]]>

Jusqu’à mon dernier Souffle : la presse en parle !

Publié mardi 27 novembre 2012
Dernière modification mardi 3 mars 2015
News lue 1891 fois

Par Amanpreet

Rubrique News
◀ Résultat du jeu-concours Sindbad puzzle
▶ L’Inde à l’honneur du Festival de Cannes 2013 !

Comme à l’accoutumé, lorsqu’un film indien sort dans nos contrées, une certaine frange de la presse française, figée sur Devdas ou la Famille indienne, a décidé de radoter, sans grande nouveauté, les mêmes balourdises. Cependant, les critiques ne sont pas toutes du même acabit, et la pertinence est au rendez-vous dans nombre d’entre elles, avec une bonne dose d’humour. D’ici la prochaine sortie, on souhaite seulement, que les journalistes qui dénigrent gratuitement, puissent s’ouvrir l’esprit, se cultiver et acquérir les codes du cinéma indien. Plutôt que de se complaire paresseusement dans les stéréotypes confortables (mielleux, sirupeux, etc…), ils ont tout intérêt à renouveler leur discours, au risque de devenir eux-même kitsch. Nous vous devions cependant, de vous faire part de l’ensemble des avis sur Jusqu’à mon dernier souffle.

Alors, le dernier film Yash Chopra a-t-il réussi à faire parler de lui ? Voyons ça de plus près…

Jusqu’à mon dernier souffle : une médiocrité à en perdre haleine
“(…)courez néanmoins voir le film pour une raison cruciale : faites-en le récit à vos amis le lendemain, pas besoin d’en rajouter, soyez juste précis dans votre description, soyez sincères et restituez l’énervement qui vous a submergé durant la seconde partie et vous serez sûr de susciter l’hilarité la plus totale. Une fois cette catharsis accomplie vous pourrez chantonner à nouveau la première chanson du film comme un vagabond.”
Léo Pinguet (article entier disponible dans La Dépêche)



“Ode romantique épique, parsemée de clins d’oeil à la carrière de Yash Chopra, Jusqu’à mon dernier souffle s’affirme comme un vibrant testament. Le cinéaste y distille des messages forts de sens sur le libre arbitre ou encore les relations humaines. S’il s’adresse à la jeunesse, il interpelle aussi la nouvelle génération de cinéastes indiens et leur rappelle les bases d’un art animé par les émotions.”
Marjolaine Gout (article entier disponible sur Ecran large)



"Jusqu’à mon dernier souffle" : le dernier film du "roi de la romance" à Bollywood
“"Roi de la romance", comme on le surnommait à Bollywood, Chopra était un spécialiste de la chronique amoureuse en milieu huppé et du clip musical tourné à l’étranger, assortis d’une larme de féminisme et d’un océan de sentimentalisme. Tout ceux qui ont vu lors de sa sortie française son précédent film, Veer Zaara, reconnaîtront la pâte qui fait également lever Jusqu’à mon dernier souffle.”
Jacques Mandelbaum (article entier disponible sur le Monde)



“Jab Tak Hai Jaan a des airs de « cinéma de papa » complètement décalé et inconscient de la réalité, bien qu’il semble essayer désespérément de s’y raccrocher. Même la musique, splendide (œuvre du grand compositeur indien A.R. Rahman), semble s’être trompée de film.”

On aurait vraiment voulu aimer Jab Tak Hai Jaan, mais hélas, la seule façon dont on aura réussi à honorer la mémoire de Yash Chopra, c’est de rester jusqu’au générique de fin alors qu’on aurait vraiment pu s’esquiver à l’entracte sans manquer grand-chose. Dommage : ce n’est pas encore cette année que le cinéma indien donnera envie au public français de se précipiter dans les salles obscures.”
Ophélie Wiel (article entier disponible sur Critikat)



“Chorégraphies et amours contrariés : voici un mélo flamboyant made in Bollywood, tourné entre Londres et le Cachemire. Grand cinéaste indien récemment décédé, Yash Chopra magnifie les femmes, les hommes, et les décors. Le spectacle est un brin suranné, mais plutôt agréable.”



Le journaliste Xavier Leherpeur présente le film dans La Matinale de Canal +

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo



Shah Rukh Khan, la star de Bollywood C’est à l’occasion des 20 ans de carrières que Fantastikindia en partenariat vous a proposé de découvrir en 15 pages un aperçu de sa longue filmographie. Ce ne sont pas moins de 5000 curieux qui ont parcouru ce dossier sur Allociné et ont pu ainsi prendre connaissance de Jusqu’à mon dernier Souffle qui sortait en France le lendemain de sa mise en ligne. Dossier complet disponible sur Allociné)

Parce que notre partenaire ne fait pas les choses à moitié, nous avons eu droit à une petite pub durant l’émission La minute d’Allociné du Jeudi 22 novembre à 2:31 !! Merci à eux !



Enfin, comme le diraient nos amis anglophones, last but certainly not least, c’est le journal 20 minutes (l’édition parisienne) qui a surpris et ravi tous les amateurs du cinéma indien, avec une publicité pour le film en page 32, dans le numéro du mercredi 21 novembre !

Edition du mercredi 21 novembre disponible sur le site du 20 minutes)



__________________________________________________________



Les clins d’oeils

Passons maintenant à ces petits clins d’œils trouvé dans la presse française !

Moment de folie pour Jacques Mandelbaum, auteur de l’article pour le Monde qui fait le choix de faire travailler Akira à Disney Channel… qui n’a rien à voir, à part les initiales, avec Discovery Channel !
“Notons l’adjonction d’une jeune et pimpante journaliste rêvant d’intégrer Disney Channel qui tombe à son tour amoureuse de Samar.”

Une coquille que Léo Pinguet ne manque d’ailleurs pas de citer dans son article pour la Dépêche !
“Pour ce rôle, elle doit incarner la nouvelle génération, la jeunesse pleine de vie c’est-à-dire : qui s’enthousiasme jusqu’au délire pour tout et pour rien, (…) aime le sport, les people et les gens simples qu’on rencontre en faisant le tour du monde, dont l’unique rêve est de travailler comme reporter à Discovery Channel (et non Disney Channel, lapsus révélateur d’un confrère du Monde) etc.”

Comme au cinéma, eux, ont fait le choix de carrément changer le synopsis du film.
“Un homme qui mène une double vie doit choisir entre sa femme et sa muse.” Hum… Avons-nous vu le même film ? Rassurez-vous, ce ne sont pas les seuls à uiliser cette "punchline" pour parler du film !

__________________________________________________________

Retour aux sources

Si vous n’avez pas trouvé votre bonheur dans la presse, Fantastikindia est là pour vous :) Retrouvez notre critique du film écrite et publiée le jour même de la sortie du film par Mel ici ainsi que le dossier complet consacré à la sortie du film ici. Nous ne manquerons pas à mettre à jour cette petite revue de presse dès que d’autres médias parleront de Jusqu’à mon dernier Souffle, ils ne sont malheureusement pas très nombreux aujourd’hui… Est-ce le temps qui les rendrait frileux ? :)

Commentaires
9 commentaires
En réponse à jawad - le 27/11/2012 à 10:04

Sympa cet article. Bon au moins ils en parlent un peu, même si c’est en mal c’est déjà mieux que rien.

Laissez un commentaire :

Noella le 28/11/2012 à 18:57

PS Paris-Match a fait un article qui se tient sur SKR et l’a mis en couverture de sa diffusion internationale mais Caroline de Monaco pour la diffusion nationale , la semaine dernière : cet écart est assez représentatif du "train en marche " dont je parlais .

le 02/12/2012 à 21:46

Ca veut dire que dans les iles ils ont eu skr ! Je suis jaloux on loupe toujours les bonnes couvertures

Noella le 28/11/2012 à 18:55

De bonnes surprises comme vous l’écrivez , mais à force d’élitisme pseudo-intellectuel, certains découvriront qu’ils ont un train de retard !Ou le prendront un jour en marche !C’est surtout le cynisme , leur tasse de thé , ou le glauque .Mais autour de moi, de plus en plus de personnes apprécient la variété de ce cinéma autant pour le divertissement pur que pour des sujets plus sérieux qui sont aussi traités et se désespèrent de ne pas le voir sur grand écran !

le 02/12/2012 à 21:51

Les critiques du monde et de l’écran large ne sont pas négatives ni celle sur canal meme si c’est limite.

Djamelou le 27/11/2012 à 17:14

Merci pour la revue presse :)

Même si j’ai trouvé le film en dessous de mes espérances, je trouve les critiques sévères mais il s’agit plus des films indiens en général que de JAMDS…

Ce qu’il faut peut-être pour avoir une bonne critique c’est qu’un film indien soit entièrement tourné à Paris ou traite des éternels stéréotypes indiens…

alma le 28/11/2012 à 09:34

Non, il faudrait qu’il traite de thèmes sérieux (les histoires d’amour, pff ! a-t-on jamais vu pareille niaiserie ! ;-), que les films ne durent pas 3h (a-t-on idée ?!) et qu’ils arrêtent de chanter et danser à tout bout de champ…lol

Le samedi 17, j’étais au salon du livre indien et j’ai eu la mauvaise idée d’aller écouter la conférence sur le cinéma indien. Une des premières choses qu’ils aient dites c’est "le cinéma indien n’est pas EXPORTABLE…" !!! Je vous jure : exportable !! J’ai commencé à m’inquiéter…mon mari s’est penché vers moi et m’a dit en souriant "vaut mieux dire ça plutôt que de dire que les français ne sont pas ouverts aux autres cultures…"..

Quand ils ont embrayé sur la difficulté de faire du cinéma d’auteur (réelle je l’admets) et sur des thèmes tels que l’homosexualité, la condition des domestiques j’ai fulminé !….C’était d’emblée Bollywood c’est nul et le cinéma d’auteur c’est bien…Le cinéma comme vecteur d’évolution des mentalités contre celui de divertissement…Et ça prétend nous faire une conf sur le cinéma !!!!!!!!!!!! Je me suis levée et je suis partie illico. Des nazes ! Dire que deux de ces personnes dont je n’ai pas retenu le nom avaient passé 6 mois à Bombay pour "étudier" Bollywood (ils ont écrit un bouquin en plus)…ils ont dit avoir eu du mal à percer le milieu, avec des idées préconçues pareilles, ça ne m’étonne pas. Bref toujours, toujours les mêmes conneries de la part de nos "intellectuels" ou plutôt pseudo intellos.

Je suis française mais je désespère des français sur ce sujet….. Ils sont trop bornés, pas assez ouverts (quand on ne pense pas comme eux, on est dans le faux).

J’ai aimé "I am" , j’ai adoré "english vinglish" et JTHJ. J’aime autant un petit film franco-sénégalais comme "la pirogue" que "Expendables" du moment que j’y trouve mon compte.

et PS : le film n’est pas au-dessous de mes espérances, au contraire. La deuxième partie est bcp plus faible que la première (des longueurs, des invraisemblances plus frappantes, un moins bon jeu de Katrina, des scènes moins fortes) mais ça n’en reste pas moins pour moi un très bon film.

Lalita le 27/11/2012 à 15:24

Moi je trouve ça bien qu’un journaliste ait même pris le temps de faire une bonne critique complète pour dire que le film est mauvais. Ca prouve qu’il s’y est au moins intéressé et qu’il sait de quoi qu’il parle (celle de critikat.com). Effectivement, c’est mieux que rien…

jawad le 27/11/2012 à 10:04

Sympa cet article. Bon au moins ils en parlent un peu, même si c’est en mal c’est déjà mieux que rien.

Marine le 27/11/2012 à 08:26

Mouhahaha !! Amanpreet, j’adore tes commentaires ! Et oui, le temps actuel rend frileux (nan mais fait froid dehors !) courrons voir Jusqu’à mon dernier souffle pour nous réchauffer ! :p