]]>

Kabir Bedi

Fonction : acteur
Né le : 16 janvier 1946 (72 ans)
à : Lahore
Nationalité : indienne

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
Liens : http://www.kabirbedi.com/

Films notables

Sandokan
Bewafaa
Main Hoon Na
Le retour de Sandokan
La biographie de Fantastikindia

Par Marine - le 16 janvier 2015

Dernière mise à jour le 29 novembre 2015

Article lu 1596 fois

Galerie

Il y a peu d’acteurs qui peuvent se féliciter d’avoir fait carrière à Bollywood, à Hollywood et en Europe (et pas seulement pour quelques incursions). Kabir Bedi est de ceux-là, même si aucun de ses rôles n’est aussi connu que lui. Mis à part celui de Sandokan qui l’a révélé.

JPEG - 43.5 ko
Freda Bedi et Baba Pyare Lal Bedi

Les parents de Kabir Bedi se dont rencontrés à Oxford. Freda Bedi est une anglaise qui fait ses études et Baba Pyare Lal Bedi est un professeur qui a fuit l’Allemane nazie et qui appartient à un clan sikh dont les origines remontent à l’un des fondateurs même du sikhisme : Guru Nanak. Bedi père est également écrivain et philosophe. Ils s’installent en Inde en 1934 et auront deux fils et une fille. C’est là que le couple suivra les pas d’un certain Mohandas K. Gandhi. Baba Pyare Lal Bedi sera emprisonné 15 ans en tant que satyagrahi, Freda et ses enfants bien moins longtemps. Après l’Indépendance le couple s’engage diversement auprès du gouvernement. Freda Bedi qui travaille à l’accueil des réfugiés tibétains en Inde se convertira au bouddhisme et sera la première femme occidentale à être ordonnée dans le clergé tibétain.

JPEG - 78 ko
Protima et Kabir Bedi

L’environnement familial du jeune Kabir Bedi est déjà très cosmopolite lorsqu’il s’intéresse au cinéma. La situation financière de ses parents le pousse à travailler pendant ses études. Il voulait faire des films et s’installe donc à Bombay pour créer sa propre entreprise qui réalise des publicités. Finalement, jouer dans les publicités lui rapporte davantage et il passe de l’autre côté de la caméra. C’est ainsi qu’il rencontre Protima, elle aussi mannequin. La jeune femme s’installe avec lui et Baba Bedi lui prophétise qu’elle sera danseuse [1]. Lorsque Protima tombe enceinte, pour ne pas désavantager leur enfant à naître sur le plan social, les amoureux se marient. Ils auront deux enfants : Pooja et Siddarth. Kabir Bedi a 23 ans, Protima 18. Quelques temps après, Protima découvre la danse Odissi et en devient une grande représentante, conformément à la prédiction de son beau-père.

De son côté, Kabir Bedi passe cinq ans à essayer de percer dans l’industrie cinématographique de Bombay. Amitabh Bachchan et lui se connaissent depuis l’enfance et ont fréquenté le même établissement, le Sherwood College, leurs routes se sont pourtant vite éloignées. L’hindi de Kabir Bedi n’est pas très bon (il parle principalement punjabi et anglais) et il n’a pas vraiment envie de tourner autour des arbres avec une jolie fille sur une musique apprêtée. Le cinéma hindi n’est pas très accessible à celui qui ne chante ni ne danse. Il fera néanmoins 27 films sur cette période… mais ils ne marcheront pas vraiment. Les films de l’époque ne lui conviennent pas et il perd toute motivation là où d’autres, comme son ancien camarade, vont persister avec succès.

C’est alors qu’arrive Sandokan en 1976. L’acteur postule pour le rôle secondaire de Tremal Naik, le chasseur de tigre, mais obtient le rôle principal. Et Kabir Bedi devient ainsi LE visage du Tigre de Mompracem comme celui de Guy Williams restera à jamais celui de Zorro (n’en déplaise aux Antonio Banderas de tout poil). Il reprendra d’ailleurs son rôle dans les trois suites de la série : Sandokan à la rescousse (1977), Le retour de Sandokan (1996 [2]) et Le fils de Sandokan (1998). La mini-série télévisée sera un véritable raz-de-marée en Europe [3]. La popularité de Kabir Bedi explose du jour au lendemain et il part s’installer sur le vieux continent.
A cette époque, son mariage bat de l’aile. Les désirs professionnels de Protima et de Kabir ne sont pas compatibles et la vie commune de deux esprits aussi libres n’est pas de tout repos. Ils divorcent mais resteront toujours très attachés l’un à l’autre.

Peu après Sandokan, il enchaîne avec un rôle de cinéma qui devrait lui ouvrir de grandes portes. Ce sera Le Corsaire Noir, encore une adaptation d’un roman d’Emilio Salgari (comme Sandokan) et également réalisé par Sergio Sollima. Seulement, le film, bien qu’achevé, fait quelque peu naufrage. Kabir Bedi joue le rôle principal d’un noble italien reconverti dans la piraterie et qui cherche à venger sa famille du duc Van Gould joué par Mel Ferrer. Le film est tourné à Carthagène, mais l’un des deux navires construits pour le film est détruit. Il faut le reconstruire, allonger la durée du tournage et les contrats (pour près de 300 personnes). La production qui est en grosse difficulté impose au réalisateur des coupes budgétaires. Sergio Sollima ne peut pas réaliser le film comme il le souhaitait et celui-ci ne bénéficie même pas d’une distribution à la hauteur. Alors que Kabir Bedi jouis d’une grande popularité en France, Le Corsaire noir n’y est même pas projeté. La sortie du Corsaire noir coïncide également avec la fin du genre des films de cape et d’épées en Europe.

JPEG - 130 ko
Sur le tournage du Corsaire noir, avec Parveen Babi et le réalisateur Sergio Sollima

C’est lors de cette période de gloire que l’acteur, qui aime beaucoup les femmes, a une liaison avec l’actrice Parveen Babi (Amar Akbar Anthony). Ils vivent ensemble pendant 2 ans et alimentent les journaux people de l’époque. La jolie starlette indienne va le suivre à Londres où il s’installe après son triomphe européen. Seulement n’être que la "femme" de Kabir Bedi ne convient pas à Parveen Babi qui retourne à Bombay. Ils finissent par se séparer. Lorsque l’actrice décède en 2005, il fait partie des rares personnalités à oser se rendre à ses funérailles. On notera que Mahesh Bhatt qui a également été l’amant de Parveen Babi est l’un des rares amis de Kabir Bedi à Bollywood. D’ailleurs Kabir Bedi a joué dans le premier film de Mahesh Bhatt, sorti en 1974, Aur Bhi Hain Manzilein. Mais ce fut un échec.

La prochaine étape, après l’Europe, est Los Angeles et Hollywood. Le fait qu’il soit une véritable star en Europe ne fait ni chaud ni froid à la nomenklatura américaine. Il ne récolte que des rôles stéréotypés de héros ou méchants exotiques dans quelques films et quelques épisodes de séries TV. En 1979, il joue avec Peter Ustinov et Omar Sharif dans Ashanti, un film de Richard Fleischer sur la traite contemporaine des femmes. Mais le film a fait un bide. Vient alors un second rôle de méchant dans James Bond en 1983. Il y est Gobinda, le garde du corps sikh du prince afghan Kamal Khan qui s’oppose à Roger Moore pour cet Octopussy. Gobinda y meurt en chutant de la carlingue d’un avion.

JPEG - 116.1 ko
My name is Bond, et toi ? Bedi. Kabir Bedi.

C’est Rakesh Roshan qui repropose un rôle à Bollywood à l’acteur, dans Khoon Bhari Maang en 1988. Il y joue un rôle négatif. C’est un remake de la série La vengeance aux deux visages où il est le play-boy cupide qui épouse la riche héritière et s’en débarrasse avant de subir sa vengeance. L’un des meilleurs rôles de Rekha (Filmfare à la clé) et un succès pour la critique et le box-office. Dès lors, Kabir Bedi va faire des allers-retours entre les trois continents.

JPEG - 58.4 ko
Aux côtés de Ronn Moss et Hunter Tylo dans Amour, gloire et beauté

Le cinéma américain ne pense pas vraiment à lui et les séries américaines ne lui accordent que des petits rôles, parfois pour le temps d’un seul épisode. Par exemple, il est un immortel prêtre de la déesse Kali dans l’un des épisodes de Highlander. On le voit aussi dans Magnum ou K 2000. Dans la série italienne Vivere, il est émir. Les rôles exotiques lui collent à la peau et dans le soap-opera Amour, gloire et beauté dans lequel il jouera pendant près d’un an (1994-1995), il sera Omar, prince du Maroc. Il y sera télévisuellement marié à la belle Taylor (Hunter Tylo), l’une des héroïnes principales. Le mariage sera considéré comme illégal et invalidé, mais pour les besoins de la série Kabir Bedi refera une apparition de quelques épisodes en 2005 (il fallait ressusciter le personnage de Taylor, disparue de la série pendant deux ans car morte). Si on peut déplorer que le talent de l’acteur n’ai pas été mieux utilisé que dans des soap-opera, on se consolera en pensant qu’Amour, gloire et beauté est celui qui s’exporte le plus au monde et figure parmi ceux qui marchent le mieux. Par ailleurs, les rythmes de tournage effrénés obligent les acteurs à donner le meilleur d’eux-mêmes sous peine de disparaître de la série. Kabir Bedi estime aussi que ce fut une expérience enrichissante. Dans la catégorie soap-opera il a aussi fait quelques apparitions dans le célèbre Dynasty en tant que Farouk Ahmed (en 1982 et 1986) où il complote avec la terrible Alexis (Joan Collins).

Kabir Bedi s’était déjà intéressé au théâtre pendant ses études universitaires. En 2005 il joue dans le Pavillons lointains de Gale Edwards au Shaftesbury Theâtre à Londres. Puis au festival Luminato de Toronto il joue l’empereur Shah Jahan dans la pièce Taj de John Murell en 2013. Et il rencontre sa troisième femme Nikki en jouant dans Othello, elle y est Desdemone.

Sur le plan personnel, Kabir Bedi n’a pas une vie des plus simples. Il a été marié quatre fois et divorcé trois fois. De son second mariage avec Susan Humphreys est né un fils (le deuxième de l’acteur), Adam. Depuis 2005, il est marié à Parveen Dusanj. Mais le drame a lieux en 1997 lorsque son fils Siddharth, souffrant de schizophrénie, met fin à ses jours à l’âge de 26 ans.

JPEG - 103 ko
Main Hoon Na

Parmi ses incursions dans le cinéma indien, on retient plusieurs films. Taj Mahal - An Eternal Love Story, film de 2005 où il reprend le rôle du vieil empereur moghol Shah Jahan, a été un véritable désastre au box-office. Moins sévères, il y a aussi Kites, Chakravyuh, Bewafaa, et tout le monde l’a vu dans Main Hoon Na où il est le général Bakshi, supérieur de Shah Rukh Khan lui demandant d’aller protéger sa fille. Mais ce dernier titre mis à part, il participe rarement à des films à succès.

JPEG - 82.1 ko
L’isola dei famosi

Aujourd’hui, il est toujours une véritable star en Italie. En 2004, il participe à la seconde édition de L’isola dei famosi, émission de télé-réalité italienne qui se situerai entre La ferme célébrités et Koh-Lanta. Kabir Bedi se hisse en finale. En Italie ce fut le programme le plus regardé de l’année. Le 9 décembre 2010, il a été fait chevalier de l’Ordre du mérite de la République italienne.

A côté de son travail d’acteur, il est naturel qu’avec ses antécédents familiaux, Kabir Bedi s’intéresse de près à l’actualité politique internationale. Aussi, il a écrit plusieurs articles pour des journaux dont le Times of India sur des sujets allant du Dalai Lama au terrorisme en passant par le cinéma indien. Il s’est également engagé pour la lutte pour la liberté en Birmanie en devenant l’un des ambassadeurs de la Burma Campaign UK. Et il fait parti des célébrités du Rotary International qui font la promotion de l’éducation et de l’alphabétisation en Asie du Sud et en Inde.

JPEG - 194.2 ko
Le tigre de la Malaisie

[1Le père de Kabir Bedi aurait acquis le don de prophétie au début des années 60

[2Seule suite à avoir été diffusée en France

[3Sauf en Angleterre, mais c’est normal, ce sont eux les « méchants » de l’histoire

Commentaires
1 commentaire
Filmographie sélective

2008 - Dil Kabaddi d’Anil Sharma avec Irrfan Khan, Rahul Bose et Konkona Sen Sharma

2012 - Chakravyuh de Prakash Jha avec Arjun Rampal, On Puri et Manoj Bajpai

2010 - Kites d’Anurag Basu avec Hrithik Roshan, Kangna Ranaut et Barbara Mori

2005 - Bewafaa de Dharmes avec Anil Kapoor, Akshay Kumar et Kareena Kapoor

2004 - Main Hoon Na de Farah Khan avec Shah Rukh Khan, Suniel Shetty et Amrita Rao

2004 - Rudraksh de Mani Shanka Darshan avec Sanjay Dutt, Suniel Shetty et Bipasha Basu

2003 - The Hero - Love story of a spy d’Anil Sharma avec Sunny Deol, Amrish Puri et Preity Zinta

1998 - Le fils de Sandokan de Sergio Sollima avec Marco Bonini et Padma Lakshmi

1996 - Le retour de Sandokan d’Enzo G. Castellari avec Mathieu Carriere, Fabio Testi et Romina Power

1994-1995 et 2005 - Amour, gloire et beauté avec Katherine Kelly Lang, Ronn Moss et Hunter Tylo

1992 - Dil Aashna Hai d’Hema Malini avec Shah Rukh Khan et Dimple Kapadia

1988 - Khoon Bhari Maang de Rakesh Roshan avec Rekha, Sonu Walia et Kader Khan

1983 - Octopussy de John Glen avec Rooger Moore, Louis Jourdan et Maud Adams

1979 - Ashanti de Richard Fleischer avec Michael Caine, Peter Ustinov et Omar Sharif

1977 - Sandokan à la rescousse de Sergio Sollima avec Philippe Leroy et Adolfo Celi

1976 - Le corsaire noir de Sergio Sollima avec Mel Ferer et Carole André

1976 - Sandokan de Sergio Sollima avec Philippe Leroy, Adolfo Celi et Carole André

1976 - Bullet de Vijay Anand avec Dev Anand, Parveen Babi et Rakesh Roshan

1976 - Nagin de Rajkumar Kohli avec Sunil Dutt, Feroz Khan et Rekha

1974 - Manzilein Aur Bhi Hain de Mahesh Bhatt avec Gulshan Arora et Mukesh Bhatt

1973 - Kuchhe Dhaage de Raj Khosla avec Vinod Khanna et Moushumi Chatterjee