]]>

L’univers Shah Rukh Khan

Publié lundi 14 janvier 2013
Dernière modification vendredi 8 mai 2015
Article lu 952 fois

Par Alineji, Señorita

Rubrique Littérature
◀ Fêtez Noël avec le cinéma indien ! (2)
▶ La Reine des cipayes

La parution d’un premier ouvrage entièrement consacré à Shah Rukh Khan en langue française a été une très bonne nouvelle pour les amateurs de cinéma indien français. L’Univers Shah Rukh Khan de Gin Piau a été publié en novembre 2012 aux éditions Tensing.

Passionnée de films de Bollywood et de Shah Rukh Khan depuis le milieu des années 2000, l’auteur, Gin Piau est membre de l’union internationale de la presse et travaille à l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris, comme attachée commerciale, après une carrière de mannequin au Canada et aux Etats-Unis. Dans sa préface, elle raconte de façon touchante sa rencontre avec l’objet de son adulation et révèle qu’elle n’avait jamais été auparavant une groupie. La première étonnée, elle a rejoint à la suite d’une projection l’immense foule des inconditionnels de cette personnalité hors du commun. Ce fut le cas pour beaucoup de celles et ceux qui partagent son amour pour le King Khan. Elle, a décidé d’en faire un livre.

Celui-ci comporte 231 pages, un dessin et vingt-huit photographies, trente en incluant celles de couverture. Parfois amusantes, comme celles du musée Grévin – mais en fallait-il neuf sur ce seul évènement ? –, elles sont hélas trop peu nombreuses pour satisfaire réellement la curiosité de tout un chacun. Peut-être question de budget.

Malheureusement, le contenu du livre est encore plus décevant, même en tenant compte des limites du genre. Il ne tient aucune des promesses énoncées sur la quatrième de couverture, qu’elles soient destinées aux non-initiés ou aux amoureux fous. Gin Piau découpe son ouvrage en trente-six chapitres thématiques qui sont autant d’entrées, dit-elle, pour évoquer une facette de l’homme ou de l’artiste. Chaque chapitre est émaillé de nombreuses citations, glanées çà et là au fil des interviews et conférences de presse dont le comédien n’est pas avare. Il se termine par un florilège de celles-ci. L’idée des entrées thématiques, sur le mode du « dictionnaire amoureux », était plaisante. Il est dommage qu’elle ait été gâchée par une écriture brouillonne et collée à son sujet, sans la mise à distance nécessaire qui autoriserait le lecteur à entrevoir la complexité, les contradictions, de l’homme et du phénomène Shah Rukh Khan.

Par des formules à l’emporte-pièce comme celles-ci : « … Shah Rukh habille le vêtement, il habite la mode. Shah Rukh est la mode », ou encore, à la fin de l’entrée Publicités, « Il personnifie la publicité », Gin Piau revivifie un genre littéraire tombé dans l’oubli, l’hagiographie. Une fois l’ouvrage refermé, le lecteur de la première catégorie, celle des novices et des ignorants, aura la sensation d’avoir découvert un nouveau saint du XXIe siècle paré de toutes les vertus, un homme parfait, l’homme de toutes les qualités.

Ceux qui connaissent et apprécient Shah Rukh Khan devront encore patienter pour le connaitre mieux. Certes, le lecteur appartenant à ce second groupe trouvera quelques citations et anecdotes nouvelles ayant échappé à sa vigilance et qui le récompensera d’une lecture rendue fastidieuse à la fois par ce manque de recul comme par les nombreuses répétitions, ou par des sentences qui se veulent définitives. La mise bout à bout de citations prononcées parfois à plusieurs années d’intervalle, sans véritable chronologie, ne donne absolument pas l’impression d’une unité de la personnalité, de l’être humain, que Gin Piau prétend vouloir faire découvrir, et le choix se présente comme un patchwork un peu décousu. La « bible » annoncée laisse plutôt la désagréable impression d’une collecte distraite, puisée pour l’occasion de façon aléatoire dans les interviews du comédien.

En fin de volume, l’insertion de la filmographie et la liste des récompenses, tout comme la présence d’une bibliographie et d’un index des personnalités, sont très louables. Les notes, donnant la référence précise des sources de l’auteur, pour la plupart en ligne, constituent une bonne surprise pour le lecteur qui voudrait écouter ou lire directement dans leur langue d’origine les mots de celui qui les a prononcés. En revanche, l’index est inégal et incomplet. Sa présentation « par ordre d’apparition » est pour le moins discutable et ne facilite pas la lecture. On s’étonne un peu de trouver Brigitte Bardot en compagnie du Mahatma Gandhi.

Sans doute une étourderie permet d’y rencontrer Mira Nair prénommée Mirna et deux fois Anushka Sharma, tandis que font défaut plusieurs partenaires de l’acteur à l’écran, féminines notamment. Il appartenait à l’éditeur de veiller à l’exactitude dans l’écriture des noms propres, dans cette partie comme dans le reste du texte — Big B., le grand Amitabh Bachchan est correctement orthographié une première fois, deux pages plus loin, il perd un h ! —, de faire aussi les relectures nécessaires à la suppression des fautes de syntaxe, d’accords, etc. qui encombrent l’ouvrage. Qu’il ait accepté un travail aussi moyen peut se justifier par la demande, mais qu’il livre un produit aussi imparfait, aussi bricolé, ne peut que le desservir.

La bibliographie, pour finir, mentionne les ouvrages les plus importants consacrés à Shahrukh Khan et y trouver le remarquable récit déjà vieux de six ans de Suketu Mehta, sur lequel on reviendra, Bombay Maximum City, est une bonne surprise. Elle ignore pourtant l’étude fondamentale d’Ophélie Wiel, parue en octobre 2011 chez Buchet-Chastel, Voyage au cœur du cinéma indien, Bollywood et les autres. Il est également dommage, pour ceux qui suivent l’actualité du Baadshah de Bollywood, qu’en soient exclues les références des sites dédiés en français, comme « Shahrukh on line », www.srk-online.fr, ou sharukhfan.superforum.fr, le site de ses fans français. Il leur reste les films à voir et à revoir, les sites mentionnés, et on ne saurait trop leur conseiller de lire, dans le livre mentionné plus haut de Suketu Mehta, écrivain et coscénariste de Mission Kashmir, le chapitre consacré au film. Où l’on découvre que Shah Rukh Khan devait y tenir le rôle finalement dévolu à Hrithik, et Amitabh celui de Sanjay Dutt. Non seulement, dans un récit sans concessions, passionnant de bout en bout et toujours en empathie, on voit évoluer les stars dans leur milieu et dans leur ville, aux prises avec les réalités de la politique, et parfois des mafias locales, mais on les voit se comporter en véritables êtres humains. En quelques quinze ou vingt pages denses et profondes, on en apprend davantage sur l’univers de Shah Rukh Khan qu’en deux cents plates et redondantes. Que Gin Piau ne s’en est-elle inspirée ? Ne reste qu’à espérer, pour l’immense talent de Shah Rukh Khan, un écrivain de cette trempe et à attendre un vrai beau livre de cet acabit.

Titre : L’univers Shah Rukh Khan
Auteur : Gin Piau
Editeur : Editions Tensing
Date de parution : novembre 2012
Nombre de pages : 231

Article écrit par Anileji et mis en page par Señorita.

Commentaires
12 commentaires