]]>

Le cinéma indien au Festival de Cannes 2014

Publié jeudi 15 mai 2014
Dernière modification mercredi 14 mai 2014
Article lu 541 fois

Par L’équipe Fantastikindia

Dossier Festival de Cannes 2014
◀ Les stars au Festival de Cannes 2014
▶ Le festival au jour le jour

Comme chaque année, l’équipe de Fantastikindia est heureuse d’avoir l’un de ses membres présent au Festival de Cannes. Il s’agira de couvrir la présence indienne sur la croisette : en visionner les films et essayer d’obtenir un maximum d’entrevues inédites. Quoi ? Qui ? Essayons de voir le champs des possibilités qui s’offre à notre reporter Brigitte.

Les films présents à Cannes

Commençons par le début : Grace de Monaco, le film d’ouverture du Festival qui sera projeté ce soir au Grand Théâtre Lumière. Si le film est réalisé par le français Olivier Dahan (à qui l’on doit le film La Môme avec Marion Cotillard) et si c’est l’australienne Nicole Kidman qui incarne le rôle titre, ce sont des indiens que l’on retrouve à la production. En effet, Uday Chopra pour Yash Raj Production, est crédité au générique du film (pour être plus précis, c’est une co-production). Alors oui, c’est comme le Qatar et le PSG, ça ne se voit pas sur le terrain, mais sans les sous, il n’y a rien.

Passons maintenant aux films indiens eux-mêmes. Cette année, ils sont assez discrets.

Titli

Dans la catégorie "un certain regard" de la sélection officielle, nous avons Titli réalisé par Kanu Behl.

Ce film nous raconte l’histoire de Titli, le benjamin d’une fratrie de violents braqueurs de voiture vivant dans les quartiers malfamés de la banlieue de Delhi. Il tente désespérément d’échapper à l’entreprise familiale mais ses plans sont contrecarrés par ses frères qui le marient contre son gré.Sa jeune épouse Neelu devient alors son alliée pour se libérer du poids familial.

True Love Story

A la semaine de la critique, c’est un court métrage d’animation de 19 minutes qui représente l’Inde. True Love Story est réalisé par Gitanjali Rao. Il s’agit d’un voyage à travers les ruelles de Bombay où le rêve bollywoodien doit laisser place à la réalité.

TrueLoveStory Trailer from Gitanjali Rao on Vimeo.

Il faut noter que pour les courts-métrages, ce ne sont pas moins de 23 films qui concourent pour l’Inde dans différentes catégories. Nous ne nous les présenterons pas en détails, mais voici quelques images…

Devadasi

Pour terminer, le danseur Raghunath Manet (à qui l’on doit la Danse de Shiva, un documentaire présenté l’année dernière à Canne) revient cette année sur la croisette pour présenter son nouveau film en compagnie de Didier Bellocq. Ils se sont intéressés aux danseuses des temples : les Devadasi.

Le film sera distribué en France par Nigth ED Films.

Commentaires
Pas encore de commentaires