]]>

Khoobsurat

Traduction : Belle

Année2014
LangueHindi
GenreComédie romantique
RéalisateurShashanka Ghosh
Dir. PhotoTushar Kanti Ray
ScénaristeIndira Bisht
ActeursSonam Kapoor, Kiron Kher, Aditi Rao Hydari, Cyrus Sahukar, Ratna Pathak, Fawad Khan, Aamir Raza Hussain , Ashok Banthia, Yashwant Singh
Dir. MusicalSneha Khanwalkar, Badshah
ParoliersKumaar, Amitabh Varma, Ikram Rajasthani, Badshah (parolier), Sunil Choudhary
ChanteursSunidhi Chauhan, Sona Mohapatra, Priya Panchal, Mauli Dave, Armaan Malik, Badshah, Resmi Sateesh, Aastha, Jasleen Royal
ChorégrapheFeroz Khan
ProducteursSiddharth Roy Kapur, Anil Kapoor, Rhea Kapoor
Durée130 mn

Bande originale

Engine Ki Seeti
Abhi Toh Party Shuru Hui Hai
Baal Khade
Preet
Maa Ka Phone
Naina [Khoobsurat]

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Kendra - le 7 avril 2015

Note :
(7/10)

Article lu 1181 fois

Galerie

Khoobsurat est le dernier film en date à avoir été produit par la maison Disney, après plusieurs tentatives plus ou moins heureuses (Anaganaga O Dheerudu , Zokkomon), force est de constater que la bonne recette a été trouvée cette fois-ci.

Au Rajasthan, la famille royale Rathore vit dans les règles les plus strictes que leur rang exige, entre le Raja paralysé depuis une dizaine d’années suite à un tragique accident, la Rani à la poigne de fer qui contrôle tous les moindres détails, le Prince accro au travail et la Princesse qui rêve d’une autre vie. Entre dans ce cercle très fermé la tornade Mili Chrakravarthy, physiothérapeute engagée pour relever le challenge abandonné par 40 autres médecins : refaire marcher le Raja.

Censé être l’adaptation du film éponyme de Hrishikesh Mukherjee datant de 1980, les scénaristes en ont plutôt judicieusement repris la trame en l’adaptant dans un univers beaucoup plus approprié pour faire un bon Disney digne de ce nom. Et oui, par cet habile stratagème, Dr Mili devient une Princesse Disney au même rang que Belle, Ariel ou Mia de Génovie (Princesse Malgré Elle). Une histoire somme toute assez classique, la jeune fille trouve le Prince arrogant, le Prince trouve la jeune fille insupportable, pourtant, les épreuves vont leur révéler les facettes cachées chez l’autre.

Sonam Kapoor aborde ici un rôle qui lui va comme un gant, une jeune femme éduquée, aimant et croquant la vie à pleine dent et ayant un sens de la mode… particulier. Car si elle est notre Belle, c’est bien sa garde-robe qui joue la Bête ! Quelques brûlures de la rétine sont à prévoir si on a plus de 15 ans. Si elle ne fait clairement pas partie du club des bonnes actrices, elle dégage cependant un charisme certain et lorsqu’elle est bien dirigée, que le rôle n’est pas trop à risque, elle fait un travail honnête et reste agréable à suivre. La véritable révélation du film est le Prince Charmant, joué par l’acteur Pakistanais Fawad Afzal Khan, que les plus curieux d’entre vous auront déjà vu dans le très bon Khuda kay liye. Première incursion dans l’industrie du cinéma indien, et espérons le, loin d’être la dernière, il incarne à merveille ce membre de la famille royale un brin cynique, charmeur et touchant. Deux des meilleures actrices reprennent les rôles des mères si particulières. D’un côté, Ratna Pathak en Rani intransigeante et froide, de l’autre, Kiron Kher dans son numéro maintenant traditionnel de mère punjabie envahissante.

Du point de vue technique, on ne pouvait clairement attendre moins que cela, les images sont magnifiques, font rêver, que ce soient les routes du Rajasthan ou les palais somptueux. Les tenues (en oubliant celles de Sonam) feront baver d’envie filles et garçons, les enseignements que le réalisateur tente de transmettre donnent à rêver. Toutes les jeunes filles voudront être Mili (et quel exemple, elle n’est pas seulement belle, elle est aussi intelligente), tous les jeunes hommes voudront avoir l’assurance de Viku. Le plus gros problème malheureusement est l’horreur totale de la musique. Rien ne pourrait trouver grâce aux oreilles des spectateurs, là où il y avait prétexte à de merveilleuses chansons qui sont la marque de fabrique de Disney, mêlées au savoir faire et à la particularité de la production indienne ; Sneha Khanwalkar s’est contentée de faire du dubstep et de la musique electro de bas étage, inécoutable et donnant envie d’avancer ces parties.

Tout est très exagéré, "larger than life" selon l’expression consacrée, mais n’était-ce pas ce à quoi nous devions nous attendre en mélangeant les codes du cinéma hindi et de Disney ? Puisque le mariage est réussi, pourquoi bouder son plaisir ? Voilà un pur divertissement, plutôt destiné aux adolescents/jeunes adultes, qui pourtant saura ravir le cœur de qui veut bien se laisser aller à l’histoire d’amour qui se tisse sous nos yeux.

Commentaires
6 commentaires