]]>

Baahubali et les difficultés des distributeurs français

Publié lundi 20 juillet 2015
Dernière modification lundi 20 juillet 2015
News lue 1835 fois

Par L’équipe Fantastikindia

Rubrique News
◀ Le dernier film de Sanjay Leela Bhansali fait…
▶ [Edit 21/07] Sortie de Maari en France ce weekend.

Vous l’avez peut-être appris, via nos brèves ou sur nos pages de réseaux sociaux, mais l’une des grande sorties prévues pour l’Eïd en France a été brutalement annulée. Les rédacteurs de Fantastikindia étaient enthousiastes à l’idée de le voir, certains avaient même prévu de monter en région parisienne pour ne pas manquer ça, mais notre partenaire Night ED Films ne pourra finalement pas sortir Baahubali, le film événement du moment.

Baahubali

Baahubali réalisé par S.S.Rajamouli, déjà auteur de l’étonnant succès de l’année 2012, Naan Ee - Eega, a nécessité plus de deux ans de travail et son budget est estimé à 39 millions de dollars. Pour rappel, le film épique Baahubali est en train de battre tous les records en Inde et il est devenu rentable en moins d’une semaine. Cette belle performance montre qu’il n’y a pas que les Khans qui peuvent faire des merveilles au Box Office. Sachez que la suite du film est prévue pour l’année prochaine. Voici la bande annonce en vostfr qui nous faisait baver depuis quelques jours.

Le casting réunissant les grands noms des cinémas telougu et tamoul, a permis au film de toucher un large public dans le sud de l’Inde et créer un véritable phénomène qui a attisé la curiosité des spectateurs hindi-phones. Les acteurs Prabhas, Rana Daggubati, Tamannaah et Anushka Shetty, entourés de vétérans comme Ramya Krishnan, Sathyaraj, Nassar, Adivi Sesh, Tanikella Bharani et Sudeep, ont consenti à d’énormes efforts pour incarner leurs personnages et donner vie au monde médiéval de Baahubali. Par exemple, Prabhas et Rana Daggubati ont du augmenter leur masse musculaire et atteindre chacun un poids de 100kg pour correspondre respectivement, aux rôles de Mahendra Baahubal et Bhallala Deva. Enfin, pour gagner en crédibilité dans les scènes de batailles qui tiennent une grande place dans la seconde partie du film, toute l’équipe de comédiens a suivi un entrainement équestre et martial.

Les problèmes de distribution en France

Le distributeur a expliqué via une lettre les raisons de cette déception.

Night ED Films n’est pas le seul distributeur à rencontrer régulièrement des difficultés avec les producteurs indiens qui surestiment parfois le potentiel de leurs films en France et gonflent leurs prix comme pour Ra-One ou pour P.K., reviennent sur leur parole donnée ou même sur les contrats signés.

Dans le cas que nous abordons ici, la maison de production Arka Mediaworks a décidé de remonter Baahubali pour proposer une version internationale pour vendre le film dans le monde entier, avec à chaque fois, un sous-titrage et même un doublage pour rendre l’œuvre la plus accessible possible. D’ailleurs, Cocorico ! C’est le français Vincent Tabaillon qui a beaucoup travaillé sur les productions EuropaCorp de Luc Besson et sur des grosses machines comme L’Incroyable Hulk ou encore Le Choc des Titans qui a été engagé pour repenser au montage du film de S.S.Rajamouli.

Les intentions et l’ambition de Arka Mediaworks sont justifiés, surtout à la vue des sommes et des noms engagés dans ce projet. Mais leur manque de professionnalisme et leur attitude face aux producteurs comme notre partenaire est condamnable. Surtout que de nombreux cas dans le passé, comme 3 Idiots acheté par une grosse boite de distribution, mais finalement resté dans les tiroirs, nous laisse un peu perplexe. On aime beaucoup Baahubali, mais soyons honnêtes, les défauts techniques sont nombreux et un public occidental ayant vu mieux, au niveau des effets spéciaux dans des films hollywoodiens, ne fera pas de cadeau au film. Il faut donc que les effets visuels soient impérativement retravaillés et quand on connait les délais que ça exige, on n’est pas sur que le film sorte rapidement. Enfin, Baahubali représente la renaissance du péplum indien et surtout telougu, et utilise tous les codes de ce genre qui ne seront pas forcément compréhensibles pour un spectateur non-initié. Donc, au manque de classe, s’ajoute l’amateurisme, mais nous souhaitons quand même beaucoup de chance à Arka Mediaworks, car on aime le cinéma indien avant tout et on l’a, la classe, nous !

Nous profitons de cette triste occasion pour ré-affirmer notre soutien aux distributeurs français spécialisés dans les films indiens, nos partenaires : (par ordre alphabétique) Aanna Films, Ayngaran International et Night ED Films. Et nous les remercions de nous permettre de voir autant de films au cinéma.

Commentaires
Pas encore de commentaires