]]>

L’année 2008 au Nord de l’Inde (1/5) : les Films

Publié lundi 2 février 2009
Dernière modification lundi 10 mars 2014
Article lu 1648 fois

Par Jawadsoprano

Dossier Bilan Cinéma indien 2008
▶ L’année 2008 au Nord de l’Inde (2/5) : Les Acteurs

L’industrie hindi (Bollywood) a produit 90 films officiels cette année (on ne compte pas les films locaux de série Z destinés à agrandir le cercle des films érotiques du cinéma du coin). S’ils ont connu des fortunes diverses, un tiers a réussi à être rentable, tout comme en 2007. On peut dire que l’année 2008 aura été un cru respectable, autant en terme de bénéfices que d’œuvres intéressantes.

LES TOPS

  • Rab Ne Bana Di Jodi

La combinaison Yash Raj - Shah Rukh Khan fait toujours merveille. Après Chak De ! India en 2007, le succès de Rab Ne Bana Di Jodi conforte l’alchimie existante entre la maison de production et l’acteur. Après 8 ans, le réalisateur-producteur Aditya Chopra a retrouvé son acteur fétiche et le résultat a été plébiscité par le public. Déclarée "blockbuster" en 15 jours d’exploitation, la comédie romantique de l’année a également cartonné à l’étranger.

  • Ghajini

Pas besoin d’attendre des semaines d’exploitation pour déclarer que Ghajini est un énorme succès et sans doute le blockbuster de l’année 2008. Ce remake du film tamoul du même nom a en effet engrangé plus de 45 crore en 4 jours, pulvérisant tous les records établis à ce jour en Inde. Aamir Khan et l’actrice tamoule Asin peuvent se réjouir puisque Ghajini se dirige tout droit vers les 100 crore de recette, un record pour un film en Inde.

  • Singh Is Kinng

Jamais la cote de popularité d’Akshay Kumar n’aura été aussi élevée, et le box-office ne s’en est toujours pas remis. Une avalanche de records a permis au film de rentabiliser des coûts de distribution démentiels. Cette comédie a notamment été remarquée à l’international grâce à la présence du rappeur californien Snoop Dogg dans le clip extrait du film.

  • Jodhaa Akbar

La fresque épique d’Ashutosh Gowariker a été le premier succès de l’année. En réunissant aussi bien le public intello des multiplexes que la masse des villes plus modestes, le duo Hrithik-Aishwarya a prouvé qu’il était le couple de cinéma le plus vendeur actuellement. La carrière du film à l’international a achevé la réussite de cette production.

  • Race

Le duo de réalisateurs Abbas-Mustan n’avait pas été à pareille fête depuis Aitraaz et Humraaz. Il faut dire qu’ils se sont déchaînés sur les rebondissements, les cascades et sur les costumes si "fashion". Les stars Saif Ali Khan et Bipasha Basu ont ensuite ajouté le glamour nécessaire à tout film d’action destiné aux jeunes.

  • Jaane Tu… Ya Jaane Na

Les comédies romantiques sont éternelles. Jaane Tu… Ya Jaane Na le prouve en reprenant les ingrédients habituels et en y a joutant une fraîcheur qui manque cruellement aux productions actuelles. Les nouveaux venus dans le cinéma hindi, Imraan Khan et Genelia D’Souza, ont été les attractions de ce succès qui a cartonné auprès des jeunes.

  • Bachna Ae Haseeno

Yash Raj a repris les fondamentaux en revenant aux comédies romantiques qui ont fait ses succès. Un trio féminin composé de Bipasha Basu, Minnisha Lamba et Deepika Padukone a accompagné le jeune acteur Ranbir Kapoor dans ses aventures amoureuses. Le public a aimé et la musique dynamique de Vishal-Shekar a permis au film de faire partie des succès de l’année.

  • Fashion

Priyanka Chopra et ses copines nous ont fait suivre les aventures de jeunes femmes dans le monde impitoyable de la mode. Malgré un thème peu accrocheur, le film a profité de la période de Diwali pour engranger les roupies. Il est à noter que c’est le plus gros succès financier pour un film centré sur une femme.

  • Golmaal Returns

2 ans après Golmaal, l’équipe de joyeux lurons a affolé le box-office. Ajay Devgan a ramené Kareena Kapoor dans l’aventure et les familles se sont précipitées pour voir cette comédie potache qui tache. On peut alors se douter que le Golmaal 3 se profile à l’horizon…

  • Rock On !!

C’est le joli coup de l’année. Le réalisateur Abhishek Kapoor a abordé un thème totalement novateur sur les écrans indiens, et l’a traité d’une manière juste et inédite. La carrière d’acteur du réalisateur Fahran Akhtar est désormais lancée à toute allure, après sa prestation remarquée, mais l’ensemble du casting a contribué à ce beau succès.

  • Dostana

La production de Karan Johar a tenu son rang en offrant au public une bonne dose d’humour et de sentiments. Le film a réussi à faire fructifier la curiosité suscitée par le thème et les promotions très urbaines. Les décors de Miami et l’alchimie entre le trio Abhishek-John-Priyanka a fait le reste et on parle déjà d’une suite.

LES SURPRISES

  • Mithya

L’humour de Mithya a permis aux producteurs du succès-surprise de 2007, Bheja Fry, de rééditer leur hold-up au box-office. La star montante Ranvir Shorey a encore brillé dans ce polar loufoque dans lequel le vétéran Naseeruddin Shah fait une apparition des plus remarquées.

  • Khuda Kay Liye

Ce film pakistanais a été doublé en hindi, ce qui lui a permis de s’octroyer un succès des plus mérités. Le message politique et social qu’il véhicule a touché non seulement le public de Mumbai, mais aussi celui de festivals internationaux des plus prestigieux. La présence engagée de Naseeruddin Shah a suscité la curiosité d’un public connaisseur.

  • Jannat

Le clan Bhatt a bien négocié l’année 2008 en proposant un film sur l’argent et le sport. Jackpot au box-office pour ce film qui met Emraan Hashmi en vedette. Finalement le salut n’est pas venu d’Awarapan, leur plus gros budget sorti en 2007, mais de Jannat qui leur a fait franchir pour la première fois le cap des 30 crore de recettes.

  • Aamir

Cette production minimaliste suit la vague de films à petit budget destinés à un public de multiplexes, sans cesse plus nombreux. Le nouvel acteur Rajeev Khandelwal a pu s’illustrer en incarnant un homme ordinaire aux prises avec un terroriste. Aamir a été plébiscité par les critiques et particulièrement par le public de Mumbai, ville décor du film.

  • Kismat Konnection

Le jeune Shahid Kapoor prouve après Vivah et Jab We Met qu’il est devenu la coqueluche romantique du public féminin. Réalisée par Aziz Mirza (Chalte Chalte, Yes Boss), cette comédie pleine de bons sentiments a connu un excellent démarrage, surprenant une bonne partie de l’industrie. Vidya Balan a elle aussi pu conforter sa place d’actrice "bankable".

  • Phoonk

Ram Gopal Varma a retrouvé la lumière en faisant un film sombre. Un paradoxe qui a valu au producteur le plus controversé de Bollywood de terrifier le public, 5 ans après Bhoot. Les analystes n’imaginaient pas que cette histoire de magie noire intéresserait les spectateurs, et pourtant le public a eu une fois de plus le dernier mot.

  • One Two Three

Les stars de second rang de One Two Three ont su faire rire le public. Cette comédie est sortie de l’anonymat grâce à une musique remarquée. Les jeunes ont pu aller oublier la période des examens pour rigoler devant cette comédie potache qui, il y a 2 ans, aurait cartonné deux fois plus. Mais les temps changent…

  • A Wednesday

Le succès de l’automne a rappelé le public de Mumbai à la triste réalité. Traitant de terrorisme, le film a pris d’assaut les multiplexes, et a offert la possibilité aux vétérans Anupam Kher et Naseeruddin Shah de démontrer leurs qualités d’acteurs. Le réalisateur Neeraj Pandey est actuellement courtisé par les plus grands studios.

  • 1920

Ce film d’épouvante inspiré des classiques américains a redonné du souffle à la carrière du réalisateur Vikram Bhatt. En engageant des inconnus au casting, il a pris des risques. Une direction soignée et une musique très classe signée Adnan Sami ont pu attirer certains spectateurs des multiplexes.

  • Welcome To Sajjanpur

La comédie rurale a réussi à capter l’attention du public, malgré un casting dénué de stars confirmées. Les jeunes étoiles montantes Shreyas Talpade et Amrita Rao tiennent un vrai hit-surprise, et Welcome To Sajjanpur aura été l’un des seuls films de l’année à se dérouler dans un petit village, loin des métropoles occidentales des grosses productions.

  • Oye Lucky ! Lucky Oye !

Le plus jeune des Deol continue son chemin dans le cinéma semi-auteur après des films comme Manorama Six Feet Under ou Ahista Ahista. Pour l’occasion, Abhay a incarné un voleur nommé Lucky dans le deuxième film du réalisateur de Khosla Ka Ghosla, et le public des métropoles a répondu à l’appel.

LES FLOPS

  • Krazzy 4

Les apparitions en clips de la star Hrithik Roshan et du King Shah Rukh Khan n’auront pas suffi à susciter l’engouement du public pour cette comédie plutôt terne. Pourtant produit par Rakesh Roshan, le film a sauvé les meubles uniquement grâce à une promotion agressive digne des meilleures marques de lessive.

  • Tashan

Yash Raj a mal débuté l’année avec le flop de Tashan. Pourtant, le casting composé d’Akshay Kumar, Saif Ali Khan, Kareena et Anil Kapoor devait enflammer le box-office. Mais les critiques et le public ont tourné le dos à cette production, et ce fut le premier flop d’Akshay depuis près de 2 ans.

  • Bhoothnath

Les films pour enfants ne sont pas en joie, et Bhoothnath ne fait pas exception. Ni les grands ni les petits ne se sont précipités pour voir Amitabh Bachchan en fantôme. La présence de Shah Rukh Khan et Juhi Chawla n’a pas pu inverser la tendance.

  • Sarkar Raj

La famille Bachchan et le producteur Ram Gopal Varma ont voulu profiter du succès de Sarkar pour lui donner une suite 3 ans après. La sauce n’a pas pris et le public semble avoir été traumatisé par les précédentes collaborations entre le réalisateur et Amitabh Bachchan, Aag et Nishabd.

  • Thoda Pyaar Thoda Magic

La fable de Yash Raj n’a pas trouvé preneur. Saif Ali Khan et Rani Mukherjee espéraient séduire les jeunes après leur succès dans Hum Tum. Mais les histoires de fée ne se terminent pas toujours bien, et Thoda Pyaar Thoda Magic a mordu la poussière.

  • Love Story 2050

En reprenant les idées des plus grands blockbusters de science-fiction américains de ces quinze dernières années, le producteur Harry Baweja pensait pouvoir faire un film authentique. Pourquoi ne pas lancer la carrière d’acteur de son rejeton en même temps ? Eh bien le public, pour une fois pas dupe, en a décidé autrement et le film fut un des plus gros échecs de ces dernières années.

  • Mission Istaanbul

Le casting moisi de cette production périmée a achevé tout espoir de rentabilité au box-office. En recyclant les grosses ficelles des téléfilms américains, le réalisateur pensait duper le public indien. On appelle ça l’effet boomerang… espérons qu’ils vont commencer à changer de stratégie.

  • God Tussi Great Ho

Restée dans les cartons pendant plusieurs années, l’adaptation indienne du film américain Bruce Tout-Puissant a sombré dès la première semaine. Salman Khan et Amitabh Bachchan se sont démenés mais l’effet n’a pris que quelques mois plus tard, puisque les ventes de dvd ont été satisfaisantes.

  • Drona

On pourra marquer d’une pierre blanche la sortie de Drona. Le film était censé nous en mettre plein la vue avec des effets spéciaux et une histoire de super-héros, mais le résultat s’est transformé en une farce des plus indigestes. Pour l’anecdote, Drona a détrôné le film Umrao Jaan (2006) comme le plus gros désastre de l’histoire de l’industrie hindi, avec plus de 30 crore de perte.

  • Kidnap

Le réalisateur de Dhoom:2 pensait refaire le même coup : engager un casting prometteur et affliger le public d’une histoire virtuelle écrite par le stagiaire près de la machine à café. Mais le clash entre Imran Khan, fraîchement auréolé du succès Jaane Tu… Ya Jaane Na, et l’acteur vétéran Sanjay Dutt n’a provoqué aucune étincelle dans les cinémas.

  • Karzzzz

Notre mascotte favorite, le chanteur nasal et acteur de son quartier Himesh Reshammiya pensait surfer sur les résultats encourageants de son premier film Aap Ka Surroor. Mais il ne suffit pas de reprendre l’histoire d’un film-culte, Karz, pour garantir un retour sur investissement. Dommage Himesh.

  • Roadside Romeo

Yash Raj et Walt Disney s’associaient pour ce film d’animation prometteur avec les voix des stars Saif Ali Khan et Kareena Kapoor. La réalisation était confiée au troisième luron de Mohabbatein, on se disait alors que les garnements indiens se précipiteraient pour voir Romeo. Mais la désillusion fut à la hauteur des attentes, espérons que Roadside Romeo pourra se consoler avec les ventes de DVD.

  • Heroes

Le casting de Heroes réunissait pratiquement un quart de l’industrie du cinéma hindi (mais pas le bon quart visiblement). Salman Khan et sa famille, la famille Deol, et le retour de l’actrice Preity Zinta ont garanti le strict minimum aux producteurs qui avaient investi de manière conséquente dans ce film patriotique.

  • Yuvvraaj

Le roi des films grandiloquents, Subhash Ghai, n’a pas compris la leçon de Yaadein et Kisna, qui restent parmi les échecs les plus retentissants des années 2000. Il faut croire qu’il s’est surpassé puisque le public a massivement conspué le film. Le casting de stars et la musique d’AR Rahman n’ont pas pu sauver le film d’un naufrage.

Sources : indiafm, boxofficeindia, rediff

Commentaires
5 commentaires