]]>

Le cinéma indien au Festival de Cannes 2015

Publié mercredi 13 mai 2015
Dernière modification mercredi 13 mai 2015
News lue 275 fois

Par L’équipe Fantastikindia

Rubrique News
◀ [Edit 13/05] Sortie de Uttama Villain en France
▶ Rashmi Kant en concert au Sunset le 19 mai

Comme chaque année, l’équipe de Fantastikindia est heureuse d’avoir l’un de ses membres présent au Festival de Cannes. Il s’agira de couvrir la présence indienne sur la croisette : en visionner les films et essayer d’obtenir un maximum d’entrevues inédites. Quoi ? Qui ? Essayons de voir le champs des possibilités qui s’offre à notre reporter Brigitte.

Les films présents à Cannes

Si l’Inde n’est pas représentée cette année encore, dans la sélection officielle du festival de Cannes, elle s’est faite une petite place dans la catégorie un Certain Regard avec deux longs métrages.

La Quatrième Voie - Chauthi Koot

Tout d’abord, on note Chauthi Koot (la quatrième voie). Un film de Gurvinder Singh sur le Penjab de 1984 et la vie de deux hommes ordinaires qui y vivent sur fond de mouvement séparatiste Sikh. Il est bien sûr question des violences qui ont suivi l’assassinat d’Indira Gandhi et l’impact de ce drame sur les membres de la communauté sikh. Le réalisateur dénonce avec ce long métrage, les méfaits de l’armée et des indépendantistes sikhs à l’encontre de civils innocents.

Gurvinder Singh s’était fait un nom avec Alms for a Blind Horse qui avait été primé au Festival du film d’Abu Dhabi et avait remporté le prix du jury étudiant au FFAST en 2013.

Masaan

Ensuite, c’est Masaan de Neeraj Ghaywan qui jette l’ancre à Bénarès où plusieurs personnages sont confrontés aux traditions morales. Jhonta, Deepak, Vidyadhar et Devi sont face à des problèmes de caste, en manque d’amour, en proie à la culpabilité ou gangrenés par la corruption. N’ayant jusque-là, que pour seul point commun, de vivre dans cette ville sainte et souillée par les péché, leurs destins finissent par se croiser.

Cette coproduction franco-indienne de Vikas Bahl, Mélita Toscan du Plantier, Anurag Kashyap, Guneet Monga et Vikramaditya Motwane, sera représentée par une ambassadrice de charme, Richa Chadda, déjà présente sur la croisette pour Gangs Of Wasseypur.

Du court au documentaire

En 2014, pas moins de 23 courts concouraient pour l’Inde dans différentes catégories et cette année on notera la présence de Miyan Kal Aana produit par l’acteur Nawazuddin Siddiqui et traitant du halal.


Des films expérimentaux et engagés comme Goatscape et Kajarya tenteront de séduire les cinéphiles au marché du film. Alors que Goatscape, un film fantastique avec Nasseruddin Shah, ayant pour protagoniste principal, une chèvre qui parle, intrigue déjà sur le papier, Kajarya réalisé par Madhureeta Anand traite d’un sujet plus grave, les violences faites aux femmes.



Le réalisateur d’origine indienne, Asif Kapadia, déjà vainqueur du 2e Prix Cinéfondation du court métrage au Festival de Cannes, en 1997 pour The Sheep Thief, présentera un documentaire consacré à la défunte chanteuse Amy Winehouse.



Enfin, Dheepan du réalisateur français Jacques Audiard, parle des difficultés d’un réfugié tamoul qui cherche à refaire sa vie en France. Ancien combattant de l’indépendance tamoule, Dheepan a fui le Sri Lanka, après la défaite et espère une seconde chance. Malheureusement pour lui, la vie n’est pas moins dangereuse dans la cité où il est gardien d’immeuble. Face aux violences quotidiennes et pour protéger sa nouvelle famille, il est contraint de redevenir ce soldat qu’il a laissé derrière lui… Quel est le rapport avec le cinéma indien ? Les tamouls sri-lankais qui tiennent la plupart des commerces du quartier indien de Gare du Nord, ont beaucoup œuvré, pour la diffusion et promotion de la culture et du cinéma indien en France, grâce aux nombreuses boutiques de DVD qui ont fait notre bonheur dans les années 2000. Et pour la première fois, on est face à un film qui parle sérieusement et sans stéréotype, de la communauté sri-lankaise et des problèmes d’intégration, rencontrés par certains de ses membres en France. Le mot "reconnaissance" serait fort, mais on peut se réjouir qu’un tel projet, venant d’un grand réalisateur comme Jacques Audiard, s’attarde sur une minorité dont on parle finalement, assez peu.

Les stars indiennes de Cannes

Côté people, les chanceux pourront peut-être apercevoir la dream team de l’Oréal, composée d’Aishwarya Rai, Freida Pinto, Sonam Kapoor et une petite nouvelle : Katrina Kaif ! On vous en parlera davantage dans les jours à venir. Fantastikindia est dans la place.


Commentaires
Pas encore de commentaires