]]>

Le piratage, ça paye

Publié samedi 5 mars 2005
Dernière modification mardi 8 mars 2005
News lue 945 fois

Par David Roussé (Meldon)

Rubrique News
◀ Kollywood triomphe aux FILMFARE AWARDS de Bollywood
▶ Bollywood : plus un monde d’hommes ?

« Enfin, ça eut payé. » Cette paraphrase de Fernand Raynaud pourrait sortir de la bouche de Jayanti Amarishi Buhecha. Un jeune homme de Cambridge, en Grande-Bretagne, qui a été reconnu coupable de deux violations de Marque Déposée à Londres mardi dernier et emprisonné pour trois ans.

« Ca eut payé »… Exactement 26,000£ par mois pour être précis (un peu moins de 40,000€). Reconnu comme l’un des plus gros pirates de Bollywood par les juges, son arrestation couronne deux années de travail du BPI (The British Phonographic Industry)

Les faux DVD étaient fabriqués au Pakistan et en Malaysie puis écoulés dans des boutiques.

En décembre 2002, Buhecha fut arrêté par des douaniers avec un millier de DVD piratés avec des jaquettes aussi vraies que nature. Condamné à cette occasion, il fut arrêté de nouveau en 2003. Sa maison recelait 18,000 copies de films. Distributeur légalement des films de Bollywood, il avait été poursuivi par ses employeurs pour avoir fait « commerce de faux » (en l’occurence des copies de Mohabbatein, mais avait évité la prison en payant 16,000£ à Yash Raj Films.

Les analystes estiment que 40 % des DVD de Bollywood vendus sont des faux, bien plus que le taux « habituel ».

Bien que le BPI trouve justifié la sentence et reçoive les félicitations de Avtar Panesar, qui travaille pour Yash Raj Films, il prévient que cela n’arrangera rien au problème que rencontre Bollywood.

Le responsable de la lutte contre le piratage, David Martin, dit que « le problème ne disparaîtra pas avec Buhecha. D’autres ont déjà pris sa place. Il est donc vital que nous poursuivions nos efforts. »

Source : BBC News, BPI

Commentaires
Pas encore de commentaires