]]>

Le maquillage de la statue du Shah

Publié mercredi 23 avril 2008
Dernière modification samedi 28 août 2010
Article lu 1809 fois

Par Amanpreet, Lafrarie

Dossier Shah Rukh Khan au musée Grévin
◀ Duplicate, le double de Shah Rukh Khan
▶ La statue de cire de Shah Rukh Khan : un projet artistique

Interview de Bérangère Prost, Maquilleuse au musée Grévin.
Propos recueillis par Amanpreet, article co-écrit avec Lafrarie.

Suite aux différentes interviews menées au sein du musée, nous connaissons les dessous des prémices et de la sculpture d’une statue de cire. Mais qu’en est-il du maquillage ? Fantastikindia est parti se renseigner pour satisfaire votre curiosité !

[Fanta-i] : Pourriez-vous vous présenter ?

[B.P.] : Je m’appelle Bérangère Prost, j’ai 37 ans, j’ai suivi des études de maquillage pour exercer ma profession dans le théâtre, la télévision et plus généralement le cinéma. J’ai travaillé dans ce milieu pendant 15 ans, sur divers spectacles en collaboration avec de nombreux metteurs en scène et aussi beaucoup pour l’Opéra. Et puis un jour j’ai répondu à une annonce et je suis arrivée au musée Grévin.

[Fanta-i] : Que ressentez-vous quand vous exercez votre métier ? J’imagine qu’il n’y a pas beaucoup de maquilleuses au Musée Grévin, est-ce un honneur ?

[B.P.] : Ce n’est pas courant effectivement, on est peu nombreux à avoir la formation au musée Grévin, on vient tous du maquillage professionnel, et ici le travail est effectué à la peinture à l’huile. On pourrait donc assimiler les maquillages à des oeuvres de peintres, avec, par conséquent, des techniques différentes. Mais le pinceau et les rapports à la couleur sont les mêmes. Il en est de même pour l’implantation qui est un travail en interne pour lequel on reçoit toutes les formations. D’une manière générale, c’est prestigieux de travailler au musée ; les statues une fois finies sont d’une très grande qualité. En ce qui concerne les conditions de travail, le musée est très bien situé. Vous avez pu visiter les ateliers et voir qu’ils étaient très agréables avec une belle vue sur Paris . Donc oui c’est un cadre de travail très particulier.

[Fanta-i] : Donc vous faites aussi l’implantation ? Elle n’est pas effectuée par une personne différente ?

[B.P.] : Non, en général, une personne fait le personnage de A à Z : elle implante et maquille.

[Fanta-i] : Justement, travaillez-vous seule ? Ou êtes vous entourée d’autres maquilleurs ou assistants ?

[B.P.] : En fait, comme je vous l’expliquais, on est plusieurs maquilleuses à travailler au musée, mais seule une personne s’occupe d’une création. Maintenant on fait aussi l’entretien des statues du musée : des petites retouches maquillage, des petites rénovations etc.

[Fanta-i] : Combien y a-t-il de maquilleurs au total ?

[B.P.] : On est quatre, cinq. Nous sommes deux permanents et il y a deux coiffeurs qui passent pour l’entretien, apporter des petites retouches etc.

[Fanta-i] : Etiez-vous à Londres avec l’équipe du musée pour rencontrer Shah Rukh Khan ?

[B.P.] : Non, je ne faisais pas partie de l’équipe qui a fait le déplacement.

[Fanta-i] : Connaissiez-vous le cinéma indien avant de travailler sur la statue ?

[B.P.] : J’en avais beaucoup entendu parler, mais je ne connaissais qu’un petit peu, pas plus que ça.

[Fanta-i] : Aujourd’hui, avez-vous regardé quelques films ? Vous y êtes vous intéressée un peu plus ?

[B.P.] : Oui bien sûr. En général, lorsqu’on travaille une création, on s’imprègne du personnage, du travail de l’artiste, et on essaie de capter tout ce qu’il fait.

[Fanta-i] : Cette préparation a-t-elle lieu avant de débuter la création ?

[B.P.] : Avant ou même pendant.

[Fanta-i] : Est-ce plus difficile de maquiller la statue d’une personnalité qu’on ne connaît pas du tout et qui n’est pas exposée dans les medias, ou plus précisément qui a peu de visibilité dans les medias français, comme Shah Rukh Khan ?

[B.P.] : Ici la principale difficulté était que la rencontre a eu lieu au mois de juillet et qu’on n’a pas revu Shah Rukh Khan depuis. En général les personnalités repassent régulièrement mais là ce n’était pas possible, donc oui le travail a été un peu plus difficile.

[Fanta-i] : Donc vous avez dû vous baser uniquement sur les photos ?

[B.P.] : Voila, alors on a une petite demande de sa part par rapport à la coupe de cheveux, donc on a demandé une photo de référence. J’ai, en revanche, beaucoup travaillé d’après les photos qui ont été faites durant la rencontre, et j’ai visionné des DVD.

[Fanta-i] : Vous devez vraiment vous plonger dans le personnage.

[B.P.] : Voila, tout à fait, on rentre dans leur univers en fait.

[Fanta-i] : C’est quelque chose de difficile ?

[B.P.] : Non pas du tout, c’est assez plaisant, ça permet de découvrir de nouvelles choses, de nouvelles cultures.

[Fanta-i] : Pouvez-vous nous citer quelques films que vous avez visionnés ?

[B.P.] : J’ai vu Devdas, Kuch Kuch Hota Hai et puis un troisième. En fait on a un coffret au musée. J’ai également regardé des petites vidéos sur YouTube. J’ai vu sa prestation dans Kaun Banega Crorepati [1], j’ai aussi été sur des sites de fan-club, sites où on découvre sa vie, sa filmographie etc … C’est vrai que j’ai pu apprendre beaucoup de choses car c’est une culture qui ne nous est pas très proche.

[Fanta-i] : Combien de temps faut-il pour s’imprégner du personnage ?

[B.P.] : En général, on fait nos recherches avant de commencer la statue en attendant le tirage en cire. Puis une fois la tête arrivée, on visionne au fur et à mesure des vidéos ou des DVD … Donc en général, quand on attaque la peinture, on est déjà dans le personnage.

[Fanta-i] : Durant la phase de maquillage, y a-t-il des étapes bien déterminées ?

[B.P.] : Il y a d’abord l’implantation des cheveux qui prend à peu près 1 mois. On a une perruque et après on fait ce qu’on appelle un raccord pour avoir la même implantation que le personnage. Lors du rendez-vous, le sculpteur prend beaucoup de photos des cheveux et de tout le tour de la tête pour vraiment avoir la même implantation. C’est quelque chose d’extrêmement précis afin qu’elle soit la plus naturelle possible. Ensuite, il y a l’implantation des sourcils qui sont très importants sur le visage, d’ailleurs chez Shah Rukh Khan, ils sont très marqués et assez spécifiques. Les sourcils prennent entre 2 jours et 1 semaine. Et enfin on attaque la peinture.

[Fanta-i] : Combien de temps prend la peinture ?

[B.P.] : A peu près dix jours, c’est une étape où on est vraiment dans le personnage. On est vraiment fixé sur des détails et on n’a pas toujours le recul suffisant. Pascale Saint Rémy Péllissier, la directrice artistique, passe très régulièrement pour voir l’avancement du travail et nous donner son avis. Elle a le recul que nous n’avons pas. La directrice du musée passe aussi régulièrement, mais à des étapes plus avancées.

[Fanta-i] : Aujourd’hui vous avez fini cette statue, comment vous sentez vous ? Un peu stressée pour l’inauguration ?

[B.P.] : Oui évidemment, un peu stressée puisque nous n’avons pas revu Shah Rukh Khan depuis la rencontre du mois de juillet. On ne sait pas trop comment il va réagir. Mais bon on verra, j’espère que tout va bien se passer.

[Fanta-i] : Quelles sont les autres statues que vous avez maquillées ?

[B.P.] : Il y en a pas mal. Pour les futures statues, j’ai maquillé Céline Dion qui sera terminée pour mai. Ensuite, les maquilleurs tournent, pour les nouvelles créations qui arrivent. Il n’y a pas beaucoup de nouvelles créations par années, on est donc chacune à notre tour sur une création et on effectue en même temps un travail perpétuel de retouches. Certaines statues ont des têtes de rechange, d’autre non.

[Fanta-i] : Pour finir, quelle est votre statue préférée ?

[B.P.] : Il n’y en a jamais une seule, mais c’est vrai que je suis assez fière de celle de Shah Rukh Khan. La dernière statue, avant qu’elle soit exposée, est toujours un peu notre « bébé », une fois qu’elle est inaugurée, elle est entrée au musée et le public se l’approprie, et nous, nous passons à autre chose.


[1KBC, jeu télévisé présenté par Shah Rukh Khan, version indienne de "Qui veut gagner des millions"

Commentaires
2 commentaires