]]>

Le FFAST 2016 invite Manoj Bajpai

Publié mardi 18 octobre 2016
Dernière modification jeudi 22 septembre 2016
News lue 181 fois

Par Alineji, Gandhi Tata

Rubrique News
◀ Le FFAST 2016 dévoile sa programmation
▶ [Edit 19/10] Remo, une sortie AV Entertainment

Après Anurag Kashyap en 2015, c’est Manoj Bajpai qui sera l’invité d’honneur du FFAST (Festival du Film d’Asie du Sud Transgressif), lors de la soirée d’inauguration de cette quatrième édition, le mardi 18 octobre à l’Arlequin.


Des traits marqués et anguleux, l’œil noir et la mine sévère, alliés à une surprenante douceur, il n’en fallait pas davantage pour faire de Manoj Bajpai à la fois un des plus « classe » et le plus ignoble des méchants de Bollywood. Rappelez-vous en 2004, dans Veer-Zaara, l’horrible fiancé de Zaara à cause de qui le pauvre Shah Rukh/Veer allait passer plus de vingt ans en prison. C’était lui. Plus récemment, le politicien abject de Satyagraha, c’était encore lui ; et le monstrueux parrain au crâne rasé, mégalo et coureur, Sardar Khan, de Gangs of Wasseypur, toujours lui. Lors des cérémonies de récompenses annuelles il a été nommé plus souvent qu’à son tour pour le prix du « Best Villain ».

JPEG - 69.1 ko
L’ignoble Sadar Khan de Gangs of Wasseypur

Avec des films comme Satya, Shool, Pinjar ou encore Gang of Wasseypur, Manoj Bajpayee est devenu l’une des grandes figures du cinéma indien. Lauréat de nombreux prix, il a notamment reçu le Filmfare du meilleur acteur en 1998 pour le rôle de Bhiku Matre dans Satya. Lors de cette quatrième édition, il viendra présenter l’un de ses derniers films : Aligarh.

Aligarh
Durée : 1h58 min
Pays : Inde
Réalisateur : Hansal Mehta
Acteurs : Manoj Bajpayee, Sukhesh Arora, Balaji Gauri

Résumé :
Film biographique, Aligarh raconte l’histoire de Shrinivas Ramchandra, enseignant à l’Aligarh Muslim University limogé de son poste suite à des accusations d’homosexualité.

Toute l’équipe du festival vous donne rendez-vous au cinéma l’Arlequin le mardi 18 octobre pour l’inauguration de cette quatrième édition du FFAST.

Commentaires
Pas encore de commentaires