]]>

Les remakes régionaux

Publié dimanche 21 juin 2009
Dernière modification mardi 24 mars 2009
Article lu 687 fois

Par Jawadsoprano

Dossier Les remakes (ou adaptations de films existants)
◀ Bollywood : l’usine à remakes
▶ Liste non exhaustive des remakes régionaux

Phénomène ultra-répandu au sud de l’Inde, le remake régional est une adaptation dans une langue régionale d’un succès tourné dans un autre dialecte régional. Ainsi un succès tourné en telugu a 2 chances sur 3 de se voir adapté en tamoul (et inversement). Le but de cet article est de lister les principaux remakes de manière non exhaustive d’une part, et de tenter d’expliquer ce phénomène très important d’autre part. On pourra ainsi s’attarder sur les raisons d’adapter un film et pas un autre, sur les stars friandes de ces adaptations, sur les recettes pas toujours gagnantes auprès du public…

Imaginez si en Europe on faisait constamment des remakes de films espagnols ou belges ! C’est un raccourci très facile que je n’oserai pas faire, mais qui sert de point de comparaison pour se rendre compte du phénomène.

Les remakes régionaux prennent une place conséquente dans la production cinématographique indienne. Adapter un film qui a cartonné dans un état en proposant un casting local auquel le public peut s’identifier et en suivant les codes du cinéma régional se révèle très souvent un jackpot commercial.

Le phénomène de remake régional touche particulièrement les cinémas du sud. Les attentes du public et la manière d’aborder le cinéma sont sans doute assez proches pour faciliter les adaptations de scénarios qui prennent souvent place dans un milieu rural.

JPEG - 18.6 ko
Pokiri (telugu)
JPEG - 16.5 ko
Pokiri tamoul, court-il aussi vite que le telugu ?

A l’inverse, le cinéma hindi (bollywoodien) limite les adaptations de scénarios de films du sud. Les préoccupations du public du nord ne sont pas les mêmes, et on préfère les sources d’inspiration occidentales à l’heure actuelle. C’est pourquoi de nombreuses tentatives de remakes de films du sud ont avorté. Les producteurs sont très frileux et redoutent un désintérêt de la part du public pour des sujets auxquels ils sont peu habitués. La plupart des remakes ont été des flops retentissants (Minnale devenu Rehna Hai Tere Dil Mein), cependant certaines exceptions ont su capter le public, grâce à un scénario original universel, une réalisation soignée ou un calibrage astucieux (chansons tubesques, promotion agressive ou casting intéressant).

Ainsi Satish Kaushik s’est spécialisé dans ce type d’adaptations, que ce soit à partir du cinéma telugu ou tamoul. En 1998, Hum Aapke Dil Mein Rehte Hain, un remake du film telugu Pavitra Bandhanam, a captivé les familles. Ce film a même permis d’obtenir un succès à sa version tamoule, Priyamale, un peu plus tard en 2002. Hamara Dil Aapke Paas Hai fut également un succès grâce à son casting et à son histoire sociale basée sur le film telugu Pellichesukondam. Mais la sauce ne prend pas à tous les coups et le film Baadhai O Baadhai fut un échec cuisant. Jamais à cours d’idées (si l’on peut dire…), Satish a adapté le percutant film tamoul Seethu pour donner un produit inférieur à l’original mais rentable, le moyen Tere Naam.

JPEG - 28.6 ko
Pokiri (telugu)
JPEG - 88 ko
Pokiri tamoul, Asin est-elle plus douce qu’Ileana ?

Récemment, c’est Priyadarshan qui recycle les comédies du sud pour proposer au public du nord des gags potaches en s’appuyant sur un casting de comiques qui a fait ses preuves. Le résultat est toujours le même : un superhit qui ravit les producteurs. Soit il recycle ses propres comédies réalisées en malayalam, soit il emprunte dans le patrimoine cinématographique, comme pour Bhool Bhulaiyaa, adaptation du classique malayalee Manichitrathazhu, auparavant adapté en tamoul sous le nom de Chandramukhi.

Certains succès Bollywood ont eux aussi été adaptés en plusieurs langues régionales. Ainsi, récemment, c’est la série des "Munnabhai" qui a séduit tout le monde. Munnabhai MBBS s’est transformé, entre autres, en Vasool Raja MBBS pour le Tamil Nadu, et en Shankar Dada MBBS pour le public telugu. Par contre, la suite, Lage Raho Munnabhai n’a pas été remaké en tamoul, et son adaptation telugu fut un échec. Le film hindi Khosla Ka Ghosla a lui aussi récemment été adapté au Tamil Nadu, et le succès de Poi Solla Puram fut au rendez-vous.

Si le cinéma hindi est quelque peu réticent à adapter des classiques régionaux, les cinémas telugu et tamoul ne se gênent pas. Cette pratique est devenue monnaie courante, un peu comme Bollywood avec le cinéma américain. Pas un succès ne se voit pas "dupliqué" dans un ou plusieurs états. Les droits sont même quelquefois achetés avant la sortie du film original. Ainsi, certains eurent bien des surprises après avoir payé une fortune des droits d’adaptation pour un film recevant au final un accueil glacial de la part du public. Le film telugu Sainikudu en fut un parfait exemple. Le film étant attendu comme un événement en raison du succès de l’acteur star Mahesh Babu, les producteurs tamouls se sont rués pour obtenir les droits afin de sortir une version tamoule. Mais comme le public d’Andhra Pradesh a boudé le film, son adaptation ne verra sans doute pas le jour…

Certains acteurs se sont spécialisés dans le tournage de remakes. La formule gagnante ayant fait ses preuves, pourquoi ne pas la décliner encore et encore ? Dans le cinéma tamoul, c’est Vijay, acteur populaire auprès des masses, qui est devenu un coutumier du fait. Les films telugus à succès Okkadu, Attanokade ou Pokiri ont ainsi été adaptés pour le public de Vijay pour devenir respectivement Ghilli, Aathi et Pokkiri. La liste est longue et Vijay peut se targuer d’être à l’origine de l’adaptation d’une dizaine de films telugus en tamoul. Néanmoins, il a pu "renvoyer l’ascensceur" à ses collègues d’Andhra Pradesh en jouant dans des gros hits tamouls qui furent adaptés en telugu (Kushi décliné en telugu et hindi, Thirupatchi renommé Annavaram en telugu).

Quelques héroïnes ont eu la chance de participer aux deux versions. Ainsi, Sada, découverte dans le film telugu Jayam, a pu se faire connaître auprès du public tamoul lors de son adaptation portant le même nom. Trisha elle aussi a pu retrouver son rôle marquant dans le film telugu Nuvvostanante Nenoddantana en jouant dans son adaptation tamoule Ennakum Ennakum. Récemment, Genelia était à l’affiche du film tamoul Santosh Subramaniyam, remake du film telugu Bommarillu dans lequel elle avait déjà complètement bluffé le public.

Mais le Kerala et le Karnataka ne sont pas en reste. Les cinémas malayalam et kannada sont souvent le point de départ de la carrière d’un film du sud. De nombreux remakes tamouls ou telugus sont à la base des hits malayalams ou kannadas. On peut en citer quelques-uns comme Kireedom, Jogi ou Classmates.

Tout ce petit monde s’échange des idées pour des raisons bassement commerciales la plupart du temps. C’est devenu une mécanique, une sorte de passage obligé pour tout succès. Cela reflète le manque total d’imagination des réalisateurs et la frilosité des producteurs.

Mais le public prouve la majorité du temps que cette formule est appréciée. Les remakes à succès s’enchaînent et on se demande comment la production indienne arriverait à 800 films par an sans ces remakes régionaux.

Vive la diversité !

Commentaires
5 commentaires
Galerie