]]>

Magadheera

Traduction : Le grand guerrier

Bande originale

Bangaru Kodipetta
Dheera Dheera Dheera
Panchadara Bomma
Jorsey
Naakosam Nuvvu
Rolling Titles Music

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Kendra - le 10 mars 2010

Note :
(3/10)

Article lu 3830 fois

Galerie

Magadheera, c’est simplement le plus gros succès telugu de l’année 2009, voire même de la décennie. Le film a battu tous les records en Andhra Pradesh et dans les états voisins, jusque dans les grandes villes du nord, comme Kolkata où il a même mis à mal le succès hindi de l’époque Love Aaj Kal, marchant même très bien aux USA (grâce aux expatriés). Pourquoi cet engouement, vous demandez-vous ? Après avoir vu le film, on aimerait bien pouvoir se dire que c’est à cause des nombreux éléments comiques involontaires qui font de ce film un petit bijou. Mais la vérité est apparemment ailleurs.
Réalisée par le maître du masala bourrin mais jouissif, SS Rajamouli (Vikramarkadu, Yamadonga, Chatrapathi), cette histoire d’amour sur fond de réincarnation, thème ô combien vendeur, notamment dans le sud, accumule les poncifs et autres énormités du genre. C’est aussi l’occasion de retrouver pour la seconde fois déjà le flan Ram Charan Teja, après le très éprouvant Chirutha, ainsi que la très fade Kajal Aggarwal.
Je vous propose une plongée dans le film grâce aux images.

ATTENTION, l’article qui suit contient des SPOILERS (mais normalement vous avez déjà deviné toute l’histoire).

Le film débute au 17ème siècle, sur fond de scène apocalyptique qui est en fait une planche d’aquarelle où l’on voit Prince of Persia le valeureux guerrier Bhairava et son amour de princesse Yuvrani Mitravinda mourir de façon ignoble dans un bain de sang.

Retour vers le futur, de nos jours. Harsha est djouns et cool, il porte un double catogan (!), est cascadeur et gagne sa vie en pariant sur ses performances parce qu’il est vraiment très doué. La preuve :

Le cahier des charges exigeant un item number de Mumaith Khan, voilà notre héros qui la poursuit sous un prétexte fallacieux. Mais Mumaith n’est pas du genre à se laisser faire, elle a une arme secrète piquée à Méduse qui laisse ces messieurs de marbre. C’est sans compter sur leurs super-pouvoirs. Et hop, première chanson, Bangaru Kodipetta, réarrangement indigeste du tube sur lequel le papa de Ramu, Chiranjeevi himself, a démontré son talent dans les années 80. On va jusqu’à reprendre le même visuel !

Par un incroyable sens du marketing, il se trouve que Chiru vient faire un petit caméo, sorte de passation de pouvoir pendant laquelle on prend conscience de la dérangeante vérité, père et fils font la cour aux filles du même âge dans leurs films…

Une suite de hasards incroyables conduit Harsha à toucher la main d’une jeune fille qu’il ne voit pas, et là BOUM, leur vie antérieure commune lui revient en mémoire (mais bizarrement pas à elle). Et ça a l’air assez douloureux.

Bien entendu, il part à sa recherche sans attendre. La meilleure façon de l’illustrer est de placer une petite chanson dans un pays exotique (au pif, en Suisse) et avec un panda sur un t-shirt rose.

Entre temps, on apprend à mieux connaître le méchant pas beau de l’histoire, Raghuveer, très très vilain, qui parle très fort tout le temps, porte une bague énorme à chaque doigt et qui, ô merveille de l’inventivité telugue, règle ses problèmes à coups de javelots !

Bon, je vous laisse le plaisir de découvrir toutes les merveilleuses choses qu’il se passe entre ce que vous venez de lire et cet intense moment où Harsha saute pour rattraper l’hélico dans lequel s’enfuit son amour, s’accroche, puis se laisse tomber :

C’est malin maintenant le héros est dans l’eau, sauvé de justesse par un bon pêcheur Salomon, au bon endroit au bon moment. De retour sur terre, à moitié agonisant, Harsha retrouve toute sa vitalité à la vue d’une belle jeune fille qui lui rappelle vaguement Indu et après quelques bonnes rasades d’un liquide très fort, le voilà sur pied pour danser sur l’énergique Jorsey aux côtés de Kim Sharma, que l’on n’avait plus revue depuis Mohabbatein !

Mais je vais trop vite, car pendant son court séjour dans la mer, nous avons droit au flash-back nous ramenant au 17è siècle qui va nous éclairer sur toute l’histoire !
Une horrible armée menée par l’infâââme Sher Khan nourrit le désir d’envahir le royaume d’Udaighad et de détruire le valeureux guerrier Bhairava.

Pendant ce temps-là au Royaume, ça flirte entre la Princesse en armure super subtile et le Maha Guerrier au service du Roi et du peuple, mais surtout du Roi.

Le méchant pas beau est bien là aussi, mais il s’appelle Randhev Billa, avec sa panoplie pour jouer à Krrish.

Il est en colère parce que la Princesse ne veut pas de lui, elle lui préfère largement Bhairava qui est plus beau et plus serviable, même s’ils ne se sont jamais avoué leur amour, ils s’aiment. La preuve, elle a un tableau du serviteur de son papounet dans ses appartements privés. Très discret, elle n’a pas peur des ragots apparemment, surtout qu’on y entre comme dans un moulin dans ses appartements.

C’est là que le Magadheera va défendre l’honneur de sa belle face à Billa en croquant la pomme devant le vilain enragé (que de métaphores subtiles dans ce chef-d’oeuvre !). Heureusement que le Roi n’est pas là, il nous ferait une crise cardiaque, le pauvre…

Bref, voilà le moment de choisir un époux pour la Princesse, choix qui ne peut se faire qu’après une compétition bien sûr, ici, ramener le dupatta de la Princesse (donc lui ramener son honneur). Ce n’est qu’un prétexte pour une course de chevaux endiablée dans le désert qui se finira dans des sables mouvants. Mais Bhairava se fait piéger pour une stupide et totalement inappropriée question d’honneur et de priorité, mais sera sauvé par son valeureux cheval Badshah. Gros gros budget ce film.

Par d’incroyables retournements de situation, Bhairava revient dans la course et gagne, Billa se fait bannir du Royaume. Mais le Roi a peur que sa fille ne devienne veuve trop jeune en épousant un guerrier, aussi valeureux soit-il, il demande alors discrètement à Bhairava de renoncer à son amour, chose qu’il accepte bien entendu de suite en bon mouton soldat, plongeant la Princesse dans un grand désarroi.

Sur la route pour aller prier Shiva sur un bout de rocher paumé, la Princesse supplie le Guerrier de lui donner des explications sur ce retournement inattendu et d’avouer son amour. Mais le chat a apparemment mangé la langue de Bhairava qui reste sourd, ou plutôt muet aux invectives de la demoiselle (remarquez que le casque intégral ne doit pas l’aider à bien entendre).

A croire que Sher Khan surveillait tout, puisque c’est le moment qu’il choisit pour envahir le Royaume et venir faire un petit coucou à Bhairava sur le rocher, épaulé par le vilain qui veut se venger. Mais le Valeureux Guerrier, suivant sa nature de guerrier valeureux, dégomme une bonne partie de l’armée de Khan à coups de sabres dans un déchaînement assez gore et sauvage. Résultat, Sher Khan développe un immense respect et une amitié indéfectible envers celui qui a décimé son armée…

Mais le vilain Billa ne lâche pas si facilement, blesse mortellement la Princesse et voilà un duel fatal qui s’ensuit.

Les deux amoureux maudits meurent mais Sher Khan, devenu gentil, fait la promesse qu’ils se retrouveront dans une autre vie… Et nous voilà de retour en 2009 !
Pour qu’Indu se souvienne de leur passé commun, Harsha la ramène sur le rocher sacré. S’ensuit une bataille avec le vilain à coups d’hélico menaçant (!!!) et de sabre retrouvé 400 ans après au même endroit.

Indu se souvient de tout, et son guerrier/cascadeur et elle vont pouvoir vivre heureux et avoir beaucoup d’enfants… enfin s’ils arrivent à s’échapper du Rocher sacré maintenant coupé du reste du monde.

Si vous avez compris comment ce sketch géant a pu engendrer de telles recettes, merci de m’en faire part dans les commentaires !

Commentaires
36 commentaires
En réponse à Candice - le 11/03/2010 à 19:12

Bah tu passeras à côté d’une des meilleures comédies de l’année…. hahahahaha

Laissez un commentaire :

eric le 16/06/2013 à 00:14

Ce film est magnifique, drôle, décalé. La musique est grandiose.

Désolé, c’est votre critique qui est à la ramasse, ce chef-d’oeuvre est une tuerie

Sonali le 04/08/2011 à 10:54

Du grand n’importe quoi ! Mais franchement….

J’ai adoré !!!!!!!!! C’est comme si j’étais replongée dans mes contes de princesse mais à l’indienne, et dix fois plus beau ! J’en demande pas plus, une fable sympatoche à prendre au second degré ! J’ai bien ri de toutes les "bêtises" du film largement citées dans l’article mais ça m’a éclatée, bref comme on dit : c’est du cinéma ! Moi je recommande.

tolly le 16/01/2011 à 18:27

C’est un film qui fait parler (tout du moins écrire…)… !!! Ben, pour ma part, j’ai passé 1 agréable moment.. Je n’ai pas trouvé ce film si nul… Je le conseillerais même… !!!

lalita le 16/11/2010 à 14:51

LOOOOOOOOOOOOOLLL ta critique est juste énorme !!! C’est vrai que franchement, sans vouloir faire le mauvais esprit, on se demande parfois pourquoi on aime le cinéma indien. On découvre des trucs tellement space des fois….

M4ree le 14/11/2010 à 00:00

La critique est aisée mais l’art est difficile !

Sumaya le 24/09/2010 à 13:12

Mon Dieu, je viens de lire la critique que tu as fait de Chirutha : je viens de me payer un bon fou rire… En tout cas, selon toi, je peux rayer de ma liste toute la filmo’ de Ram Charan Teja, c’est ça ?

kendra le 26/09/2010 à 22:35

"toute la filmo de Cherry" pour l’instant, ça ne fait que deux films, mais oui, tu peux l’éviter avec joie, à moins de n’avoir plus rien à regarder et à la grande rigueur jeter un oeil sur Magadheera, mais oui, c’est vraiment très mauvais. Si tu veux du grand spectacle et du masala qui assume le côté portenawak, il y en a bien d’autres, avec de meilleurs acteurs/actrices, meilleures chansons et effets spéciaux. Quant au Filmfare pour Ram Cheveux, c’est un autre mystère mais ça fait une éternité que les récompenses couronnent plutôt les films à succés que les vrais bons films.

Sumaya le 24/09/2010 à 11:35

Ram Charan Teja a reçu le Filmfare Award du Meilleur acteur telugu pour ce film.. C’est aussi nase que ça, Kendra ?

mijora le 13/08/2010 à 21:03

bonjour, j’aimerai savoir ou trouver ce film, impossible de l’avoir merçi d’avance

kendra le 18/08/2010 à 16:08

Bonjour ! Pour les films telugus, malheureusement pas de boutiques en France, mais sur internet, notamment Bhavani DVD http://www.bhavanidvd.com/

graphbuster le 15/03/2010 à 18:37

Je voulais acheter en blu ray mais je l’ai vu en dvd je crois que je n’acheterais jamais un film pareil car les graphismes sont nuls et on dirait un manga indien fait par les enfants de maternelles.

Bravo aux techniciens et graphistes quand même d’avoir fait un blockbuster de l’année 2009 !!!

Candice le 13/03/2010 à 16:45

Au fait, la fille qui fait le deuxième item number, la chanson Joorse, ce serait pas Sophie Chaudhary ? Elle lui ressemble, non ?

( J’adore le fait qu’après être tombé d’un hélicoptère en vol, s’être à moitié noyé et s’être envoyé une bouteille d’arrack cul-sec, le héros soit en état de danser… sans avoir dormi ni mangé… )

Candice le 14/03/2010 à 14:50

Pffff je suis vraiment bête, tu dis toi-même dans ton article que c’est Kim Sharma… Ah la la chuis fatiguée moi…

Madhurifan le 13/03/2010 à 15:13

Merci, merci, merci Kendra !!!!!

Merci de m’avoir fait découvrir ce superbe film. Suite à ta critique je me suis dit que je devais voir un nanard pareil. Et bien ce n’est pas du tout un nanard. Je me suis régalé. Je ne me suis pas ennuyé une seconde. Ce film est extra ! De l’action spectaculaire, des décors magnifiques, une image somptueuse, de bonnes musiques, une belle chorégraphie, des tas de trouvailles visuelles. Ah franchement extra. Les 2h40 passent sans qu’on s’en aperçoive.

Et en plus cette histoire d’amour à travers le temps est excellente, bien servie par ses acteurs.

Je comprends parfaitement que ce film ait fait un carton. En tout cas, pour moi, c’est un des meilleurs films que j’ai vu en 2010. Un mot sur l’image. Depuis Sivaji the boss, je n’avais rien vu d’aussi beau. Même si on sent les effets spéciaux, la beauté de ces images est impressionnante. On se croirait par moment dans Hero ou Tigre et Dragon.

J’encourage vivement ceux qui auraient pu renoncer à ce film à tenter le coup. Je leur souhaite la même bonne surprise que pour moi.

Merci encore Kendra.

Candice le 13/03/2010 à 16:02

Tu es ironique en disant "bien servie par ses acteurs" ? Ou alors tu exclus volontairement l’actrice de cette phrase ?

Moi aussi je pense que Kendra a été trop dure dans sa note parce qu’à part les passages gores, j’ai énormément ri et j’ai donc passé un très bon moment à me moquer de Ram Charan Teja et de Kajal Aggarwal ^^

Madhurifan le 13/03/2010 à 16:15

Il n’y a aucune ironie dans ce que j’ai écrit. Je persiste à dire que le film est bien servi pas ses acteurs. Effectivement, Kajal Agarwal n’est pas franchement convaincante mais globalement je trouve les acteurs plutôt corrects et je ne vais pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

Pour les passages gores, ça sens tellement l’image de synthèse que ça en perd tout le côté horrible. Curieusement, contrairement à toi, je n’ai pas ri. J’étais sous le charme de cette histoire et de cette musique. Mais je conçois que, si on n’accroche pas, ça puisse être désopilant.

Mais pour moi, ça reste un film à voir.

Candice le 13/03/2010 à 16:42

Pas convaincante ? Pour moi, elle a battu le record de non-existence jusque là établi par l’endive Jayam Ravi….

En tout cas, on sent que le réalisateur et le scénariste se sont fait plaisir… Et le costumier aussi…

Kendra le 13/03/2010 à 16:09

Je crois qu’il a exclus l’actrice, l’acteur… à part les chevaux qui ont très bien tenu leur rôle, je ne vois pas…
Hero/Tigre et dragon, faut quand même pas non plus abuser JP ^^. Je me fais du souci pour toi tu sais, si tu as vu des acteurs dans ce grand sketch (qui plus est qui servent une "histoire"), alors que tu traites encore Surya de "flan aux pruneaux"…

Madhurifan le 13/03/2010 à 16:21

Tu remarqueras que j’ai cessé depuis un moment d’aborder les aspects pâtisserie de notre ami Surya ;)

Je comprends bien qu’on n’a pas eu du tout le même sentiment en regardant le film (c’est même un euphémisme :) mais je me contente de décrire ce que j’ai ressenti. Et le rapport avec les films chinois m’a frappé. Esthétisme, mouvements de caméra, armes quasi magiques et combats chorégraphiés. Je trouve beaucoup de similitudes. Mais bien entendu, je ne voulais pas dire que Magadheera était de la même qualité de les deux films dont j’ai parlé (et qui d’ailleurs peuvent être eux aussi sujet à controverse).

Suraj974 le 13/03/2010 à 14:35

Excellent article, Bravo ! C’est vrai que ca fait longtemps que Fanta avait pas chroniqué comme ca un gros navet :D Si l’article est aussi drole que le film, je pense que j’essayerais de le voir. En tout cas les images sont belles, au niveau de la photo, couleurs, effets spéciaux, mais j’ai peur qu’une fois animées ca ne soit plus pareil lol

Suraj974 le 13/03/2010 à 14:39

Tiens ca me rapelle un autre article qui m’avait fait mourir de rire sur Fanta, celui de Jawad sur DESAMUDURU… autre film telugu bien pourri et involontairement drole !

Maya le 22/03/2010 à 23:22

celui de Soniya sur KAAL (Bolly) est pas mal non plus dans le genre

Kendra le 13/03/2010 à 14:01

Magadheera déchaîne les passions, ça fait plaisir !

Merci JC ^^, c’est vrai que le fait d’être le fils de Chiranjeevi assure à Charan une certaine reconnaissance (non méritée). Mais juste pour rebondir sur NTR Jr, il a fait des bouses certes, mais comparé à Charan c’est un acteur shakespearien, c’est dire !

Peut-être est-ce la crise et la morosité ambiante, les Indiens avaient besoin de voir un film idiot pour se changer les idées ?

@Madhurifan, laisse B.D. en dehors de tout ça ! Et j’ai prévenu en début d’article qu’il était plein de spoilers !

En tout cas, même si vous connaissez l’histoire (mais sincèrement, il n’y a rien d’original, pas de grands retournements, donc si vous avez déjà vu une romance sur fond de réincarnation, vous connaissez la trame de Magadheera), si vous avez envie de rire à gorde dépoloyée en voyant le flan en live, ne vous privez pas ^^

Maya le 11/03/2010 à 21:16

ça faisait longtemps que ma fille ne m’avait pas dit "mais qu’est’ce t’as à rigoler toute seule devant ton ordi ?"

Il faut absolument que tu nous en fasses plus souvent des comme ça, Kendra !

jawad le 11/03/2010 à 17:27

Bravo Kendra, critique très originale et ô combien réjouissante ! Moi je dis, merci Kendra de nous avoir fait gagner du temps en nous épargnant la vision de ce film grâce à tes commentaires illustrés.

Candice le 11/03/2010 à 19:12

Bah tu passeras à côté d’une des meilleures comédies de l’année…. hahahahaha

Ghanan le 11/03/2010 à 17:16

WOW !! Compliments pour cette critique savoureuse qui me donne vraiment irrésistiblement envie de voir ce monumental joyau du cinéma mondial !! Je m’en voudrais de passer à côté de l’oeuvre qui a inspiré une telle chronique lol

ça m’a tout l’air d’être un incontournable .

Candice le 11/03/2010 à 15:47

Moi je trouve que Kendra a particulièrement épargné Kajal Aggarwal… Parce qu’en la voyant, on se dit qu’avoir de la présence à l’écran, c’est vraiment pas donné à tout le monde… Suffit pas d’avoir un joli minois, faut paraître un peu vivante aussi…

Madhurifan le 11/03/2010 à 13:44

C’est hallucinant ! J’ai absolument rien compris à l’histoire mais je me suis bien marré.

En tout cas bravo pour cette chronique comme on n’en avait pas vu depuis longtemps sur Fanta (peut-être le 17° siècle).

Je partage ton incompréhension sur le succès de ce truc mais pour le coup ça me donne bien envie de le voir. Par contre c’est pas bien de raconter la fin (au fait la fin, c’est avant le début, au moment où le panda met l’armure, non ?) mais je ne t’en veux pas car tu as su maintenir un suspense insoutenable. J’ai même cru voir à un moment Bobby Deol. C’est te dire si ça craint !

Encore bravo pour ce grand moment de bonne humeur.

Deolia le 11/03/2010 à 15:32

Voilà que tu me provoques jusqu’à sur le site maintenant JP :-)

Ben dis-donc, il ne faut pas demander à quel point mon topic te hante si tu en viens à voir mon Bobby partout. A mon avis, il est grand temps d’aller consulter…

Bravo à Kendra pour cette chronique très bien illustrée !

Candice le 13/03/2010 à 15:58

Moi je me demande pourquoi il s’appelle Madhurifan alors qu’en effet il ne cesse de tout rapporter à Bobby Deol…. hihihihi

Guiridja le 11/03/2010 à 11:54

elle est géniale ta fiche d^.^b j’ai kiffée (mais je regarderai pas le film pour autant lol)

merci cousin pour les précisions !

Gandhi Tata le 11/03/2010 à 11:32

MégaLOL, GIGALOL voire TéTALOL

c’est jouissif comme texte avec des images hilarantes eheheheh

alors l’explication est simple, pourquoi cette daube a t’elle marché ? parce que le public télugu est l’un des meilleurs publics en Inde :D officiellement, car le public est sensé être intello, le public tamoul moit’ moit’ ave une tendance aux mélodrame auteurisant :p et pour Bolly, j’sais pas, c’est le public nawak :D

moi je dirai plutôt que le public télugu est pourri et amateur de film crétin commercial :D perso, j’aime bcp aussi pour le côté jouissif et décalé cf Ravi Téja, Balakrishna Victory Venky et consorts…. mais bon, dès qu’ils voient des effets spéciaux et un fils de… ici celui de Chiru (futur premier ministre) garu’ , ben je pense qu’il n’y a aps lieu de se poser de question, NTR jr a du succès malgré ses daubes répétés car c’est le petit fils de dieu himself, NTR grd père est resté le dieu Rama et Krishna dans tous les esprits :D

bref le succès n’a rien à avoir avec les limites du film mais bien d’un public sentimental qui aime les grdes familles de Tollywood, Nandamure, Akkineni etc…

jc

Didi le 11/03/2010 à 12:43

Il y a aussi une autre explication possible sur cette tendance à aimer les incohérences, retournements et autres retournements de situation, etc. et ce, au-delà du public telugu, car si j’en crois Kendra, le film a aussi marché à Calcutta. Quand j’ai regardé le reportage sur le(s) cinéma(s) populaires en Inde, il y avait un gus, du côté de Calcutta, je crois, qui achetait des bobines de films, toutes langues et toutes époques (ça lui était égal). Ensuite, il découpait dans différents films les scènes d’action, séquences chantées, dansées et autres qui lui plaisaient et il remontait un film, avec pour seuls outils son imagination —débridée—, une paire de ciseaux et de la colle (à l’ancienne) et il allait ensuite projeter ses films, patchwork de tout et n’importe quoi, dans les campagnes où ils n’avaient pas ou peu accès au ciné. C’est dingue, on montrait les projections et tu avais une foule en délire en train d’applaudir les films portnawak du gus. Ben Magadheera, c’est un peu la même chose, si j’en crois ta chronique, sauf que, dans ce cas, l’équipe du film a mis quelques millions pour faire ce que l’autre gus bricole avec ses ciseaux, sa colle et ses bobines

Laurent le 11/03/2010 à 18:18

J’ai entendu parler de ce procédé, Didi, employé notamment naguère par un producteur hong-kongais véreux, Godfrey Ho, qui mélangeait par la magie du montage 2 films existants (il faisait des "2 en 1") ou plus sans aucune cohérence, et qui sortait chaque film remonté en K7 vidéo sous un nouveau titre.

En tout cas Magadheera, bien qu’il ne soit pas parmi mes films prioritaires, semble avoir quelques scènes marrantes en effet (comme c’est souvent le cas dans ce type de films, comme les Chiranjeevi).

Candice le 11/03/2010 à 19:11

95% de l’humour est un peu "involontaire" mais en effet c’est hilarant ^^