêtre avant d’une voiture coté passagé. C’est le caméo le plus discret et le plus amusant que j’ai vu dans un film lol.