]]>

Kaante

Traduction : Épines

Année2002
LangueHindi
GenresPolar, Film de gangsters
RéalisateurSanjay Gupta
Dir. PhotoKurt Brabbee
ScénaristeSanjay Gupta
ActeursAmitabh Bachchan, Sanjay Dutt, Suniel Shetty, Mahesh Manjrekar, Isha Koppikar, Mumaith Khan, Kumar Gaurav
Dir. MusicalVishal-Shekar, Anand Raj Anand, Lucky Ali
ParoliersVishal Dadlani, Dev Kohli, Lucky Ali
ChanteursSunidhi Chauhan, Kumar Sanu, Udit Narayan, Sukhwinder Singh, Sonu Nigam, Shaan, Sudesh Bhonsle, Kavita Krishnamurthy, Zubeen Garg, Richa Sharma, Sanjay Dutt, Anand Raj Anand, Mahesh Manjrekar
ChorégraphesRemo D’Souza, Neisha Folkes-LeMelle
ProducteursPritish Nandy, Sanjay Gupta, Lawrence Mortorff, Raju Patel
Durée154 mn

Bande originale

Baby Baby
Chhod Na Re
Dil Kya Kare [Kaante]
Ishq Samundar
Maahi Ve [Kaante]
Maut
Rama Re
Socha Nahin Tha
Yaar Maangiyasi

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Ganesh - le 7 mai 2003

Note :
(5.5/10)

Article lu 1853 fois

Galerie

Kaante, le film de gangsters « made in Bollywood » le plus attendu de la fin d’année 2002, est sorti le 20 décembre dernier en Inde et y a effectué le deuxième plus gros démarrage de tous les temps (derrière Devdas). Le film a engrangé 200 millions de roupies en trois semaines ! ! ! (Seuls trois films ont dépassé cette barre l’année dernière.)

Le film a fait énormément parler de lui, car il a été entièrement tourné à Los Angeles aux États-Unis (c’est une première), en 31 jours, par une équipe mixte indienne et américaine, sous la houlette de Sanjay Gupta. S’ajoutent à cela un budget important de 6 millions de dollars et des stars, parmi lesquelles Amitabh Bachchan, Sanjay Dutt et le chanteur-acteur Lucky Ali.

C’est donc avec un certain enthousiasme que je me suis précipité pour me procurer le DVD du film dès sa sortie. Malheureusement pour moi, le film s’est avéré au final relativement décevant. En effet, la trame (inspirée de Reservoir Dogs de Quentin Tarantino) est une histoire de cambriolage de banque qui tourne mal. Et ce genre de film, j’en ai vu plein et de meilleure qualité.

Le scénario est d’une banalité affligeante - attention, là, je pense comme un Occidental, parce que pour un Indien de l’Inde, c’est original - et devient carrément lourd à cause de sa longueur. Les Américains nous ont habitués au polar en général bien fait de 1 h 30 alors que les Indiens, eux, prennent tout leur temps pour mettre en place l’histoire (le film dure 2 h 40). Ainsi, la première partie (une grosse heure) raconte la rencontre des six hommes en prison (The Usual Suspects ? ?) et l’élaboration minutieuse de leur plan de braquage : on les voit s’entraîner à tirer, prendre des photos de la banque et devenir les meilleurs amis du monde… bref, de vrais pros, quoi ! ! ! Le réalisateur en profite dans cette partie pour révéler le pourquoi du cambriolage. En effet, chaque homme a besoin d’argent et a ses raisons (honnêtes, c’est marqué sur le DVD) : le major (Amitabh Bachchan) veut ramener sa femme malade (en phase terminale) en Inde, Marc (Sunil Shetty) veut sortir sa copine de sa vie de gogo-girl, Andy (Kumar Gaurav), lui, veut récupérer son fils, etc.

On a même droit à un « intermède politique ». Eh oui ! Figurez-vous que le type qui fournit les armes aux « héros » vend aussi du matériel militaire aux rebelles indépendantistes cachemiris ! ! ! Fous de colère, nos gangsters se débarrassent du « traître » (ni vu, ni connu). Autant vous dire que je n’ai pas du tout apprécié cette scène complètement inutile.

Cette première partie est donc peu emballante. Il y a bien des scènes comiques, mais le problème est qu’on ne rit pas une seconde. Heureusement que la deuxième partie est bien plus intéressante. Elle débute par ce fameux braquage qui tourne mal et se termine par la plus belle scène de fusillade qu’on ait vue dans un film indien. La scène dure une bonne dizaine de minutes, et il faut bien l’avouer, c’est très spectaculaire. Nos « héros » s’en sortent indemnes bien sûr (il faut dire que les flics américains sont très maladroits au tir). À partir de là, nos gangsters se demandent quelle est la cause de leur échec et commencent à se soupçonner les uns les autres. L’amitié entre les hommes vole en éclat et arrive à une fin que vous reconnaîtrez si vous avez vu Reservoir Dogs ! !

Le film a-t-il des qualités ? Oui, il n’y a rien à dire sur le coté technique. Le budget a été utilisé à bon escient, le filmage « à l’américaine » est assez réussi avec, notamment, une très belle utilisation du ralenti et du « zoom ». L’interprétation est plutôt de bonne facture (sans être génialissime), notamment celle de Sanjay Dutt et de Mahesh Manjrekar. Ce dernier est très bon dans un rôle de bègue un peu fou. Amitabh Bachchan, par contre, a l’air un peu perdu, mais il faut dire qu’il tourne six ou sept films par an ! Il ne peut être bon à tous les coups.

Kaante a fait aussi énormément parler de lui par sa bande musicale plutôt agressive et très « hype », d’un style un peu techno qui a bien marché. Ma foi, c’est plutôt agréable à écouter. Et à voir ? Eh bien, seulement trois chansons sont mises en scène (les autres venant en fond sonore ), et les chorégraphies ne sont pas terribles. Deux des scènes musicales se déroulent dans un club de strip-tease (Ishq Zaminder et Mahive) et ont dû certainement choquer pas mal d’Indiens. En effet, les danseuses sont habillées assez légèrement et effectuent des mouvements très suggestifs. Le film a d’ailleurs été interdit aux moins de 18 ans.

En résumé, ce polar bollywoodien est assez décevant par rapport à l’énorme attente. L’intrigue est mal construite, et les invraisemblances abondent. C’est un film qu’on voit une fois et qu’on oublie aussitôt. À ceux qui ont choisi ce film, parce qu’il a marché en Inde, pour commencer leur filmographie bollywoodienne, je leur conseille vivement d’en choisir un autre. Kaante, c’est plutôt un gentil téléfilm américain, avec chansons, diffusé par TF1 ou M6, qu’un vrai film bollywoodien.

Commentaires
1 commentaire